Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Ven Déc 14, 2018 1:49 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Rouler au Gaz
MessagePosté: Mer Mai 29, 2013 7:42 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
suite de ce post viewtopic.php?p=23829&sid=6ee8fd6ceda417aa73b05375949a1a51#p23829 dans le fil les dechets.

Les freegans vont pas apprécier.

Citation:
Carrefour inaugure les premiers camions roulant au Biométhane

29 Mai 2013 enerzine

Le Groupe de distribution Carrefour a annoncé avoir testé ses premiers camions roulant au Biométhane carburant, issu des déchets de ses magasins, une initiative anti-gaspillage et en faveur des "énergies vertes".

En partenariat avec GNVERT**, le transporteur Perrenot et le constructeur Iveco, ces véhicules assureront les livraisons de marchandises d'une quinzaine de magasins Carrefour de la région lilloise.

Ainsi, les biodéchets produits par les hypermarchés (fruits et légumes abimés, pâtisseries, déchets carnés, déchets végétaux…) sont récupérés et traités dans une usine de méthanisation qui les transforme en biogaz. Epuré puis transformé en Biométhane carburant, ce biogaz est ensuite distribué dans les stations du réseau GNVERT et utilisé pour alimenter les véhicules de livraison Carrefour.

Image

Grâce à ce processus innovant, une quinzaine d'hypermarchés Carrefour de la région lilloise seront approvisionnés par trois camions roulant au Biométhane. Ce dispositif, en phase de test, permettra de livrer les magasins avec un bilan carbone neutre : "le recyclage des biodéchets donne la possibilité aux magasins de parvenir à l'autosuffisance énergétique pour leurs approvisionnements en marchandises."

L'expérimentation de ce nouveau mode de transport permet de réduire de 80% les émissions polluantes, de diminuer de moitié les nuisances sonores, de supprimer l'émission de particules fines et de lutter contre le gaspillage alimentaire, à travers le recyclage des déchets non consommables des magasins.

Cette nouvelle initiative locale s'inscrit dans la stratégie de développement durable de l'enseigne. Afin de réduire son impact environnemental, Carrefour travaille notamment sur la réduction des émissions polluantes de ses activités logistiques. A ce titre, l'enseigne a développé des modes de transport alternatifs (ferroviaire, fluvial), s'est équipée d'une flotte de camions moins polluants et plus silencieux, a optimisé leur remplissage et lancé des expérimentations sur des véhicules hybrides et 100% électriques.

** GNVERT est une filiale du Groupe GDF Suez

Image


http://www.enerzine.com/12/15805+carref ... hane+.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Jeu Mai 30, 2013 9:37 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17346
plus tu jettes, plus tu roules. génial. :roll:

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Ven Avr 08, 2016 6:36 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Scania France fournira des bus au gaz à la RATP

08 avril 2016 enerzine

Début mars, Scania France a été sélectionné pour fournir des bus gaz à la RATP (régie autonome des transports parisiens). le marché concerne la livraison de bus Scania Citywide articulés, motorisés au gaz, sur une période de quatre ans.


La RATP a lancé un appel d'offre portant sur la fourniture de bus gaz pour remplacer une partie de sa flotte parisienne. Parmi les différents constructeurs consultés, Scania France a été choisi sur l'un des deux lots composant l'appel d'offre pour livrer des bus GNC (Gaz naturel comprimé) à la régie sur une période de quatre ans.

La régie compte aujourd'hui dans son parc quelque 220 bus Scania Omnicity livrés entre 2007 et 2010. Les véhicules concernés par l'appel d'offre sont des bus Scania Citywide LF 18 m articulé, à moteur gaz. Ils sont configurés en quatre portes type métro et disposent des dernières technologies en matière d'accessibilité (rampes électriques).

Les objectifs de la RATP seraient de disposer à l'horizon 2020 d'un parc composé à 80 % de véhicules électriques et 20 % de véhicules biométhane.

Cette sélection par la RATP conforte Scania dans son positionnement en matière d'énergies alternatives au diesel.

Les transports durables sont des transports qui minimisent leur impact environnemental. Scania continue à lancer sur un large front des techniques et des services nouveaux dont l'objectif est commun : "contribuer à réduire l'impact carbone et environnemental des systèmes de transport intermodaux."

L'offre Scania de moteurs Euro 6 pour carburants de substitution, tels que biodiesel, biométhane, bioéthanol, diesel synthétique est la plus large du marché. Un éventail de solutions alternatives au diesel complété par le système hybride Scania pour bus et camions.

Scania travaille également sur le développement de bus électriques et réalisera des expérimentations en Suède en conditions réelles courant 2016.

( src - CP - Scania )

Image

http://www.enerzine.com/1036/19187+scan ... ratp+.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Lun Oct 31, 2016 2:44 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Toulouse: La toute première station-service au gaz est ouverte

11 oct 2016

Pour la première fois à Toulouse, le GNV est en libre-service. Pratique pour les pionniers qui jusqu’ici galéraient un peu à s’approvisionner…

Pas de queue, pas d’odeur. Une station-service d’un nouveau genre fonctionne à Toulouse. A cette « pompe » du boulevard de la Marquette, en bordure du canal du Midi, les conducteurs ne s’approvisionnent pas au litre mais au poids : des kilos de gaz compressé, le fameux Gaz naturel véhicule (GNV), également disponible en version bio.
Et s’il n’y a pas de file d’attente, c’est parce que les véhicules qui roulent au gaz ne sont pas pléthore. Outre les 274 bus au gaz de Tisséo qui ont leurs propres pompes, Charly Enjalbert, ingénieur chez GRDF, estime la flotte concernée « à environ 200 véhicules dans l’agglomération ». Des transporteurs notamment s’y sont mis pour répondre aux exigences environnementales de la Métropole pour les livraisons en ville et parce que, contrairement aux moteurs électriques, la technologie au gaz est transposable sur les semi-remorques.

Moins polluant et moins cher

Si la pompe a fait le bonheur des touristes allemands et italiens cet été, ils ne sont guère que « 30 ou 40 particuliers » à rouler au GNV dans la Ville rose. Dont Alexandre Albert-Aguilar, météorologue de formation et conducteur « sensible à la qualité de l’air ». Il a acheté sa première voiture au gaz en 2006 et n’en a pas démordu depuis.

« Le prix a augmenté une fois en 10 ans », souligne ce Toulousain. Il paie 1,26 euro le kilo de gaz, « qui équivaut en moyenne en consommation à 1,5 litre d’essence ». Avec son Opel Zafira, Alexandre a « 350 à 400 km » d’autonomie, « bien mieux qu’avec une voiture électrique » qu’il a aussi testée comme second véhicule familial.
Jusqu’à ce que la pompe en libre-service apparaisse, Alexandre pouvait faire le plein à Saint-Girons ou Agen, autrement dit à Trifouilly-Les-Oies. Du coup, il allait à la pompe interne des locaux de GRDF, soumise évidemment aux horaires de bureau.

Ça sent le gaz à Ginestous

Cet adepte inconditionnel du GNV aura bientôt plusieurs autres choix. « Pour lancer le marché », l’accord signé mardi entre GRDF et Toulouse Métropole prévoit l’installation de trois autres stations, dont l’une dès 2017 du côté de la plateforme logistique de Fondeyre.

Il n’est pas exclu que le biogaz délivré à la pompe soit un jour puisé « intra-muros », dans les eaux usées. Une étude est en cours pour installer une unité de méthanisation à la station d’épuration de Ginestous. Selon les estimations, elle serait capable de fournir l’équivalent de la consommation annuelle des 274 bus Tisséo au GNV.

http://www.20minutes.fr/toulouse/194025 ... az-ouverte


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Jeu Nov 24, 2016 6:41 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
La plus grande station française de gaz pour véhicules inaugurée

Par Lefigaro.fr avec l'AFP le 24/11/2016

La plus grande station-service française délivrant du gaz naturel pour véhicules (GNV et bioGNV) a été inaugurée jeudi dans le port de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), première installation d'un futur réseau public qui comptera dix stations en Ile-de-France. D'une superficie de 4.000 m2, cette station du Sigeif (Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Ile-de-France) est exploitée par le groupe énergétique espagnol Endesa dans le cadre d'une délégation de service public, selon un communiqué de presse.

Elle fera partie d'un réseau qui comptera dix stations d'ici à cinq ans, représentant un investissement global d'une dizaine de millions d'euros. "Cette réalisation est le fruit d'un partenariat conclu en décembre 2014 entre le Sigeif, la ville de Paris, GRDF, le groupe La Poste et avec le soutien financier de la région Ile-de-France", selon le communiqué.

Une société d'économie mixte locale, Sigeif Mobilités, a été créée pour porter le projet, soutenu également par la Caisse des dépôts (CDC), le gestionnaire de réseau de transport de gaz GRTgaz et de grands syndicats techniques franciliens. Le GNV, moins émetteur de CO2 et autres polluants que l'essence ou le gazole, et surtout utilisé en France pour alimenter les bus, fait partie des pistes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/1 ... uguree.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Mar Déc 13, 2016 8:02 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Elengy va doubler sa "station-service" en GNL à Saint-Nazaire

JACQUES LE BRIGAND Usine Nouvelle le 13/12/2016

La filiale du groupe Engie, qui exploite ses terminaux méthaniers, indique faire face à une demande croissante de clients pour le chargement de camions citernes, un service lancé en France en 2013 depuis l’estuaire de la Loire. Elengy va implanter une troisième baie de chargement de camions citernes en GNL sur le terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique).

Elengy va se doter d’une troisième baie de chargement de camions citernes en GNL (gaz naturel liquéfié) sur le terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). L’équipement permettra d’en doubler la capacité, limitée pour l’heure à 70 opérations par semaine. "La demande est croissante", indique Jean-Michel Maillet, directeur du site. L’industriel table cette année sur 1 600 à 1 700 chargements (1 372 à fin octobre) contre un millier en 2015. Non précisé, l’investissement est estimé entre 3 et 5 millions d’euros. La mise en service est attendue à l’automne 2018.


http://www.usinenouvelle.com/article/el ... re.N476529

Image
Terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Sam Avr 01, 2017 8:38 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Le transport routier fait sa révolution au gaz

BRUNO MOULY Le 15/03/2017 Les Echos

La motorisation des poids lourds au gaz semble être la seule technologie de substitution au diesel, à la fois performante, propre et rentable.

C'est une petite révolution technologique et écologique qui se prépare dans le transport routier de marchandises. Depuis peu, transporteurs et entreprises manifestent un réel engouement pour les poids lourds au gaz naturel pour véhicule (GNV), cantonnés jusqu'ici aux camions d'ordures ménagères. Cette motorisation se décline sous trois types de carburant : le gaz naturel liquéfié (GNL), le gaz naturel comprimé (GNC) capté sur le réseau du gaz de ville et le biogaz (biométhane), issu de la méthanisation des déchets alimentaires et végétaux.

Ainsi, le groupe de transport Jacky Perrenot s'équipe progressivement de 200 semi-remorques au GNL et au GNC et de 50 porteurs au GNC, à la suite d'une commande qualifiée d'« historique » auprès du constructeur Iveco. De son côté, Carrefour va doter ses transporteurs de 200 semi-remorques et porteurs au biogaz d'ici à fin 2017, pour livrer ses magasins à Paris, Lille, Lyon, Marseille et Bordeaux. Saint-Gobain Distribution Bâtiment France, distributeur de matériaux de construction, portera de 50 à 80 unités cette année sa flotte de camions GNV pour ses livraisons de chantier à Paris. « On assiste à une accélération des commandes de camions au gaz lié notamment à l'intérêt croissant des transporteurs routiers. La France devient le premier marché des poids lourds GNV en Europe », estime Clément Chandon, responsable Emea du développement des véhicules au gaz d'Iveco. « Depuis quinze ans, l'évolution de la technologie a permis de diviser par deux le surcoût industriel de ces véhicules », ajoute Julien Darthout, délégué général du Club Demeter, association d'entreprises qui planche sur la logistique durable.

Verrous technologiques

Les constructeurs les plus avancés ont surtout fait sauter « trois verrous technologiques » sur la puissance, l'autonomie et la compatibilité de la motorisation au gaz avec les boîtes de vitesses robotisées des poids lourds. Du coup, les camions GNV deviennent plus compétitifs vis-à-vis de leurs homologues au diesel. Les derniers modèles ont une puissance comparable de 400 ch. L'autonomie a été accrue à 400 kilomètres pour les véhicules au GNC et à 600 kilomètres pour ceux au GNL dont les modèles avec double réservoir peuvent faire jusqu'à 1.200 kilomètres ! La rentabilité semble aussi au rendez-vous. « Le surcoût à l'achat de 40 % en moyenne par rapport à un camion diesel est compensé par le prix du gaz moins élevé, car peu taxé, que celui du gasoil », explique Pascal Megevand, cogérant de Transport Megevand Frères, à l'initiative du projet Equilibre (associant 6 PME de transport), qui promeut par des expérimentations la transition énergétique du transport routier vers le gaz. Propres et silencieux, les véhicules GNV répondent aussi au durcissement de la réglementation des villes sur les livraisons urbaines. « Ils réduisent de 95 % les émissions de particules fines (NOx...) et de 10 à 15 % celles de CO2 que l'utilisation du biogaz permet d'abaisser davantage de 80 % ! » assure Julien Darthout. Seul problème : les poids lourds GNV nécessitent une infrastructure de recharge encore insuffisante sur le territoire.

Station de recharge

Néanmoins, le réseau tend à se développer et les initiatives à se multiplier. Sous l'impulsion de Lyreco, distributeur de fournitures de bureau, deux de ses prestataires TC Transports et Rave Transports ont investi un million d'euros pour créer une station de recharge au GNC à Digoin (Saône-et-Loire). Une vingtaine de semi-remorques s'y ravitaillent depuis fin 2016 pour livrer 17 plates-formes régionales du distributeur. De même, Carrefour créera cette année 9 stations de biogaz en coopération avec GNVert et Air Liquide pour les camions GNV de ses transporteurs. « Le gaz est la solution adéquate pour des poids lourds plus propres. Elle est plus simple et moins coûteuse que l'électrique ou l'hybride dont l'offre est quasi inexistante », conclut Julien Darthout.

https://www.lesechos.fr/thema/021185709 ... 072397.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Mar Avr 11, 2017 8:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Total va distribuer du gaz carburant en France

Par Le Figaro.fr avec AFP le 06/04/2017

Le géant pétrolier Total a commencé à distribuer du gaz naturel pour véhicules (GNV) en France, avec l'inauguration d'une première station à Nantes (Loire-Atlantique) annoncé le groupe jeudi. "Une quinzaine d'autres stations seront ouvertes en 2017, suivies par une dizaine supplémentaire chaque année", détaille un communiqué. Au total le groupe vise un réseau de 110 stations pour distribuer ce gaz carburant surtout utilisé par les poids-lourds et les professionnels du transports de marchandises et de personnes.

Le GNV n'est pas encore largement diffusé mais il peut se substituer au diesel, beaucoup plus émetteur de particules fines, sources de pollution.

Le GNV est aussi moins cher que le diesel, même si les modèles de véhicules sont plus chers à l'achat. "Le gaz peut devenir le carburant du futur dans le domaine du transport routier", selon Momar Nguer, directeur général de la branche Marketing & Services de Total, cité dans le communiqué.

Total distribue déjà ce carburant ailleurs dans le monde, avec un réseau de 450 stations et le groupe prévoit d'ouvrir 200 stations en Europe (dont les 110 françaises), en priorité là où il est déjà présent, c'est-à-dire en Allemagne et au Benelux.


En France, Engie est également en train de développer son réseau de stations de gaz naturel véhicules, avec plus de 140 stations existantes et un objectif de 20 nouvelles stations dans les douze prochains mois. Le groupe gazier a annoncé l'an dernier vouloir investir 100 millions d'euros d'ici 2020 pour la construction de 100 stations en Europe, dont 50 en France. Début 2016, 13.000 véhicules roulaient au GNV en France, selon l'Association française du gaz naturel pour véhicules (AFGNV).

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/0 ... france.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Ven Juil 28, 2017 8:32 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Une carte open data des stations GNV

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 13/07/2017

Pas facile de convertir les transporteurs au gaz naturel pour véhicules (GNV). Pour les rassurer, l’Association française du GNV (AFGNV) a décidé d’ouvrir ses données sur les stations de ravitaillement de GNV liquide et gazeux sur la plate-forme web Mobilité gaz open data et via une API. « L’open data fait sens, car on arrive à un moment charnière où beaucoup d’acteurs du transport de marchandises se posent des questions sur l’investissement dans des camions gaz plus chers de 20 à 30 % que les diesels, explique Vincent Rousseau, directeur de projet mobilité gaz chez GRTgaz. Ils veulent au moins être assurés d’avoir des stations à proximité de leurs dépôts. » C’est encore loin d’être le cas. Mais au cours des 12 prochains mois, une dizaine de sociétés, comme Total via AS24, Engie, Air liquide, mettront en service plus de 40 stations de gaz naturel liquide ou gazeux, qui compléteront le réseau des 60 qui existent, assure l’AFGNV. Et mi-2018, il devrait y avoir 125 points d’avitaillement en France, estime l’AFGNV. Un bon début.

Image
Une soixantaine de bornes de gaz naturel (comme ici à Morsbach, en Moselle) jalonnent l’Hexagone.

http://www.usinenouvelle.com/article/un ... nv.N563862


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Sam Oct 14, 2017 1:57 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Les poids lourds fonctionnant au gaz pourront bénéficier d'un remboursement de taxe intérieure

Transport | 12 octobre 2017 |Laurent Radisson

Faire bénéficier les véhicules professionnels de transport routier circulant au gaz naturel des mêmes avantages fiscaux que ceux fonctionnant au gazole. Tel est l'objectif que poursuit un amendement au projet de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) voté le 9 octobre par les membres de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale saisie pour avis.

Concrètement, il s'agit d'élargir au gaz naturel carburant le remboursement partiel de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) dont bénéficie déjà le gazole.

"Dans la mesure où le gaz naturel est beaucoup moins polluant, il est paradoxal qu'il soit moins bien traité que le diesel. Un alignement de la fiscalité des deux carburants est nécessaire", a justifié la députée LRM Laurianne Rossi à l'origine de l'amendement.

"L'emploi du GNV comme carburant, technologie mature, présente des avantages nets pour la santé, puisque sa combustion par rapport à l'essence et au gazole n'émet quasiment pas de particules fines sans filtre à particules et émet moins de dioxyde d'azote (NO2), un gaz particulièrement toxique", a précisé le député Modem Bruno Millienne, auteur d'un amendement identique. Cette disposition, a-t-il ajouté, permet d'atteindre les objectifs fixés par la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) en la matière, soit 3% de poids lourds roulant au gaz naturel d'ici 2023.

Contrairement à d'autres, cet amendement n'a pas été remis en cause par la commission des finances de l'Assemblée qui a poursuivi l'examen du projet de loi les 10 et 11 octobre. Le PLF poursuit son parcours parlementaire et sera examiné en séance publique à compter du 17 octobre prochain.

https://www.actu-environnement.com/ae/n ... 29840.php4


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Mer Oct 18, 2017 8:24 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Pourquoi Audi s’est offert une usine power-to-gas

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 18/10/2017

Le constructeur automobile allemand a investi près de 30 millions d‘euros dans une usine de production de méthane de synthèse d’origine renouvelable en Allemagne.

Le véhicule électrique n’est pas le seul horizon d’une mobilité décarbonée ! Dans la course aux réductions des émissions de CO2 des véhicules particuliers, le groupe Volkswagen mise aussi sur le gaz. Dans les gammes de ses différentes marques (Audi, Volkswagen, Seat, Škoda…) on trouve déjà plus d’une dizaine de modèles roulant au GNV (gaz naturel véhicule). Les moteurs à gaz émettent 25% de moins de CO2 que les moteurs à essence. C’est mieux, mais pour les grosses berlines, ce n’est pas suffisant pour descendre sous 130 g/km au-dessus desquels chaque constructeur payera une pénalité de 475 euros/tonnes de CO2. Un seuil qui va descendre à 95 g de CO2/km en 2021. Pour les véhicules sobres en émissions, les certificats verts ne coûtent que 6 euros la tonne de CO2.

Audi a donc eu une idée, compenser les émissions de carbone de véhicule roulant au GNV en injectant dans le réseau de gaz du gaz de synthèse décarboné, fabriqué par méthanation à partir de CO2 capté et d’hydrogène vert, c’est-à-dire produit par électrolyse de l’eau avec de l’électricité renouvelable. C’est ce qu’on appelle le power-to-gas. Mais, en 2010, lorsque la décision a été prise, la technologie était encore au stade de démonstrateurs R&D. Audi décide néanmoins de passer au stade industriel et de construire sa propre usine. Une initiative pionnière et unique observée avec grand intérêt par les autres constructeurs mais aussi par les énergéticiens, comme le transporteur de gaz français GRTgaz, venu en force il y a quelques jours visiter le site power-to-gas d’Audi.

1000 tonnes de méthane de synthèse par an

L’usine, installée sur un important site de production de biométhane (gaz produit par méthanisation à partir de déchets agricoles) à Werlte, en Basse-Saxe, fonctionne depuis 2013. Elle a coûté "entre 10 et 30 millions d’euros", accepte de révéler Hermann Pengg, directeur du département Audio e-fuels et analyse du cycle de vie Audi. Elle produit environ 1000 tonnes par an de méthane de synthèse, baptisé e-gas par Audi. "Cela permet à 1500 modèles d’Audi g-tron de parcourir 15000 km par an en n’émettant pratiquement aucun CO2", explique le constructeur.

Audi a choisi le site de Werlte car il est à proximité de champs d’éoliennes. L’installation de méthanisation, construite en 2002, traite 45000 tonnes de déchets par an et produit l’équivalent de 40 à 44 GW/h d’énergie par an. Le méthane qu’elle produit est injecté à 100% dans le réseau. Mais la méthanisation produit aussi un surplus de CO2, qui est capté par lavage avec une solution aqueuse d’amine, pour alimenter l’usine power-to-gas d’Audi. On y trouve trois électrolyseurs de 2MW pour fabriquer l’hydrogène à partir d’eau et d’électricité renouvelable produites par les champs d’éoliennes à proximité et un réacteur de méthanation pour produire par catalyse le méthane de synthèses en associant l'hydrogène et le CO2. L’usine capterait ainsi environ 2800 tonnes de CO2 par an, qui seraient rejetés dans l’atmosphère sans cette solution. Toute l’installation a été réalisée par la start-up Etogas, spin-off du Center for Solar Energy and Hydrogen Research Baden-Württemberg (ZSW), dont Hermann Pengg était l’un des quatre cofondateurs. Elle a été achetée en 2016 par la société suisse Hitachi Zosen Inova.

Compenser les emisisons des Audi g-tron

Le premier modèle à gaz d’Audi, l’A3 Sportback g-tron, été lancé en 2014. Il consomme 3,3 kg de GNV au 100 km et émet 89 g de CO2/km en mode GNV, ou 128 g/km en mode essence. L’autonomie est de 400 km en mode GNV avec 900 km supplémentaires grâce au réservoir d’essence de 50 litres. Leur coût à l’achat est à peu près équivalent aux modèles diesel, explique le constructeur. Le plein de GNV revenant lui à environ 4 euros pour 100 km. A l’été 2017, Audi a lancé deux autres modèles hybride GNV, l’A4 Avant g-tron et A5 Sportback g-tron, qui émettent respectivement en motorisation GNV, 117 et 115 g de CO2/km. Les propriétaires d’Audi g-tron disposent d’une carte qui permet de comptabiliser leur plein en GNV pour qu’il soit compensé en e-gas. Cette carte coûte 15 euros par mois. A partir de 2018, elle sera gratuite pendant 3 ans.

" Audi prouve ainsi que la conversion électricité en gaz (donc en carburant) fonctionne et que l’e-gas permet de stabiliser le réseau électrique à des tarifs élevés de rachat d’énergies renouvelables", explique un communiqué. Certes, mais avec des pertes. Pour Audi l’opération n’est pas rentable. "Jusqu’à il y a peu on vendait l’e-gas, que nous réinjectons dans le réseau, au prix du gaz fossile, ce qui est ridicule. Depuis peu, on peut le vendre comme du biogaz, soit un tout petit peu plus cher", observe Hermann Pengg. De plus, même s’il s’agit d’un démonstrateur, Audi doit payer 65 € du MWh de taxe verte sur le gaz injecté dans le réseau.

Le GNV vert alternative à l'électrique

L’usine power-to-gas de Werlte et ses 1000 tonnes de gaz de synthèse produites par an ne va pas suffire. Si le constructeur ne donne aucun chiffre de ventes de sa gamme g-tron, il explique qu’il y a déjà 100 000 véhicules GNV en Allemagne et que l’objectif est d’atteindre 1 million en 2025. Dans même temps, le nombre de stations-services GNV devrait passer de 900 à 2000 dans le pays. 1 million de véhicule GNV roulent déjà en Italie qui vise les 6 millions en 2025. L’énergéticien ENI et le constructeur Fiat ayant beaucoup poussé ce type de motorisation. Audi cherche donc des alternatives à la production de gaz de synthèse décarbonée avec le groupe Thüga et Viessmann GmbH, qui travaillent sur un processus de méthanation biologique plutôt que chimique. Audi achète aussi du biométhane issu de matériaux résiduels certifiés.


https://www.usinenouvelle.com/article/p ... as.N602148


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Ven Oct 27, 2017 10:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Mortagne-sur-Sèvre. Feu vert pour le Bio Gaz Naturel Véhicule

Modifié le 27/10/2017

Image
La première station service publique de France qui propose du gaz naturel d’origine agricole (GNV) a été inaugurée aujourd'hui, en présence de Bruno Retailleau, sénateur de Vendée. | Robin Serradeil

Agribiométhane a inauguré aujourd'hui sa station Bio GNV. Elle distribue du gaz issu de la transformation d’effluents agricoles.


Inauguration en grande pompe à Mortagne-sur-Sèvre, pour la première station publique de France qui propose du gaz naturel véhicule bio, d’origine agricole (GNV). Même si Agribiométhane a déjà ouvert les vannes de sa station le 21 septembre dernier, le second coup de ciseaux sur le ruban, en présence entre autres de Bruno Retailleau, sénateur de Vendée, de Damien Roy, président d’Agribiométhane et d’Alain Lebœuf, président de Vendée Énergie, a permis d’officialiser un projet qui se veut ambitieux.

Deux voies pour poids lourds, une voie pour les particuliers et dans les réservoirs, du « gaz vert », produit à partir d’effluents agricoles, du lisier et du fumier : « Le carburant est 100 % renouvelable et permet de baisser l’émission de CO² d’un véhicule de 80 % », explique Damien Roy.

Quid du porte-monnaie ?

Pour les particuliers, il est possible d’acheter directement des véhicules équipés d’un réservoir adapté, selon les marques, ou d’installer le dispositif sur leur voiture. Les avantages ne sont pas à négliger : à la pompe, les prix sont en moyenne 20 % moins élevés que le gazole

Une station comme celle-ci nécessite près d’un million d’euros d’investissement. « Une station comme celle-ci reste rentable en grande partie grâce à la consommation des poids lourds », précise Julia Udron, de la direction Clients Territoires Ouest chez GRDF.


Au total, 250 stations de ce type pourraient voir le jour partout en France d’ici 2025.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la- ... le-5342593


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rouler au Gaz
MessagePosté: Sam Nov 04, 2017 10:12 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Le transporteur routier Jost mise sur le gaz naturel liquéfié

Mer 25/10/2017 — Une commande qui fera date.

Image

Si plusieurs constructeurs promettent déjà des poids lourds électriques, on se rend déjà bien compte que leur autonomie, et la problématique de la recharge de leurs énormes batteries, feront qu'ils ne pourront remplacer le diesel. Il existe cependant une autre solution, le gaz naturel liquéfié (GNL, ou LNG en anglais). C'est le gaz naturel ordinaire, mais fortement refroidi, ce qui aboutit à le liquéfier, pour être plus dense. De nombreux poids lourds fonctionnant au GNL sont déjà en service en Autriche, en Allemagne ou en Italie, mais le groupe Jost va plus loin.

La société belge vient de passer commande de 500 poids lourds au GNL ! Des Iveco Stralis. C'est une bonne nouvelle pour l'environnement, puisque les camions au GNL rejettent quelques 10 % de CO2 en moins que leurs équivalents diesel, tout en étant moins bruyants, et avec une combustion plus propre. Mais c'est aussi une décision audacieuse, qui doit faire réagir les énergéticiens, voire les pouvoirs publics. La France en effet, manque encore cruellement de stations de GNL, et si on veut voir circuler dans l'hexagone des centaines de camions, il faut se doter des infrastructures de distribution nécessaires.


http://www.moteurnature.com/29104-le-tr ... l-liquefie


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'Allemagne: Outre-Rhin et nulle part ailleurs...
MessagePosté: Ven Nov 17, 2017 11:59 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
En Allemagne, Audi fabrique du gaz vert

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 09/11/2017

Reportage Le constructeur produit en Basse-Saxe du méthane vert pour compenser les émissions de CO2 de ses berlines à motorisation hybride gaz-essence. Une première industrielle.

Image
L’usine power-to-gas d’Audi est installée sur un site de méthanisation pour y capter le CO2 en surplus.

Pour venir à Werlte, commune allemande de 10 000 habitants nichée au cœur des forêts du land de Basse-Saxe, il faut une bonne raison. C’est le constructeur automobile allemand Audi qui l’a fournie. En 2010, il y a installé la première usine industrielle « power-to-gas », qui produit du méthane de synthèse décarboné à partir de dioxyde de carbone (CO2) et d’hydrogène vert. Une fois injecté dans le réseau de gaz allemand, ce gaz vert servira à compenser les émissions de CO2 de ses véhicules hybrides gaz-essence de la gamme g-tron. Pourquoi ici ? Parce que Werlte dispose d’une importante installation de méthanisation (45 000 tonnes de déchets traitées produisant 40 à 44 gigawattheures d’énergie par an) qui fournit le CO2 nécessaire à la production par méthanation de gaz vert.

À Werlte, un champ d’éoliennes fournit l’électricité d’origine renouvelable indispensable à la production par électrolyse de l’eau de l’hydrogène vert. L’odeur des déchets en décomposition, sensible dès l’arrivée sur le site de ­méthanisation, s’oublie vite. L’attention est captée par une colonne métallique et des tuyaux implantés à l’entrée du terrain de 10 000 mètres carrés. Il s’agit de l’installation de séparation du CO2 présent en surplus (30 %) dans le biométhane produit à côté, par lavage avec une solution aqueuse d’amine. Près de 350 mètres cubes par heure de CO2 sont captés, le reste est rejeté dans l’air.

1 000 tonnes d’e-gas par an

La production de dihydrogène (H2) vert se déroule dans le grand bâtiment blanc. « C’est le hall des électrolyseurs », ­commente Hermann Pengg, le directeur du département ­e-fuels et analyse du cycle de vie d’Audi. Trois électrolyseurs alcalins atmosphériques Enertrag Hytec de 2 mégawatts produisent 1 300 mètres cubes par heure d’hydrogène. L’oxygène généré durant l’opération et rejeté dans l’air représente l’équivalent de la respiration de 4 hectares de forêt. Le dihydrogène, lui, est stocké dans un réservoir d’Air liquide pendant environ une heure avant l’étape de méthanation. Celle-ci consiste à associer par catalyse 4 molécules de H2 avec une molécule de CO2 en utilisant la réaction décrite par Paul Sabatier en 1905. À la sortie du réacteur, on obtient du méthane de synthèse (CH4) et de l’eau (H2O) à 350 °C, la réaction étant exothermique. Cette chaleur est utilisée pour la régénération de la solution aqueuse d’amine utilisée dans le procédé de captage de CO2 du biométhane en début de processus. L’efficacité du réacteur de méthanation, qui baigne dans du sel fondu, est de 82 %.

L’usine power-to-gas d’Audi a été conçue et installée par Etogas, une spin-off du Center for solar energy and hydrogen research Bade-Wurtemberg, dont Hermann Pengg était l’un des quatre cofondateurs avant d’intégrer l’équipe d’Audi. Le site fonctionne depuis 2013. Il capte jusqu’à 2 800 tonnes de CO2 et produit 325 mètres cubes par heure de méthane de synthèse, soit 1 000 tonnes d’e-gas par an. [color]Cela permet de compenser les émissions de CO2 de 1 500 modèles d’Audi g-tron parcourant 15 000 kilomètres par an, explique le constructeur[/color]. Automatique à 100 %, l’usine est supervisée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par quatre personnes. Elle fonctionne en moyenne 4 000 heures par an, car elle ne produit que lorsqu’il y a du vent ou de l’électricité renouvelable en surplus à bas coût sur le réseau, le plus souvent la nuit et le week-end. Pour Audi, l’opération n’est pas vraiment rentable. « Jusqu’à il y a peu, nous vendions l’e-gas que nous réinjectons dans le réseau au prix du gaz fossile, ce qui est ridicule. Depuis peu, on peut le vendre comme du biogaz, soit un tout petit peu plus cher », observe Hermann Pengg. Mais Audi veut montrer l’exemple.


https://www.usinenouvelle.com/article/e ... rt.N610173

C'est bien beau, mais c'est 100 fois ça qu' il faudrait pour que ca commence à compter. (ca ferait pour 150 000 véhicules)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'Allemagne: Outre-Rhin et nulle part ailleurs...
MessagePosté: Dim Fév 25, 2018 3:40 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Par chez moi :

Citation:
Grenoble : la Semitag commande 13 bus GNV supplémentaires

17/02/2018

Après avoir officialisé en fin d’année dernière une commande de 35 bus standard fonctionnant au gaz naturel, la Semitag vient d’acter la commande de 13 autobus GNV complémentaires.

Une nouvelle fois, c’est le constructeur suédois Scania qui a remporté le marché à travers une consultation réalisée par l’intermédiaire de la centrale d’achat UGAP. Ces treize autobus, des Citywide Low Entry LE, seront livrés d’ici au mois de septembre et viendront s’ajouter aux 35 CityWide LF commandés fin 2017 par l’agglomération grenobloise.

« Cette commande vient compléter notre offre en véhicules au gaz. Ils seront affectés à la ligne 25, une ligne interurbaine avec des inters arrêts courts. Les Citywide rempliront ainsi parfaitement leur rôle d’autobus facile d’accès et offrant plus de places assises que leurs homologues circulant dans le centre-ville », a précisé Christine Rochex, responsable matériel roulant à la Semitag.

Dotés d’une boîte de vitesses automatique à six rapports ZF, les bus au gaz de Scania sont animés par un moteur de 9 litres développant jusqu’à 280 ch de puissance et capable de fonctionner au gaz naturel mais aussi avec sa version renouvelable, le biogaz.

Engagé depuis 2002, dans le développement du gaz naturel, la Semitag dispose actuellement d’une flotte de 220 bus standard dont 56 hybrides et 74 GNV auxquels s’ajoutent 32 modèles articulés. Desservant les 49 communes de l’agglomération, le réseau compte atteindre les 100 millions de voyages en 2020.

http://www.gaz-mobilite.fr/actus/grenob ... -1866.html


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com