Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Dim Juil 21, 2019 3:01 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 361 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 20, 21, 22, 23, 24, 25  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Ven Aoû 25, 2017 9:25 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Energy Observer: des perspectives "assez incroyables" pour la filière hydrogène (Philippe)

AFP le 25/08/2017

Image
A bord du catamaran Energy Observer le 25 août 2017 à Dinard (de G à D): le skipper Victorien Erussard, le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, Florence Lambert Directrice Générale du CEA, le premier ministre Édouard Philippe et Didier Bouix, ingénieur au CEA ( AFP / CHARLY TRIBALLEAU )

Energy Observer, premier bateau capable de produire son propre hydrogène à partir de l'eau de mer et des énergies renouvelables, ouvre des perspectives "assez incroyables" pour la filière, a déclaré vendredi le Premier ministre Edouard Philippe à Dinard (Ille-et-Vilaine).

Après avoir navigué dans la baie de Saint-Malo à bord du catamaran expérimental accompagné de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Édouard Philippe a salué, lors d'un point presse organisé dans le port de plaisance de Dinard, "un bateau incroyablement innovant (...) qui inspire".

"C'était une très bonne façon de découvrir les perspectives assez incroyables de la filière hydrogène. On voit le potentiel considérable qu'il peut y avoir en matière de (...) transformation des transports et d'utilisation des sources d'énergie", a-t-il souligné, ajoutant que "la question est la façon dont on le produit".

Image
Energy Observer, navire autonome ( AFP / Sabrina BLANCHARD, Simon MALFATTO )

L'hydrogène contient jusqu'à trois fois plus d'énergie par unité de masse que le gazole et 2,5 fois plus que le gaz naturel. De plus, sa combustion ne rejette ni CO2 ni particules fines, mais il est aujourd'hui produit à 96% à partir d'énergies fossiles. L'objectif d'Energy Observer est de montrer qu'il peut être produit à partir d'énergies renouvelables, solaire et éolienne.

Outre 130 m2 de panneaux photovoltaïques, le bateau intègre deux éoliennes à axe vertical, une aile de traction ainsi qu'une pile à combustible pour produire de l'électricité à partir de l'hydrogène stocké.

"Pour l'instant, on est à un point zéro, l'idée c'est de développer la filière. Avec l'hydrogène, on va notamment résoudre cette difficulté de l'intermittence des énergies renouvelables, parce qu'on peut le stocker durablement", a déclaré Nicolas Hulot.

- "Franchir la marche industrielle" -

"On peut répondre à la mobilité durable, a-t-il ajouté. Les Allemands vont bientôt inaugurer des lignes de chemin de fer avec des piles à hydrogène (...) Il faut avoir foi dans cette transition (...) et faire en sorte d'accompagner ces filières jusqu'au développement industriel."

..........................
..........................


http://www.boursorama.com/actualites/en ... 9327e62a8d


Dernière édition par energy_isere le Ven Aoû 25, 2017 10:14 pm, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Ven Aoû 25, 2017 9:38 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Citation:
(Philippe)

c'est toi phili2pe ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Lun Sep 04, 2017 4:00 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Bientot les navires pilotés à distance :

Citation:
Wärtsilä réussit la télécommande à distance d’un navire supply

le 01/09/2017 lemarin.fr

Dans le match à distance opposant Wärtsilä à Rolls Royce sur le terrain du futur marché des navires automatisés, le groupe finlandais vient de marquer un point avec la réussite d’un test grandeur nature de télécommande à distance d’un navire de soutien à l’offshore basé en Écosse depuis un centre de commande situé à San Diego, en Californie.

Le navire en question était le Highland Chieftain, un supply tout ce qui a de plus classique de la compagnie britannique Gukfmark Offshore, dont le système de positionnement dynamique de niveau 2 a été contrôlé à distance en utilisant le système de transmission satellitaire du navire.

Construit en 2013 dans le chantier polonais Remontowa, à Gdansk, ce navire de 79 mètres de long était déjà équipé de propulseurs Wärtsilä, qui avait également fourni sa suite de logiciels Nicos Platinium, qui commande le système de navigation et le positionnement dynamique.

Pour cette nouvelle application de télécommande à distance, il n’aura fallu ajouter temporairement qu’un seul logiciel pour faire la connexion avec la liaison satellite. Le test a duré quatre heures durant lesquelles plusieurs manœuvres ont été effectuées à vitesse réduite et élevée.

Wärtsilä va désormais engager d’autres tests pour son projet Smart Marine, dont des manœuvres d’accostage à distance.

Les ports commencent déjà à intégrer cette nouvelle problématique des navires automatisés. À Rotterdam, les autorités s’attendent à voir arriver d’ici trois ans des premiers navires de plus de 100 mètres de long en autonomie partielle ou totale.

Image
Le supply « Highland Chieftain » a effectué durant 4 heures diverses manœuvres au large d’Aberdeen, télécommandées depuis San Diego, à 8 000 kilomètres de distance. (Photo : Wärtsilä)

http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... dun-navire


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Jeu Sep 07, 2017 9:43 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Le premier vraquier au gaz carburant d’ESL shipping mis à l’eau

Publié le 07/09/2017 lemarin.fr

Le chantier chinois Jinling Shipyard a mis à l’eau le premier des deux vraquiers de 25 600 tonnes de port en lourd alimenté au gaz carburant commandés en 2015 par la compagnie finlandaise ESL shipping.

Image

Le « Viikki » et sont sistership serviront au transport du minerai de fer suédois en mer Baltique. (Photo : ESL shipping)

http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... g-mis-leau


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Mar Sep 12, 2017 9:12 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Contretemps pour les hydroptères de SeaBubbles

Publié le 12/09/2017 lemarin.fr

La société SeaBubbles devait tester quatre hydroptères électriques de présérie fin septembre sur la Seine. Las ! Les essais sont reportés au printemps, a annoncé son fondateur, le navigateur Alain Thébault.


http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... seabubbles


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Sam Sep 16, 2017 2:09 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Costa Croisières lance les travaux pour son 1er paquebot au GNL destiné au marché mondial

AFP parue le 13 sept. 2017

La compagnie italienne Costa Croisières (groupe américain Carnival) a lancé mercredi les travaux du premier navire de croisière destiné au marché mondial et propulsé au gaz naturel liquide (GNL), appelé à silloner les mers à partir d'octobre 2019. Les travaux du premier navire au GNL, uniquement destiné au marché allemand, l'AIDANova, ont eux été lancés en février dernier, avec une navigation prévue à l'automne 2018.

La cérémonie de découpe de la première tôle du Costa Smeralda a eu lieu mercredi sur le chantier naval Meyer de Turku, en Finlande. L'AIDANova et le Costa Smeralda seront alimentés à la fois au port et en mer, au gaz naturel liquéfié, combustible fossile le plus propre au monde, selon Costa. Le Costa Smeralda sera commercialisé sur le marché mondial, à destination de nombreux pays tels que l'Italie, la France, l'Espagne, l'Allemagne et la Suisse.

"La construction du Costa Smeralda s'inscrit dans le cadre d'un plan stratégique à l'initiative de Carnival Corporation (principale compagnie de croisière mondiale, à la tête de 10 marques dont Costa Croisières), dans l'objectif de construire sept navires alimentés en GNL pour sa flotte de 103 navires", a expliqué Costa Croisières dans un communiqué.

Le Costa Smeralda, qui dépassera 180 000 tonneaux de jauge brute, pourra accueillir 6 600 passagers, dans plus de 2 600 cabines. Un autre navire semblable au Costa Smeralda devrait être livré par Meyer Turku en 2021. Le GNL sera stocké dans des réservoirs spéciaux à bord des navires et sera utilisé pour produire 100% de l'énergie nécessaire à la navigation et au fonctionnement des services à bord, grâce à des moteurs hybrides à double carburation.

L'utilisation du GNL "représente une innovation majeure en termes d'impact environnemental, puisqu'il permet de réduire de façon significative les émissions de gaz d'échappement, notamment le soufre (SO2), l'azote (NO2), le CO2 et les particules", a souligné le groupe.


https://www.connaissancedesenergies.org ... ial-170913


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Lun Sep 18, 2017 9:16 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Un troisième souteur neuf de gaz carburant entre en service

Publié le 18/09/2017 lemarin.fr

Après l’Engie Zeebrugge, en février, puis le Cardissa de Shell en mai, un troisième souteur neuf destiné au jeune marché du gaz carburant pour navires est entré en service.

Image
D’une capacité de 5 800 m3, le « Coralius » a la particularité de se positionner dans l’avitaillement de gaz carburant en mer ouverte. (Photo : DR)


http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... en-service


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Ven Oct 06, 2017 7:51 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Unifeeder déploie le premier porte-conteneurs converti au gaz carburant

Publié le 05/10/2017 lemarin.fr

Premier porte-conteneurs au gaz carburant par conversion de son moteur existant, le Wes Amelie a repris ses rotations commerciales sous la bannière d’Unifeeder, la compagnie de feedering danoise.

Image
Le « Wes Amelie » est à ce jour le seul cas au monde d’un porte-conteneur converti au gaz carburant en modifiant son moteur MAN existant. (Photo : DR)


http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... rti-au-gaz


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Mar Oct 17, 2017 7:04 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Tiens ? La marine Française fait copain copain avec la marine Chinoise :

Citation:
Trois jours d’escale à Toulon pour la marine chinoise

Publié le 17/10/2017 lemarin.fr

Depuis le dimanche 15 octobre, trois navires de la marine chinoise sont à quai à la base navale de Toulon. Les deux frégates lance-missiles Huang Gang et Yanghzou sont accompagnées du pétrolier ravitailleur Gao Yao Hu.

Image

La frégate « Yanghzou » (numéro de coque 578) est l'un des trois bâtiments chinois en escale à Toulon. (Photo : East Pendulum)

http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... e-chinoise


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Mer Oct 18, 2017 7:52 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Rolls Royce prend la mer
VIDÉO. Déjà présent dans l'aéronautique, le groupe britannique se tourne vers le secteur maritime. Il sortira l'an prochain ses premiers navires autonomes.


Par Baudouin Eschapasse
le 18/10/2017 Le Point.fr

Vous connaissiez la marque pour ses voitures de luxe, peut-être aussi pour ses réacteurs d'avion. Le groupe Rolls Royce s'attaque aujourd'hui au marché de la construction navale en lançant le premier navire autonome. Déjà présente sur le créneau de la propulsion de navires de guerre mais aussi de cargos et de tankers, l'entreprise britannique indique vouloir mettre à l'eau son premier navire en 2018. "Nous allons révolutionner le secteur", promet le Finlandais Oskar Levander, vice-président en charge de l'innovation, de passage à Paris.

Depuis que le groupe a vendu la marque automobile à l'Allemand BMW en 1998, il concentre son activité dans quatre domaines : l'aviation civile et militaire, la fabrication de turbines et de réacteurs pour l'industrie, mais aussi la construction de matériels nucléaires et de moteurs, principalement diesel, dans le maritime. "L'entreprise, présente dans 46 pays a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de près de 14 milliards de livres sterling (15,6 milliards d'euros, NDLR)", explique Michel Dubarry, président du groupe pour l'Europe et l'Afrique. Il affichait, en 2016, un résultat net de 813 millions de livres sterling (909 millions d'euros).

Des navires sans équipages

Image

Près de 70 % de ce chiffre d'affaires résultent aujourd'hui de la fabrication de réacteurs et de systèmes de contrôle et de commande pour l'aviation et l'aérospatiale. Un domaine dans lequel le britannique est devenu partenaire de la plupart des géants mondiaux, de Boeing à Airbus. "Nous ambitionnons de développer notre groupe en augmentant notre présence dans le maritime (qui ne représente pour l'heure que 1,5 % de l'activité globale de l'entreprise, NDLR)", insiste Oskar Levander. Pour ce faire, Rolls Royce mise beaucoup sur le lancement de navires de transport autonomes. L'annonce de ce repositionnement du groupe avait été faite, en septembre dernier. Il a été détaillé à Paris, le 18 octobre.

Plusieurs prototypes ont été exposés à la presse. Notamment celui d'un porte-conteneurs de 60 mètres de long qui pourrait atteindre la vitesse vertigineuse de 25 noeuds. "En débarquant l'équipage, nous réduisons à zéro les risques d'accident pendant la navigation ; nous permettrons aussi et surtout d'augmenter significativement la capacité de chargement des bateaux et leur puissance", confie Oskar Levander.

"À l'horizon de 2020, les mers du monde seront sillonnées par des bateaux commandés à distance", veut croire le vice-président de Rolls Royce qui investit massivement dans ce programme de recherche-développement (mais se refuse à livrer le moindre chiffre précis). Un remorqueur, doté de cette technologie autorisant le pilotage à distance, est déjà en service dans le port de Copenhague depuis trois mois. Le 1er janvier prochain, un premier ferry Rolls Royce sera mis en service en Norvège pour desservir les fjords du Sud. "Mais nous développons aussi un projet de cargo avec un partenaire chinois", poursuit Oskar Levander.

Profilés pour améliorer leur résistance au vent et économiser de 10 % à 15 % de la consommation actuelle de carburant par rapport à des navires de même tonnage, ces géants des mers verront leur équipage réduit, mais pas systématiquement supprimé. Les marins restant à bord pour des cargaisons précieuses ou sensibles seront logés dans des cabines amovibles en forme de conteneur. Ce qui facilitera le ravitaillement à chaque étape et limitera d'autant le temps d'escale. "À terme, nous pourrons ainsi diminuer la vitesse de croisière des bateaux pour nous montrer plus respectueux de l'environnement tout en maintenant la même qualité de service", conclut Oskar Levander.


http://www.lepoint.fr/economie/rolls-ro ... or=CS3-192


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Lun Oct 23, 2017 10:03 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Anne Hidalgo va beacoup pleurer :

Citation:
Sea Bubbles : le test des taxis volants au-dessus de la Seine est "ajourné"

Par Sciences et Avenir avec AFP le 23.10.2017

Le test de ces véhicules électriques futuristes devait avoir lieu sur la Seine en mars 2018, mais a été ajourné faute d'accord. Le test sera finalement conduit en Suisse.

Voilà qui ressemble à s'y méprendre à un énorme gâchis. Les Sea Bubbles, ces véhicules électriques futuristes pourvus d'ailerons capables de les soulever hors de l'eau lorsque leur vitesse est suffisante, ne s'installeront finalement pas à Paris. Du moins pas pour le moment. Les tests initialement prévus fin septembre 2017 puis repoussés de 6 mois, ont finalement été "ajournés" a fait savoir le navigateur Alain Thébault, leur inventeur. "On ne va pas continuer à pédaler dans le vide en passant des mois à discuter avec les administrations" a-t-il déclaré à l'AFP. Les essais avaient déjà été décalés à plusieurs reprises pour cause de "contraintes techniques et réglementaires". Alain Thébault avait ainsi notamment évoqué des éléments bloquants tels que l'obligation de limitation de vitesse pour les Sea Bubbles, ainsi que des difficultés à trouver des amarres abordables. Selon M. Thébault, le port autonome de Paris propose des pontons pour 1.000 euros par jour et "pas de branchements" alors que deux communes suisses "nous disent "on va financer vos infrastructures".

C'est la raison pour laquelle les Sea Bubbles vont migrer en Suisse où elles seront testées de manière opérationnelle sur le Lac Léman. En avril, une ligne pilote sera installée entre Genève et une commune voisine. Cinq de ces "bulles" seront intégrées au réseau de transport, serviront de taxis à la demande. "Je veux voir ces bulles voler", a ajouté l'inventeur selon qui plusieurs villes du monde sont déjà preneuses de l'invention. Quant à Paris, "on y reviendra", a-t-il dit sans plus de précision. Un prototype avait été testé le 16 juin sur la Seine avec à son bord la maire de Paris Anne Hidalgo, qui soutient le projet depuis ses débuts. Les Sea Bubbles à propulsion électrique reprennent le principe de l'hydroptère développé par M. Thébault, avec des "foils", sorte d'arcs en fibre de verre, immergés qui, grâce à la vitesse, maintiennent le bateau hors de l'eau à quelque 50 cm au-dessus des vagues.


https://www.sciencesetavenir.fr/high-te ... rne_117621


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Mar Oct 24, 2017 9:51 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Les bateaux d'Airbus tractés par le vent

Olivier James Usine Nouvelle 19/10/2017

Image

Drôle de scène pour qui navigue cet automne entre Bordeaux et Bristol : l’imposant navire d’Airbus de 127 mètres de long transportant les ailes de l’A 380 est tracté par… un cerf-volant. Plus précisément une aile volante. C’est la première campagne de tests de cette structure souple en polyester et fibres de carbone, baptisée SeaWing, destinée au fret maritime. Elle serait capable de générer une économie de carburant de 20 %, une manne alors que ce poste représente 50 % des coûts opérationnels des navires. C’est ce qu’assurent ses créateurs, une équipe d’une dizaine d’experts issus des rangs d’Airbus qui a fini par constituer en 2016 une société indépendante, AirSeas. « La force de notre projet réside dans la combinaison de deux transferts clés de l’aéronautique vers le maritime, qui ont abouti à la conception d’une aile aérodynamique automatisée et au traitement des données pour l’optimisation de la route », résume Vincent Bernatets, le patron de cette spin-off d’Airbus. L’équipe a mis au point des ailes de traction de 500 et 1 000 m² qui ajustent automatiquement leur positionnement. AirSeas propose aussi un système d’optimisation de route, en fonction des données météorologiques et océanographiques, qui indique les moments les plus propices pour déployer l’aile. L’équipe s’est entourée de spécialistes du domaine maritime, le bureau d’études norvégien LMG Marin et l’École nationale supérieure maritime (ENSM) de Nantes, et a reçu une aide de 15 millions d’euros. « Notre objectif est de pénétrer 15 % de la flotte mondiale de bateaux d’ici à 2030 et de créer jusqu’à 2 000 emplois », prévoit Vincent Bernatets. Après Airbus comme client de lancement – la flotte de navires sera équipée en 2019 –, AirSeas s’attaquera aux spécialistes du fret maritime.

https://www.usinenouvelle.com/article/l ... nt.N600768


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Mar Nov 07, 2017 8:02 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
CMA CGM choisit le GNL pour ses futurs porte-conteneurs géants

Publié le 07/11/2017 lemarin.fr

Après avoir gardé le suspense quelques semaines, CMA CGM a annoncé ce 7 novembre que les neuf porte-conteneurs de 22 000 EVP commandés au chantier chinois CSSC seraient propulsés au GNL. Une première mondiale pour des navires de cette taille.

Gaz naturel liquéfié ou scrubbers pour traiter les fumées ? CMA CGM a laissé durer le suspense depuis l’annonce de la commande de neuf navires de 22 000 EVP – un record – début septembre. Ce 7 novembre, le géant du conteneur lève le voile et annonce que les navires, livrables début 2020, date d’entrée des nouvelles normes d’émission de soufre (3,5 à 0,5 % partout dans le monde), seront dotés de moteurs dual-fuel.

Selon CMA CGM, qui travaille sur cette propulsion alternative depuis 2010 avec Engie, Total et GTT, le GNL permettra d’améliorer de 20 % l’indice d’efficacité énergétique (EEDI) du navire par rapport à une propulsion classique. Avec une série de performances qui anticipent les futures normes : plus d’émissions de soufre et de particules fines ou presque, 85 % d’oxyde d’azote en moins et jusqu’à 25 % de CO2 en moins. « Le GNL est un accélérateur de la nécessaire transition énergétique vers un transport maritime durable et bas carbone », résume Julien Topenot, manager environnement et développement durable de CMA CGM.

Le gouvernement salue la décision

Les cuves de GNL, d’une capacité de 18 000 m3, conçues par GTT selon la membrane Mark 3 seront situées sous les aménagements avant. Le pont supérieur sera quant à lui utilisé comme centre de gestion du GNL. Les navires seront classés par Bureau Veritas qui réalise lui aussi une double première : les plus grands porte-conteneurs après les trois de 20 600 EVP en cours de finition pour CMA CGM chez Hanjin Philippines et les premiers de cette taille propulsés au GNL. Les moteurs seront des Wärtsilä 12X92 (qui équipent déjà chez CMA CGM les trois 20 600 EVP et les six 14 000 EVP dont la livraison se termine chez Hyundai), version DF. « La formation de nos marins va commencer l'an prochain afin qu'ils obtiennent les brevets gaz », explique Ludovic Gérard, vice-président de CMA Ships.

Le GNL dans le transport de conteneurs est un marché naissant qui ne concerne actuellement que quelques (petits) porte-conteneurs, quatre navires de l'américain Tote (dotés eux de citernes) et un porte-conteneurs retrofité pour Wessel Reederei.

Le choix du mode d’avitaillement n'est pas encore officiellement annoncé mais il s’agit là d’un enjeu majeur. Actuellement, un porte-conteneurs consomme 8 000 tonnes de fuel pour un seul voyage aller-retour Asie - Europe. Fuel qu’il embarque là où les prix sont les plus bas – Singapour ou les émirats – en complétant par un peu de gasoil dans les ports européens ou chinois. Pour le GNL, il s’agira de mettre en place une logistique dédiée avec un petit méthanier à disposition. Total y travaille actuellement.

L'annonce de CMA CGM a été aussitôt saluée par le gouvernement. « Cette décision, qui est une première dans l’industrie, illustre bien la capacité à innover au service de la protection de l’environnement et de la sauvegarde des océans et de la biodiversité », indiquent les ministres des Transports et de l’Écologie Élisabeth Borne et Nicolas Hulot dans un communiqué commun. « Ce choix responsable, indique Nicolas Hulot, place le groupe CMA CGM au cœur de la bataille pour notre planète comme je souhaite que se place toute l’industrie française. Par l’innovation qu’elle représente, cette décision courageuse va, je l’espère, ouvrir la voie à l’ensemble de l’industrie maritime pour porter des projets innovants toujours plus écoresponsables.»

Élisabeth Borne salue le choix d’un « fleuron français » qui,selon elle, « doit être un encouragement fort pour l’ensemble de la filière et doit en particulier permettre de développer rapidement ce type d’avitaillement dans nos grands ports ».

« Cette commande majeure, première mondiale, va permettre de structurer la chaine logistique du GNL carburant. Elle va également offrir une formidable dynamique à l’ensemble de la filière du GNL en France », a déclaré de son côté Alain Giacosa, directeur de la plateforme GNL carburant marin et fluvial française.

http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... urs-geants


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Mar Nov 07, 2017 9:09 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 28, 2006 9:06 pm
Messages: 3752
C'est vrai que sur le trajet Chine-Europe, ça ne fait pas un gros détour d'aller faire le plein en Iran ou au Qatar

_________________
On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Pierre Desproges


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le premier navire à ....
MessagePosté: Lun Nov 20, 2017 7:06 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Siemens équipe le premier car-ferry électrique de Finlande

Xavier Boivinet le 20/11/2017

Dans l’archipel de Turku, la liaison entre les villes de Pargas et Nagu s’effectue à bord d’un bateau alimenté à l’électricité. Baptisé Elektra, il est opéré par la compagnie FinFerries depuis cet été. La technologie hybride développée par Siemens permet tout de même un recours à des moteurs diesel en cas de coupure électrique...ou de mer gelée.

Image
Avec ses 90 mètres de long et 16 mètres de large, Elektra peut accueillir 90 véhicules.
© Xavier Boivinet


En 2015, la Norvège ouvrait la voie des ferries électriques avec l’inauguration du MF Ampere. C’est maintenant au tour de la Finlande. Le 16 juin dernier, l’Elektra transportait ses premières voitures entre les villes de Pargas et Nagu, dans l’archipel de Turku. Contrairement au Sterna, qui sillonne la même route grâce à des moteurs diesel depuis 1992, Elektra a opté pour l’électricité. Construit dans les chantiers navals Crist, en Pologne, il est équipé d’une technologie hybride développée par Siemens. Hybride car si les 2 x 900 kW de propulsion sont la plupart du temps alimentés par des batteries, ils peuvent aussi l’être par des moteurs diesel en cas d’urgence.

La Finlande compte 44 itinéraires dont la traversée se fait en ferry. Au Sud-Ouest du pays, l’archipel de Turku en compte près de la moitié. Que ce soit pour traverser des lacs ou des bras de mer, ce mode de locomotion gratuit fonctionne 24h/24 et 7j/7. Chaque année 5 millions de véhicules et 10 millions de passagers les utilisent. L’entreprise publique FinFerries opère 84 navires pour effectuer ces allers-retours sur des distances allant de 169 mètres à 9,5 km. Certains sont tractés par des câbles. D’autres utilisent des moteurs diesel. Elektra est le premier à fonctionner à l'électricité.

1 MWh stockés dans des batteries


Au niveau des deux embarcadères, les batteries se chargent pendant quelques minutes, le temps que les voitures débarquent et embarquent. Cinq minutes pour un rechargement partiel, suffisant pour parcourir les 1,6 km qui séparent le navire de l’autre berge. « Chargées au maximum, les 1MWh permettraient de parcourir environ 9 km », précise Mats Rosin, directeur général de FinFerries. Mais les batteries ne sont pas conçues pour un tel fonctionnement. « Elles sont très sensibles, confie Kaj Jansson, chef de projet chez FinFerries. Il ne faut pas trop les charger ou les décharger. De plus, elles ont été dimensionnées pour fournir une puissance particulière. Si vous leur en demandez trop, vous les endommagez. » D’où l’importance d’un suivi précis de leur utilisation et de leurs cycles de charge/décharge pour atteindre la durée de vie de dix ans estimée par Siemens.

Au bord du ponton, une tourelle de plusieurs mètres de haut assure la recharge. A chaque arrivée du navire, un système descend automatiquement à la verticale et se branche à l’endroit prévu. Une opération qui nécessite que le bateau soit tout à fait stable. Les accroches classiques à l’avant du ponton sont complétées par une ventouse qui se pose sur le flanc du navire pour le maintenir.

Des moteurs diesel réduits au silence

« D’habitude, lorsqu'on entre dans la salle des machines d’un bateau propulsé au diesel, il faut mettre des protections pour les oreilles, s’amuse Kaj Jansson. Mais pas ici. » Quand on y descend, les trois moteurs diesels sont bien là, flambant neufs, mais à l’arrêt. Ils sont mis en route uniquement lorsque des coupures de courant surviennent. En octobre dernier par exemple, des vents violents ont entraîné la chute d’un arbre sur une ligne électrique. Un black-out a rendu impossible la recharge des batteries le temps de la réparation. « Nous devons être capables d’assurer le service en permanence car des gens vivent sur ces îles, relève M. Jansson. Les secours doivent y avoir accès en cas d’urgence. »

De plus, même si les deux derniers hivers ont été doux selon Mikko Jukakoski, directeur technique de FinFerries, la température ambiante peut descendre jusqu’à -30°C et varier fortement du jour au lendemain en fonction de la direction du vent. « Elle peut passer de -20°C à +8°C en 24h », affirme-t-il. Dans ces conditions, il arrive donc que la mer gèle entre les îles, notamment près des côtes, rendant difficile les manœuvres d’approche. Les moteurs diesel offrent la puissance nécessaire dans ces cas-là.

Si Elektra fait ses preuves, les anciens modèles fonctionnant au diesel seront-ils convertis ? « En principe, c’est possible », affirme Odd Moen, directeur commercial des solutions marines chez Siemens. De son côté, le directeur général de FinFerries assure y réfléchir pour le faire au moment où les moteurs diesel actuels devront être remplacés.


https://www.industrie-techno.com/siemen ... ande.51772


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 361 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 20, 21, 22, 23, 24, 25  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com