Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Jeu Juin 20, 2019 7:58 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: KercozGénérator.
MessagePosté: Lun Fév 28, 2011 7:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Le KercozGénérator est un petit logiciel qui vous permet de générer des posts de philosophie de comptoir, agrémenté de sociologie de supermarché, de psychologie de bazar, de citations d'hommes illustres piochées sur le net et de mots inventés pour impressionner l'auditoire.

Très utile pour faire un HS dans une discussion trop sérieuse a votre goût.
(Ne pas dépasser la dose prescrite, certains lecteurs deviennent aveugles)

Épisode 1

Citation:
Le primitivisme en regard du physicalisme

Vers une théorie du primitivisme rationnel.


Que signifie exactement le primitivisme dans son acception primitive ? Le paradoxe de la certitude générative illustre l'idée selon laquelle le physicalisme transcendental n'est ni plus ni moins qu'un platonisme empirique empirique.
On ne saurait, par ce biais, ignorer l'influence de Kant sur le platonisme idéationnel, et il est alors évident que Emmanuel Kant spécifie la relation entre syncrétisme et confusionnisme. Il convient de souligner qu'il en spécifie l'expression originelle dans une perspective hegélienne contrastée tout en essayant de l'opposer à son cadre politique.
Le paradoxe de la consubstantialité irrationnelle illustre donc l'idée selon laquelle la consubstantialité déductive et la consubstantialité empirique ne sont ni plus ni moins qu'un mesmerisme moral minimaliste.
Cependant, il identifie l'analyse minimaliste du primitivisme et le primitivisme s'oppose alors fondamentalement au connexionisme substantialiste. Notons par ailleurs qu'on ne peut que s'étonner de la façon dont Descartes critique le connexionisme, et on ne peut considérer que Jean-Jacques Rousseau rejette l'origine du primitivisme que si l'on admet qu'il en particularise la réalité morale dans sa conceptualisation.
C'est dans cette optique qu'il rédéfinit comme transcendental le primitivisme, et on ne peut que s'étonner de voir Leibniz critiquer l'abstraction rationnelle, contrastons cependant ce raisonnement : s'il spécifie la destructuration substantialiste du primitivisme, il est nécessaire d'admettre qu'il réfute l'analyse post-initiatique en tant que concept rationnel de la connaissance alors qu'il prétend critiquer la continuité subsémiotique.
Notre hypothèse de départ est la suivante : le primitivisme ne se comprend qu'à la lueur du scientisme phénoménologique. Cela signifie notamment qu'il examine la démystification irrationnelle du primitivisme.

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Lun Fév 28, 2011 11:11 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 28, 2006 9:06 pm
Messages: 3752
Citation:
Ne pas dépasser la dose prescrite, certains lecteurs deviennent aveugles
Hé oui, il faut se méfier de l'alcool de bois, même raméal et fragmenté.

_________________
On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Pierre Desproges


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Mar Mar 01, 2011 12:24 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Bon on y va molo.

Episode 2 :

Citation:
Du subjectivisme phénoménologique

Vers une théorie du subjectivisme originel.

Kant établit, dans son ouvrage posthume "notes sur le subjectivisme", que la réalité bergsonienne du subjectivisme découle d'une représentation spéculative. On ne peut donc contester l'impulsion sartrienne. Mais il ne faut pas oublier pour autant qu'il particularise l'origine du subjectivisme.
Néanmoins, il conteste la relation entre connexionisme et liberté, et le subjectivisme ne peut être fondé que sur l'idée de la liberté transcendentale.
C'est le fait même qu'il interprète en effet la destructuration primitive du subjectivisme qui nous permet d'affirmer qu'il s'en approprie l'analyse existentielle en tant que concept minimaliste de la connaissance.
C'est dans une optique identique qu'il donne une signification particulière à l'analyse rationnelle du subjectivisme afin de l'opposer à son cadre politique et intellectuel. C'est dans cette optique qu'il rédéfinit comme spéculatif le subjectivisme, et on ne saurait écarter de cette étude l'impulsion leibnizienne de la liberté post-initiatique, contrastons néanmoins ce raisonnement : s'il conteste la destructuration spéculative du subjectivisme, il est nécessaire d'admettre qu'il en particularise l'aspect génératif dans sa conceptualisation.
D'une part il décortique l'origine du subjectivisme, d'autre part il en donne une signification selon l'aspect primitif en tant qu'objet transcendental de la connaissance.
C'est dans une optique identique qu'il conteste la relation entre réalisme et consubstantialité pour l'opposer à son cadre politique et intellectuel la liberté existentielle.
On pourrait, par déduction, mettre en doute Nietzsche dans son approche spéculative de la liberté.

Il faut cependant contraster ce raisonnement car il caractérise la liberté synthétique par sa liberté post-initiatique. Le fait que Kierkegaard rejette alors la démystification rationnelle du subjectivisme signifie qu'il en conteste l'origine existentielle en regard de la liberté.
Il faut cependant contraster cette affirmation car il se dresse contre la conception irrationnelle du subjectivisme, et la liberté déductive ou la liberté transcendentale ne suffisent pas à expliquer la liberté déductive dans une perspective nietzschéenne.
D'une part il envisage ainsi la réalité originelle du subjectivisme, d'autre part il en restructure l'origine universelle dans sa conceptualisation.
C'est dans une optique identique qu'il conteste la relation entre minimalisme et géométrie afin de la resituer dans toute sa dimension intellectuelle et politique.

Il est alors évident qu'il rejette la réalité empirique du subjectivisme. Soulignons qu'il en donne une signification selon l'analyse substantialiste dans une perspective sartrienne alors même qu'il désire l'opposer à son cadre intellectuel et social. Le paradoxe de la liberté sémiotique illustre, par la même, l'idée selon laquelle la liberté transcendentale et la liberté originelle ne sont ni plus ni moins qu'une liberté primitive.
Le subjectivisme tire ainsi son origine de la liberté phénoménologique, et c'est dans cette même optique qu'on ne saurait écarter de la problématique l'impulsion kierkegaardienne de la liberté irrationnelle.
Le paradoxe de la liberté synthétique illustre néanmoins l'idée selon laquelle la liberté rationnelle et la liberté ne sont ni plus ni moins qu'une liberté universelle phénoménologique.
Avec la même sensibilité, on pourrait mettre en doute Bergson dans son approche idéationnelle de la liberté.

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Mar Mar 01, 2011 10:08 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 28, 2006 9:06 pm
Messages: 3752
Rigole, c'est loin d'être évident d'écrire des phrases avec autant de mots de quatre syllabes et plus. On dirait presque de l'allemand :mrgreen:

_________________
On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Pierre Desproges


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Mar Mar 01, 2011 10:55 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Bof, j'ai connu dans un petit forum de Saïgon un posteur qui en pondait 100 lignes au petit déjeuné.
Comme ça :

Citation:
Le naturalisme en tant qu'objet universel de la connaissance

Prémisces du naturalisme universel.

Si d'une part on accepte l'hypothèse que Hegel décortique la réalité rationnelle du naturalisme, et qu'ensuite on accepte l'idée qu'il en systématise l'aspect phénoménologique en tant qu'objet phénoménologique de la connaissance cela signifie alors qu'il caractérise la géométrie post-initiatique par sa géométrie primitive.
Il faut cependant contraster cette affirmation car il interprète la destructuration circonstancielle du naturalisme ; le naturalisme ne peut, de ce fait, être fondé que sur l'idée.
Le fait qu'il donne en effet une signification particulière à l'analyse originelle du naturalisme signifie qu'il en conteste l'origine empirique sous un angle idéationnel.
C'est dans une optique similaire qu'il se dresse contre la réalité empirique du naturalisme dans le but de la considérer selon la géométrie synthétique. Il faut cependant mitiger ce raisonnement dans le sens où il conteste la réalité post-initiatique du naturalisme. Le naturalisme ne se borne cependant pas à être une géométrie idéationnelle dans sa conceptualisation.
On peut alors reprocher à Montague sa géométrie primitive, et si d'une part on accepte l'hypothèse que Emmanuel Kant restructure l'analyse métaphysique du naturalisme, et que d'autre part il en décortique la réalité subsémiotique en regard de la géométrie, dans ce cas il réfute la démystification morale du naturalisme.
Le naturalisme ne peut néanmoins être fondé que sur le concept du pluralisme métaphysique.
Notons par ailleurs qu'il donne une signification particulière à l'expression primitive du naturalisme.

Il est alors évident qu'il donne une signification particulière à la relation entre contemporanéité et créationisme. Il convient de souligner qu'il en particularise l'aspect empirique en tant qu'objet spéculatif de la connaissance alors qu'il prétend l'opposer à son contexte social. On ne peut ainsi contester l'impulsion kantienne de l'immutabilité spéculative, il faut cependant contraster ce raisonnement dans le sens où Spinoza s'approprie l'origine du naturalisme.
Nous savons qu'il restructure la relation entre naturalisme et esthétique, et d'autre part, il en rejette la destructuration post-initiatique dans sa conceptualisation tout en essayant de supposer l'immutabilité, c'est pourquoi il envisage la conception sémiotique du naturalisme afin de l'opposer à son contexte politique et intellectuel.
C'est dans cette même optique qu'on ne peut contester la critique chomskyenne de l'immutabilité pour l'opposer à son cadre intellectuel et social le pluralisme.
On ne saurait, par déduction, assimiler, comme le fait Kant, le pluralisme à une immutabilité.

Notons par ailleurs qu'on ne peut contester l'influence de Chomsky sur l'immutabilité universelle. Le naturalisme ne synthétise pourtant qu'imprécisément le pluralisme existentiel.
Spinoza affirme ainsi : "le naturalisme ne saurait être compris comme un pluralisme déductif". Le fait que Spinoza spécifie l'expression circonstancielle du naturalisme implique qu'il en spécifie l'aspect rationnel sous un angle irrationnel.
Cependant, il conteste la démystification phénoménologique du naturalisme, et le naturalisme pose d'ailleurs la question du pluralisme rationnel en tant que concept déductif de la connaissance.

Par ailleurs, il caractérise le pluralisme par son immutabilité rationnelle, et la dimension kierkegaardienne du naturalisme est déterminée par une intuition sémiotique du pluralisme rationnel.
Le naturalisme ne peut en effet être fondé que sur le concept de l'immutabilité circonstancielle. Pourtant, il est indubitable que Sartre interprète l'origine du naturalisme. Notons néansmoins qu'il en caractérise la démystification irrationnelle en tant que concept primitif de la connaissance, et l'aspect kierkegaardien du naturalisme s'apparente d'ailleurs à une intuition minimaliste du pluralisme spéculatif.

Le naturalisme minimaliste.

Sous quel angle faut-il envisager le naturalisme ? Premièrement Bergson se dresse contre la conception générative du naturalisme, deuxièmement il en interprète l'aspect sémiotique dans une perspective bergsonienne alors qu'il prétend prendre en considération l'immutabilité morale. Il en découle qu'il donne une signification particulière à la conception primitive du naturalisme.
Si d'une part on accepte l'hypothèse qu'il envisage la démystification subsémiotique du naturalisme, et si d'autre part il en restructure l'aspect rationnel comme concept moral de la connaissance bien qu'il conteste l'origine du naturalisme, dans ce cas il identifie la conception circonstancielle du naturalisme.
Il faut cependant mitiger ce raisonnement dans le sens où il donne une signification particulière à l'analyse irrationnelle du naturalisme, et le pluralisme ou l'immutabilité ne suffisent pas à expliquer le pluralisme existentiel en regard du pluralisme.
Premièrement il conteste alors la conception primitive du naturalisme, deuxièmement il en particularise l'expression spéculative dans une perspective spinozienne. De cela, il découle qu'il rejette l'expression générative du naturalisme.
C'est d'ailleurs pour cela qu'on ne saurait écarter de la problématique l'impulsion montagovienne du pluralisme métaphysique dans le but de le resituer dans sa dimension sociale et politique. Avec la même sensibilité, il décortique l'origine du naturalisme. Si le naturalisme originel est pensable, c'est tant il en systématise pourtant l'expression substantialiste en tant qu'objet subsémiotique de la connaissance.
Cependant, il donne une signification particulière à la conception rationnelle du naturalisme, et l'immutabilité métaphysique ou l'immutabilité ne suffisent pas à expliquer le pluralisme empirique dans une perspective bergsonienne contrastée.
Si on ne peut alors contester la critique kierkegaardienne du pluralisme génératif, Kierkegaard interprète pourtant la réalité spéculative du naturalisme et il en caractérise, par la même, la destructuration universelle en regard du pluralisme.
C'est dans une finalité identique qu'on ne peut que s'étonner de voir Sartre critiquer l'immutabilité dans le but de la resituer dans le contexte social et politique.

Par ailleurs, il se dresse contre le pluralisme minimaliste en regard du pluralisme, et on ne peut considérer que Montague caractérise l'immutabilité post-initiatique par son pluralisme synthétique si l'on n'admet pas qu'il en donne une signification selon la destructuration rationnelle en tant que concept transcendental de la connaissance.
C'est ainsi qu'il restructure l'origine du naturalisme, et on ne saurait assimiler, comme le fait Hegel, le pluralisme métaphysique à une immutabilité, il faut cependant contraster ce raisonnement dans le sens où il caractérise le pluralisme substantialiste par son immutabilité irrationnelle.
C'est le fait même qu'il identifie la destructuration empirique du naturalisme qui infirme l'hypothèse qu'il réfute l'expression circonstancielle dans sa conceptualisation bien qu'il restructure l'analyse sémiotique du naturalisme.
Pour cela, il identifie la démystification métaphysique du naturalisme pour l'examiner selon l'objectivité post-initiatique l'objectivité irrationnelle.
Le naturalisme permet, finalement, de s'interroger sur un comparatisme post-initiatique en tant qu'objet existentiel de la connaissance.

Il est alors évident qu'il particularise l'objectivité dans son acception kantienne tout en essayant de l'examiner en fonction de l'objectivité. Soulignons qu'il en décortique l'origine générative comme objet rationnel de la connaissance, et notre hypothèse de départ est la suivante : le naturalisme s'appuie sur un comparatisme dans son acception montagovienne. Cette hypothèse est cependant remise en cause lorsqu'il envisage l'expression primitive du naturalisme.
Par ailleurs, il se dresse contre la destructuration générative du naturalisme, et on ne peut que s'étonner de voir Descartes critiquer le comparatisme métaphysique, néanmoins, il envisage l'origine du naturalisme.
Dans cette même perspective, on ne peut que s'étonner de la manière qu'a Bergson de critiquer le comparatisme subsémiotique pour l'opposer à son cadre intellectuel et social.
Le naturalisme s'oppose, finalement, fondamentalement à l'objectivité métaphysique.

Néanmoins, il conteste l'expression rationnelle du naturalisme. Le naturalisme pose pourtant la question de l'objectivité post-initiatique en regard de l'objectivité.
Par le même raisonnement, on ne saurait ignorer l'impulsion sartrienne du comparatisme originel. Pourtant, il est indubitable que Nietzsche rejette l'expression sémiotique du naturalisme. Notons néansmoins qu'il en restructure l'expression idéationnelle en tant qu'objet subsémiotique de la connaissance, et le naturalisme ne synthétise d'ailleurs qu'imprécisément l'objectivité substantialiste.

C'est dans une optique similaire qu'on peut reprocher à Descartes son comparatisme spéculatif, et on ne saurait reprocher à Kierkegaard son comparatisme universel, il est alors évident qu'il spécifie l'analyse transcendentale du naturalisme. Notons néansmoins qu'il en rejette la réalité métaphysique dans son acception sartrienne.
C'est ainsi qu'on ne saurait ignorer la critique cartésienne de l'objectivité empirique pour supposer le comparatisme moral le comparatisme.
On pourrait, par déduction, mettre en doute Chomsky dans son approche phénoménologique de l'objectivité.

Pour un naturalisme subsémiotique.

On pourrait mettre en doute Kant dans son approche phénoménologique de l'objectivité, néanmoins, il identifie la conception rationnelle du naturalisme.
On ne saurait assimiler, comme le fait Kant, l'objectivité substantialiste à un comparatisme. Mais il ne faut pas oublier pour autant qu'il identifie l'expression subsémiotique du naturalisme.
C'est d'ailleurs pour cela qu'il donne une signification particulière à la réalité morale du naturalisme et c'est le fait même qu'il rejette l'origine du naturalisme qui nous permet de rejetter l'hypothèse qu'il en systématise l'analyse idéationnelle en regard de l'objectivité.
On ne peut, pour conclure, que s'étonner de voir Descartes critiquer le comparatisme. Cependant, il réfute le comparatisme transcendental dans une perspective rousseauiste, car le fait que Nietzsche décortique la relation entre primitivisme et platonisme implique qu'il en examine l'origine morale en regard de l'objectivité.
On ne peut considérer qu'il caractérise l'objectivité par son comparatisme minimaliste que si l'on admet qu'il en examine la destructuration minimaliste comme objet universel de la connaissance.
Pourtant, il est indubitable qu'il envisage la démystification irrationnelle du naturalisme. Il convient de souligner qu'il en décortique la destructuration existentielle en regard de l'objectivité, et le paradoxe de l'objectivité illustre l'idée selon laquelle l'objectivité générative et l'objectivité minimaliste ne sont ni plus ni moins qu'une objectivité rationnelle post-initiatique.
Notre hypothèse de départ est la suivante : le naturalisme s'oppose, par ce biais, fondamentalement à l'objectivité post-initiatique. Cela signifie notamment qu'il se dresse contre l'origine du naturalisme.
C'est dans une optique similaire qu'on pourrait mettre en doute Chomsky dans son analyse synthétique de l'objectivité afin de critiquer l'objectivité synthétique.

Pourtant, il serait inopportun d'ommettre qu'il systématise la destructuration primitive du naturalisme. On pourrait en effet mettre en doute Sartre dans son analyse rationnelle de l'objectivité, il faut cependant mitiger cette affirmation car il envisage l'analyse générative du naturalisme.
On ne peut considérer qu'il identifie la démystification universelle du naturalisme sans tenir compte du fait qu'il en systématise l'origine universelle en regard de l'objectivité.
Avec la même sensibilité, on ne saurait reprocher à Montague son comparatisme métaphysique pour l'analyser en fonction du comparatisme transcendental.
On ne saurait, par déduction, écarter de la problématique la critique de l'objectivité primitive par Leibniz.

Dans cette même perspective, il spécifie la relation entre innéisme et extratemporanéité, et le naturalisme ne se borne pas à être une objectivité phénoménologique dans son acception circonstancielle.
De la même manière, on ne saurait reprocher à Leibniz son objectivité rationnelle.
On ne peut que s'étonner de la façon dont Descartes critique le comparatisme rationnel, et si le naturalisme universel est pensable, c'est tant il en examine l'origine existentielle dans sa conceptualisation.
Le paradoxe de l'objectivité illustre ainsi l'idée selon laquelle le comparatisme et le comparatisme transcendental ne sont ni plus ni moins qu'un comparatisme idéationnel.
Il faut cependant contraster ce raisonnement car il identifie la réalité post-initiatique du naturalisme dans le but de l'opposer à son contexte intellectuel et social.

Pourtant, il est indubitable qu'il systématise la démystification rationnelle du naturalisme. Notons néansmoins qu'il s'en approprie l'aspect génératif en tant que concept métaphysique de la connaissance, car la formulation chomskyenne du naturalisme est à rapprocher d'une intuition rationnelle du comparatisme génératif.
C'est ainsi que Montague interprète l'objectivité irrationnelle dans une perspective bergsonienne. Pourtant, il est indubitable qu'il particularise la destructuration synthétique du naturalisme. Il convient de souligner qu'il en examine l'origine métaphysique en tant que concept phénoménologique de la connaissance, et le naturalisme s'appuie d'ailleurs sur un comparatisme phénoménologique de la pensée sociale.

Il faut cependant mitiger ce raisonnement : s'il envisage l'expression universelle du naturalisme, il est nécessaire d'admettre qu'il en restructure l'aspect moral en tant qu'objet phénoménologique de la connaissance. D'une part Bergson s'approprie cependant la destructuration phénoménologique du naturalisme, d'autre part il en décortique la destructuration primitive comme objet irrationnel de la connaissance.
Notons par ailleurs qu'il s'approprie la destructuration rationnelle du naturalisme, et on ne saurait reprocher à Rousseau son immoralisme post-initiatique, il faut cependant mitiger ce raisonnement car il réfute la destructuration déductive du naturalisme.
Premièrement il identifie la conception substantialiste du naturalisme, deuxièmement il en systématise l'expression synthétique sous un angle déductif. Par conséquent il se dresse contre la destructuration universelle du naturalisme.
Cela nous permet d'envisager qu'on pourrait mettre en doute Kant dans son analyse rationnelle de la consubstantialité pour l'examiner en fonction de l'immoralisme primitif l'immoralisme.
Finalement, le naturalisme ne synthétise qu'imprécisément la consubstantialité minimaliste. fin.

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Mer Mar 02, 2011 12:01 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Ah mais c'est Big Gang Bang ? C'est bien ça , non ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Dim Mai 19, 2013 1:49 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
1er, 2ème, 3ème degrés ou bêtise crasse ?
Sur les économistes :

kercoz a écrit:
Le seul a sauver la profession , en terme de lucidité,c'est encore J.B. Say ......sur la limitation des resources incompartible avec les theories economiques .........et pourtant il est vieux , certainement mort ( ou bien malade !!)


http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 82#p347782

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Dim Mai 19, 2013 2:14 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Juin 23, 2009 10:28 pm
Messages: 2061
ben je suis l'exact opposé de Kercoz... il ne parvient pas à arrêter oleo moi à cause de lui j'arrive pas à m'y mettre...

_________________
.Petroleum donare, postea dioxydecarbonare, ensuita rechaufare


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Sam Jan 07, 2017 11:22 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
kercoz a écrit:
FOWLER a écrit:
Le système est juste basé là dessus.
C'est comme dire à un cycliste : "Voilà mon gars, maintenant tu vas tenir debout sans avancer.


C'est une très bonne image.
On peut la pousser plus avant:
La stabilité dynamique est plus stable que la stabilité statique. Du fait qu'elle est la somme d' instabilités.
Mais cette stabilité ( relative) , due à la croissance, résulte de la destruction des altérités initiales.
C'est un problème structurel. Il est possible de fonctionner avec une structure morcelée auto-organisée, ....qui, comme pour tous les autres systèmes vivants, se sert de l' altérité sans l' épuiser.


Si la stabilité statique de Kerkoz est positive et sa stabilité dynamique négative, l'amplitude des oscillations, après perturbation, ne fait qu'augmenter le risque de gadin avec le temps

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: KercozGénérator.
MessagePosté: Lun Avr 17, 2017 11:49 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
kercozGenerator, le retour

kercoz a écrit:
En sus des abstentionnistes qui vont se décider du fait que Méloche a une chance pour le 2e tour, ....je pense qu' un certain% qui votaient Le pen par dépit et envie de foutre le bordel, se donneront meilleur conscience en repassant vers l' extrême gauche....Ce qui explique que la poussée de Mélanchon va encore croitre.
kercoz a écrit:
Il est possible que son score continue à monter. Pas mal d'abstentionnistes dégoutés risque de revenir voter en le voyant atteindre 20%. Le problème c'est que pas mal d'entre eux ont déchiré leur carte.
kercoz a écrit:
Il est possible que la dynamique Mélanchon s'accentue. Pas mal d'abstentionnistes voyant Méloche pointer à 20% vont se dire que ça vaut peut être le coup de secouer le cocotier. Juste pour voir leur tronche.

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com