Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Jeu Nov 23, 2017 11:32 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 128 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 5, 6, 7, 8, 9
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Mar Déc 09, 2014 5:47 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17089
la tête sur le billot...

Citation:
Écomouv' met fin à ses activités : tous les emplois supprimés

Le Point - Publié le 09/12/2014 à 16:30
Quelque 200 salariés sont concernés par ce plan social, qui fait suite à l'annonce par l'État fin octobre de la résiliation du contrat d'Écomouv' sur la collecte de l'écotaxe.


http://www.lepoint.fr/economie/ecomouv- ... 253_28.php

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Ven Déc 26, 2014 11:53 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17089
Citation:
Ecomouv' : l'astuce du gouvernement pour faire passer l'indemnité

Le Point - Publié le 26/12/2014 à 22:09
Le "Figaro" révèle ce vendredi que l'État va demander à l'entreprise d'étaler une partie de sa note, due à l'abandon de l'écotaxe, sur dix ans.


http://www.lepoint.fr/politique/ecomouv ... 527_20.php

woooahhhh... Ze astuce !

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Mer Juin 03, 2015 12:35 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12375
Localisation: 38
Citation:
Six compagnies pétrolières et gazières appellent à donner un prix au carbone
03 Juin 2015 enerzine

Six compagnies pétrolières et gazières mondiales ont lancé un appel aux États du monde entier ainsi qu'à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) pour l'instauration de mécanismes de tarification du carbone.

BG Group, BP, Eni, Shell, Statoil et Total appellent également à la création par ces Etats de cadres réglementaires transparents, stables et ambitieux en vue de relier entre eux, à terme, les différents mécanismes nationaux. L'objectif : réduire les incertitudes et promouvoir les mécanismes les plus efficaces économiquement pour réduire les émissions de carbone, partout à travers le monde.

Ces six groupes expriment leur conviction dans un courrier commun adressé par leurs directeurs généraux à la Secrétaire Exécutive de la CCNUCC ainsi qu'au Président de la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre (COP21).

Par cette initiative concertée, les six majors reconnaissent à la fois l'ampleur du défi posé par le changement climatique et l'importance de l'énergie pour le bien-être des populations mondiales. Elles constatent que la tendance actuelle d'évolution des émissions de gaz à effet de serre place le monde sur une trajectoire qui, selon le Groupe Intergouvernemental d'Experts sur l'évolution du Climat (GIEC), entrainerait un réchauffement de la planète supérieur à 2 degrés Celsius. Elles affirment leur volonté de contribuer aux solutions.

Comme l'écrivent les directeurs généraux des six groupes - Helge Lund (BG Group plc), Bob Dudley (BP plc), Claudio Descalzi (Eni S.p.A), Ben van Beurden (Royal Dutch Shell plc.), Eldar Sætre (Statoil ASA) et Patrick Pouyanné (Total S.A.) - "Notre secteur est confronté à une équation complexe : répondre à une demande croissante en énergie qui soit moins émissive en CO2. Nous sommes prêts à jouer notre rôle pour relever ce défi. Nous avons la ferme conviction qu'un prix du carbone permettra de se détourner des options les plus émissives, et apportera la visibilité nécessaire pour dynamiser les investissements dans les technologies bas carbone et les ressources les plus pertinentes au rythme adéquat. Nous avons besoin aujourd'hui que les États du monde entier mettent en place un tel cadre et nous sommes convaincus que notre participation peut s'avérer précieuse pour définir une approche de la tarification du carbone à la fois pratique et réaliste."


Ci dessous, le courrier adressé à la Secrétaire Exécutive de la CCNUCC ainsi qu'au Président de la COP21.

"Nos entreprises agissent d'ores et déja pour contribuer à limiter les émissions : augmenter la part du gaz dans nos productions, améliorer l'efficacité énergétique de nos opérations et de nos produits, développer la production d‘énergies renouvelables, investir dans le captage et le stockage du CO2 et explorer les nouvelles technologies et nouveaux business model bas carbone. Toutes ces mesures s'inscrivent pleinement dans notre mission : fournir au plus grand nombre l'accès à une énergie à la fois sûre et durable."

"Pour aller plus loin encore, nous avons besoin que les États à travers le monde nous fournissent des cadres réglementaires transparents, stables, ambitieux et de long terme. L'objectif est de réduire les incertitudes et dynamiser les investissements dans les technologies bas carbone et les ressources les plus pertinentes au rythme adéquat."

"Nous pensons que le prix du carbone doit être un élément clé de ces cadres réglementaires. En agissant en ce sens, les États décourageront le recours aux technologies fortement émissives et encourageront au contraire les options les plus efficaces pour diminuer les émissions de CO2 partout dans le monde, notamment la réduction de la demande dans les énergies fossiles les plus carbonées, l'amélioration de l'efficacité énergétique, le remplacement du charbon par le gaz naturel, l'augmentation des investissements dans le captage et le stockage du carbone, les énergies renouvelables, les bâtiments et réseaux intelligents, l'accès à l'énergie hors réseau, les véhicules propres ou encore de nouveaux business model et comportements en matière de mobilité."

"Nos entreprises sont déjà soumises à la tarification des émissions puisqu'elles opèrent dans des marchés carbone existants et appliquent en interne des prix du CO2 à leurs propres activités pour déterminer si leurs investissements resteraient viables dans un monde où le carbone sera plus cher. Et pourtant, nos efforts, quels qu'ils soient, pour instaurer en interne une tarification du carbone ne sauraient suffire ni être économiquement durables sans une action des États visant l'introduction partout dans le monde de systèmes de tarification et, à terme, reliant ces différents systèmes nationaux. Certains pays n'ont pas encore franchi le pas et ce déséquilibre est facteur d'incertitude sur les investissements et de disparités dans l'impact du politique sur l'économique."

"C'est la raison pour laquelle nous lançons un appel aux États, notamment dans la perspective des négociations de la COP21 à Paris, mais aussi au-delà, pour instaurer des systèmes de tarification du carbone là où ils n'existent pas encore au niveau national ou régional; et créer un cadre international capable à terme d'harmoniser ces systèmes."

"Pour contribuer à la réalisation de ces objectifs, nos entreprises sont désireuses d'entamer un échange direct avec les Nations unies et les États prêts à s'engager. Créer et mettre en œuvre une démarche réaliste de tarification du carbone est un domaine qui relève à la fois de notre intérêt et de nos compétences. Nous pouvons en particulier apporter :

1. Notre expérience. Cela fait plus d'un siècle que nous fournissons de l'énergie au monde. Nos entreprises couvrent la planète entière, connaissent parfaitement la gestion de grands projets et des risques de toutes sortes et sont rompues aux questions de commerce et de logistique. Comme nous sommes déjà utilisateurs des systèmes de tarification du carbone à travers le monde, nous pouvons aider à identifier les meilleures solutions.

2. Notre motivation. Nous tenons à être partie prenante de la solution et à fournir de l'énergie à la société pour de nombreuses décennies. À l'instar de nos homologues d'autres secteurs industriels, nous jouerons un rôle clé dans la mise en œuvre des mesures et le déploiement des technologies qui déboucheront sur un monde plus sobre en carbone. Si ces modèles d'activité et ces solutions resteront fragiles tant qu'ils n'auront pas atteint leur taille critique, l'harmonisation des différents systèmes de tarification à travers le monde permettrait de lever les incertitudes et ces solutions se mettraient plus rapidement à créer de la valeur pour l'économie.

3. Notre pragmatisme. Nous sommes convaincus que notre présence peut s'avérer précieuse pour définir une approche de la tarification du carbone à la fois pratique et réaliste, mais aussi ambitieuse, efficace et efficiente.

4. Un espace de discussion. Nos entreprises, et d'autres, se sont déjà rassemblées sous les auspices du Forum économique mondial pour former l'Oil & Gas Climate Initiative, quand elles ne sont pas membres de l'Association internationale pour l'échange de droits d'émission (IETA) ou des initiatives de tarification du carbone de la Banque mondiale ou du Pacte mondial des Nations unies. Nous pensons que ces forums pourraient fournir un terrain adéquat pour un dialogue public-privé sur la meilleure façon de donner un prix au carbone dans la production d'énergie."

"Nous sommes conscients que le défi qui nous est posé relève du long terme et savons qu’il suppose une transformation du secteur de l’énergie. Depuis de nombreuses décennies déjà, notre secteur fait preuve d’inventivité et se situe aux premières lignes du changement. Nous ne doutons pas un instant que nous saurons perpétuer cette trajectoire d’innovation pour répondre aux défis de l’avenir. Chacun d’entre nous enverra personnellement une copie de la présente à ses principaux contacts parmi les investisseurs, les pouvoirs publics, la société civile et ses propres collaborateurs."

Image


http://www.enerzine.com/12/18468+six-co ... bone+.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Mer Juin 03, 2015 11:24 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17089
Ah, la belle affaire. Ou y étaient ces gugusses il y a cinq ans quand on a démarré la taxation carbone ? Et avant que le charbon ne leur taillent des croupières, HEIN ? eh bien c'est facile: Aux abonnés absents !

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Mar Déc 08, 2015 9:11 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12375
Localisation: 38
Citation:
Le casse-tête du "prix du carbone" s'invite à la COP21

Par Ludovic Dupin - Usine Nouvelle le 08 décembre 2015,

Pour limiter le réchauffement climatique, il faut réduire les émissions de CO2. Pour réduire les émissions de CO2, il faut taper au porte-monnaie. Problème : l’établissement d’un prix du CO2 n’est pas à l’agenda de la COP21.

Dès son discours inaugural de la COP21 le 30 novembre, François Hollande faisait référence à la question du prix du carbone : "cette question n'est pas véritablement dans le mandat de la convention des Nations-Unies mais aucune négociation sur le climat ne peut ignorer la question du prix du carbone". Ce message était le reflet d’une attente de plusieurs Etats qui plaident pour la mise en place de tels prix sur la planète.

Le concept de prix du carbone consiste à donner un coût à chaque tonne de CO2 émise que ce soit à travers un mécanisme de marché ou une taxe. Cela permet d’orienter les investissements vers des technologies bas-carbone. Le plus ancien et plus grand marché carbone est celui de l’Union Européenne, créé en 2005. Depuis 17 mécanismes de ce genre ont vu le jour dont sept en Chine. La réunification de ces derniers permettra à la Chine de ravir le titre de plus grand marché carbone au Vieux Continent.

Les électriciens européens engagés

Au-delà des Etats, c’est le secteur privé qui est le plus allant sur le sujet. Ce mardi 8 décembre, en marge de la COP21, six PDG de grands électriciens européens (Cez, Iberdrola, Engie, RWE, E.on, Gas Natural Fenosa) se sont réunis à Paris au nom du Groupe Magritte pour appeler à donner un prix au carbone.

Ils rappellent l’échec du système européen qui a émis un trop grand nombre de crédits carbone face à une croissance économique atone. Depuis deux ans, ce groupe milite entre autres pour une régulation du marché carbone.

"Les première années, l’ETS (European Union Emission Trading Scheme -- le marché européen du carbone) était bien orienté avec des prix de 25 euros la tonne. Mais avec la crise économique et de la Grèce, nous avons perdu en stabilité. Il faut reconstruire cet ETS", lance Peter Terium, PDG de l’allemand RWE.

Rafael Villaseca Marco, PDG de Gas Nautural Fenosa, confirme : "Le marché carbone est le système le plus efficace pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et atteindre les objectifs européens. Les niveaux actuels de prix sont si bas qu’ils sont non incitatifs pour migrer vers les technologies bas carbone".

Gérard Mestrallet, le PDG d’Engie prend du recul : "Le secteur privé est désormais convaincu qu’une catastrophe écologique signifiera une catastrophe économique. Notre réaction est donc de lancer un appel unanime pour un prix du carbone. Même si ce n’est pas dans le mandat des négociateurs pour la COP21, nous espérons que ce sera quelque part dans l’accord final de Paris".

L’appel d’Elon Musk

Si Magritte est un acteur de poids, une autre puissante voix s’est fait entendre à Paris sur le sujet, celle d’Elon Musk, le fondateur de Tesla et SpaceX. Devant un amphithéâtre bondé de la Sorbonne, il a dénoncé le changement climatique comme une catastrophe qui fera "plus de destruction que toutes les guerres de l’histoire réunies".

En réponse, il plaide pour l’installation d’une taxe carbone : "Je pense que la chose à faire est de l'appliquer graduellement, parce qu'il serait déraisonnable de s'attendre à ce que les entreprises pétrolières changent immédiatement".

Il y a encore du chemin à faire. Selon une étude de l’OCDE publié le lundi 7 décembre, mené sur ses 34 pays membres plus sept économies partenaires : "90% des émissions de CO2 provenant de la consommation d’énergie ont un prix inférieur à 30 euros par tonne, l’estimation minimale du dommage climatique d’une tonne de CO2, et que 60% des émissions n’ont pas de prix du tout".

Le sommet de Paris pourrait-il y remédier ? Selon Teresa Ribera, directrice de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) et impliquée dans les négociations de la COP21, "La question du marché du carbone est au centre du débat. C’est un des outils qui pourraient assurer la transition énergétique. Et dans les documents de travail, il lui ait fait référence". Mais elle tempère en rappelant qu’on ne peut pas attendre à Paris que soit mise en place un outil unique et universel pour tous les pays participants à la COP.

Supprimer les subventions aux fossiles

De son côté Fatih Birol, le puissant directeur de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) douche un peu les enthousiasmes en dénonçant une terrible réalité : "Le prix du carbone est le meilleur moyen de traiter le problème des émissions selon la théorie économique. L’autre solution est l’élimination progressive des subventions aux énergies fossiles. Aujourd’hui en Europe, le prix du carbone est de 10 dollars la tonne. Dans le monde, chaque année, il y a plus de 500 milliards de dollars de subventions aux énergies fossiles, soit 110 dollars d’incitations par tonne de CO2 émises… Espérons que la plupart des pays s’engagera dans la voie de l’élimination des subventions".

http://www.usinenouvelle.com/article/le ... 21.N368111


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Mar Déc 08, 2015 10:35 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17089
110 dollars pour 10 euros... la messe est dite.

Mais on parle toujours de ces subventions...Pourquoi ne sont elles pas publiées pays par pays ? Pour que chacun se rende compte ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Dim Mai 22, 2016 4:41 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17089
la question du prix du carbone : ce qui a été fait , ce qui reste à faire...

Fichier(s) joint(s):
Prix_carbone.jpg
Prix_carbone.jpg [ 205.31 Kio | Vu 247 fois ]


des avancées discutées dans un conclave sans validation populaire sont à la merci de tout retournement politique..

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La taxe carbone : on en parle, mais quand arrivera-t-elle ?
MessagePosté: Sam Juil 08, 2017 7:56 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17089
vu le temps qu'on en a parlé, même pas eu le temps de fêter son adoption par l'éxécutif sous le nom de "contribution énergie-climat" et dévoilée lors de la présentation du plan climat de la france.
aujourd'hui a 30 euros la tonne, elle "taxe carbone" doit s'élever à 100 euros en 2030...

eh oui, "let's make our planet great again"....

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 128 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 5, 6, 7, 8, 9

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com