Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Lun Oct 22, 2018 4:31 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Dim Jan 19, 2014 9:16 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Gaz : la consommation des Français a augmenté de 1,4 % en 2013

19 Janv 2014

Ce sont donc pas moins de 467 térawattheures de gaz naturel, soit 40,8 milliards de mètre cube, qui ont été consommés l'an dernier, via le réseau principal de distribution de gaz, GRTgaz, la filiale de GDF Suez, en charge du transport du gaz sur la majeure partie du territoire, excepté le sud-ouest. Cette région est en revanche approvisionnée par TIGF, une ex-filiale du groupe Total.

Une hausse de la consommation de gaz chez les particuliers qui compense la baisse chez les industriels
Et bien qu'une hausse de la consommation de gaz a évidemment des effets négatifs sur la facture des particuliers, elle tombe plutôt à pic pour les fournisseurs d'énergie qui ont été confrontés, l'an dernier, à une sévère baisse de la consommation de gaz venant des industriels, notamment à cause de l'arrêt de plusieurs centrales électriques au gaz, que l'on sait non-rentables. Ainsi, on estime la baisse de la consommation totale des clients industriels à -2,4 %, soit 157 térawattheures.
...........

http://www.economiematin.fr/ecoquick/it ... mperatures


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Jeu Jan 23, 2014 10:28 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
2013 : 476.2 TeraWatt.h electriques consommés en France.

Citation:
Electricité : ménages et PME se serrent la ceinture

Les Echos 23/01/2014

Jusqu’à présent dynamique, leur consommation s’est stabilisée en 2013. Dopée par la pluviosité, la part des énergies renouvelables a dépassé 20 %.

Image

C’est un fait nouveau : en 2013, les plus petits consommateurs – ménages, PME et professionnels – ont mis un coup d’arrêt à leur consommation d’électricité. Alors que celle-ci progressait de 1 % en moyenne par an entre 2009 et 2012 , elle n’a crû que de 0,3 % l’an dernier, indique le Bilan électrique 2013 publié hier par RTE, le gestionnaire du réseau de lignes à haute tension. « L’évolution de 2013 traduit un ralentissement qui n’avait jamais été aussi prononcé », observe celui-ci.

Ni RTE ni l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ne savent précisément isoler, à ce stade, les parts respectives de la faible activité économique et des efforts de maîtrise de l’énergie. Si RTE reconnaît qu’une très faible part des logements font l’objet de rénovation thermique chaque année, il évoque un possible impact des appareils électroménagers ou des systèmes d’éclairage, souvent moins gourmands en électricité.

La stagnation de la consommation des particuliers et des petites entreprises pourrait aussi résulter d’un signal prix : face aux hausses du tarif réglementé de l’électricité (+ 5 % en août dernier et + 5 % l’été prochain), auquel souscrivent encore plus de 90 % des particuliers, et à celles des taxes (+ 2,3 % au 1er janvier pour la CSPE), les ménages pourraient aussi se limiter en volume.

La consommation d’électricité de la « grande industrie », qui s’était quant à elle brutalement réduite à partir de 2008, est restée déprimée l’an dernier (– 2,5 %), mais de manière toutefois moins marquée, note aussi RTE. Au total, et pour la troisième année d’affilée, la consommation d’électricité corrigée des effets climatiques est restée stable (– 0,1 %) l’an dernier, à 476,2 térawattheures (TWh). La consommation brute a progressé de 1,1 % l’an dernier (à 495 TWh), mais cela est lié à une longue saison froide au premier semestre, qui ne représente pas la tendance de fond. La tendance française est loin d’être isolée en Europe (voir encadré) : entre juin 2012 et 2013, la consommation brute cumulée de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Espagne a chuté de 2,7 %, note RTE.

Ces données nourriront probablement le scénario macroéconomique qui sera attaché au projet de loi sur la transition énergétique. Pour réduire la part du nucléaire de 75 % à 50 % dans la production d’électricité sans fermer de centrale, le PDG d’EDF, Henri Proglio, parie sur la multiplication des usages de l’électricité, la croissance économiques et la démographie. Une analyse relativisée par les chiffres publiés hier.

Le gaz distancé par le charbon

L’an dernier, la part du nucléaire s’est établie à 73,3 % de la production d’électricité, en recul de 1,5 point sur un an. Une baisse liée aux fortes pluies du printemps, qui ont dopé la production hydraulique (+ 18,7 %). Cumulée à la montée en puissance de l’éolien et du photovoltaïque, la part des énergies renouvelables s’est élevée à 18,6 % (+ 1,8 point).

Le bilan présenté hier confirme aussi la prise de pouvoir du charbon sur le gaz en matière de production thermique (8,1 % du mix) : avec des cours mondiaux au plus bas, la production à partir de charbon a crû de 14 %, s’établissant au même niveau que celle de gaz, mais avec des émissions de CO2 près de quatre fois plus importantes. Au total, ces émissions sont restées stables en France l’an dernier. Le durcissement des règles environnementales va toutefois entraîner de nombreux déclassements de centrales au charbon jusqu’en 2015.


http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... 645163.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Jeu Jan 23, 2014 11:04 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17328
Allez, soyons fou: parions sur un baisse en 2014 par rapport à 2013, qui est lui même en baisse par rapport à 2012.

Plus tard on parlera dans les livres d'histoire de 2012 comme l' année du pic de gaspillage électrique !

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Ven Jan 24, 2014 10:31 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Scrat a écrit:
Allez, soyons fou: parions sur un baisse en 2014 par rapport à 2013, qui est lui même en baisse par rapport à 2012.

Plus tard on parlera dans les livres d'histoire de 2012 comme l' année du pic de gaspillage électrique !


comme ça on pourra mieux en exporter :mrgreen:

Usine Nouvelle fait aussi un article la dessus, avec en plus la situation sur les exportations electriques.

Citation:
....la France bénéficie d’exportations d’électricité à un haut niveau vers ses voisins, avec 47,2 TWh envoyés au-delà de nos frontières. La France n’est importatrice nette qu’avec un seul de ses voisins, l’Allemagne. L’Hexagone a émis 5,3TWh au-delà du Rhin et en a importé 15,1 TWh. la raison est principalement une surproduction éolienne et photovoltaïque des outils allemands qui est déversée sur le réseau à des prix très bas, voire négatifs (l’Allemagne paye alors pour exporter son électricité).

http://www.usinenouvelle.com/article/la ... on.N234860

Citation:
La France consomme plus d’énergie renouvelable… et plus de charbon

23 Janv 2014 Usine Nouvelle

Sans changement global du mix électrique français, deux productions sont en forte hausse en 2013 : l’hydraulique et le charbon.

Dans son bilan électrique 2013, le gestionnaire du réseau de transport électrique français RTE montre des évolutions dans le mix électrique français. Le nucléaire reste bien sûr largement prédominant avec 73,3% de la production. Mais deux chiffres sortent du lot. Le premier est celui des énergies renouvelables, qui représentent 18,6 % de la production et plus de 20 % de la consommation, des valeurs jamais atteintes.

"La France est en ligne avec ses objectifs d’énergie renouvelable", décrypte Dominique Maillard, président de RTE. Si le photovoltaïque, l’éolien et la biomasse progressent, c’est surtout l’hydraulique qui bondit. Les barrages français, sans changement de la puissance installée, ont accru leur production de 18,7 % en 2013, à 75,7 TWh. Ils représentent 13,8 % du mix électrique. Ils ont bénéficié de l’année la plus pluvieuse depuis une décennie.

Le deuxième chiffre significatif est celui de la production des centrales à charbon. Leur part dans le mix reste très faible, à 3,6 % pour 19,8 TWh produits. Mais leur niveau de production, et des émissions de CO2 associées, ont crû de 14 %, après une première hausse de 35 % en 2012. En cause, l’importation de charbon américain, dont les prix ont chuté sous l’effet de la concurrence agressive du gaz de schiste. Au final, les émissions du parc thermique français ne s’élèvent que de 0,5 % (+0,2% sur l’ensemble parc) car elles sont compensées par la fermeture de 3 000 MW de capacités gaz et fioul. Les centrales à gaz perdent en compétitivité alors que leur durée de fonctionnement annuel s’effondre : 1500 heures en 2013 contre 2500 heures en 2011. Les centrales fioul sont retirés du réseau en prévision de futures normes environnementales en Europe.

...........

http://www.usinenouvelle.com/article/la ... on.N234860


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mar Avr 01, 2014 7:48 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Valls, un Premier ministre pro-nucléaire, anti-gaz de schiste

Usine Nouvelle le 01 avril 2014,

Le nouveau Premier ministre devra mener à bien le projet de loi de transition énergétique, voulu par le président de la République. Manuel Valls a jusqu’alors affirmé son soutien au nucléaire même s’il veut en réduire la part dans le mix électrique français. En revanche, il s’est vivement opposé au gaz de schiste.

En prenant les rênes du nouveau gouvernement, Manuel Valls récupère en cours de route la préparation de la future loi de transition énergétique. Elle doit être présentée au Parlement avant la fin de l’année. Le président de la République, François Hollande, dans son discours du 31 mars confie même spécifiquement au Premier ministre "l’exigence de la transition énergétique pour préparer la France de demain, à être moins dépendante du pétrole comme du tout nucléaire. A prendre de l’avance sur les industries vertes".

Dans les derniers mois du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, toutes les décisions énergétiques se prenaient à Matignon. Le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie dirigé par Philippe Martin étant plutôt déchargé de ses responsabilités. Si la situation perdure, les opinions et convictions de de Manuel Valls en matière de choix énergétiques seront donc primordiales.

Nucléaire, une filière d’avenir

En ce qui concerne le nucléaire, le nouveau Premier Ministre n’est pas un opposant de principe. Il a même soutenu son collègue du Redressement productif Arnaud Montebourg face aux écologistes alors que ce dernier parlait de l’atome comme d’une "filière d’avenir". Interrogé sur Europe 1, Manuel Valls déclarait en août 2012 : "Nous avons besoin de nucléaire, même si on réduit, dans la décennie qui vient, sa part. Nous avons besoin de renouveler nos centrales nucléaires, ses différentes filières (...) Evidemment, le nucléaire est une filière d’avenir."

Dans une tribune au Monde de 2011, Manuel Valls souhaitait une réduction à 50 % du nucléaire dans le mix énergétique français dès 2022, soit trois ans plus tôt que la promesse présidentielle. Il est favorable à la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) en priorité. Pour ce qui est de la durée de vie des réacteurs, il affiche une position inédite avec un maximum à 35 ans. Un objectif, cependant, irréaliste puisque 14 des 58 réacteurs français atteindront 35 ans dès 2015 et 37 dépasseront cet âge dès 2020. La question va être surtout de prolonger ou non les réacteurs au-delà de 40 ans, comme le demande EDF.

Gaz de schiste, Un problème pour ceux qui aiment la nature

Pour ce qui est du gaz de schiste honni, le nouveau Premier ministre devrait s’aligner sur la ferme opposition du président de la République. Durant la primaire socialiste, à l’occasion d’un voyage dans les Cévennes, Manuel Valls jugeait que le gaz de schiste est "un problème majeur pour tous ceux qui aiment la nature et qui vivent de l’agriculture (…). J’ai fait part de mon opposition totale à ce type d’exploitation qui mettrait à mal nos cultures et l’eau (…) et qui défigurerait nos paysages".

Dans les faits, Manuel Valls s’est toujours dit soucieux de l’indépendance énergétique de la France et de la maîtrise des coûts de l’énergie. Même si le président de la République le charge de diminuer la consommation française d’hydrocarbures, le nouveau chef du gouvernement a reçu un soutien fort, celui d’Arnaud Montebourg, actuel ministre du Redressement productif, à qui l’on promet un ministère de l’Industrie, au commerce extérieur et aux PME. La montée en puissance de ce dernier va forcément lui laisser plus de place pour faire valoir ses convictions, comme celle de laisser la France explorer son sous-sol à la recherche d’hydrocarbures non conventionnels.

Le changement sur le gaz de schiste serait-il pour maintenant ?


http://www.usinenouvelle.com/article/va ... te.N252651


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mer Avr 02, 2014 12:17 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17328
pourquoi les journalistes de l'usine nouvelle ne savent il s pas lire ?

Citation:
Pour ce qui est du gaz de schiste honni, le nouveau Premier ministre devrait s’aligner sur la ferme opposition du président de la République.


alors pourquoi poser la question ?

Citation:
Le changement sur le gaz de schiste serait-il pour maintenant ?


sont ils trop bornés ? ou bien trop obnubilés par leur feuille de paye ? Les deux mon capitaine ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mer Avr 02, 2014 1:54 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Ah mon bon Scrat, 3 années difficiles ce profilent pour toi, à base de gaz de schiste et de nucléaire. Il semble penser en haut lieu qu'une croissance décorrélée de la consommation d'énergie soit impossible.

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mer Avr 02, 2014 9:27 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17328
tu veux dire 30 années difficiles ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mer Avr 02, 2014 7:56 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Jusqu'en 2017 au moins, après c'est le pic tout liquides, les années dificiles seront pour les croissantistes. :P

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Sam Avr 12, 2014 1:24 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Béarn : on cherche à nouveau du pétrole

Par Éric Normand

Image
Haut de 40 mètres, le derrick domine les premiers coteaux du canton d'Arzacq. Le forage devrait durer deux mois et demi avant les premiers résultats. (J.-P. Gionnet)

C'est le retour des grands forages pour hydrocarbures. Les derricks que l'on apercevait parfois ces dernières années dans la campagne béarnaise étaient le plus souvent dédiés au bouchage des puits, symptôme de l'épuisement des gisements de gaz locaux, qu'ils soient de Meillon, Rousse ou Lacq.

Mais depuis mardi, on creuse de nouveau pour chercher pétrole ou gaz dans notre région. Soit plus de deux décennies après la dernière véritable campagne d'exploration : c'était au début des années 90, quand Elf-Aquitaine avait fouillé (en vain) le sol à Tabaille-Usquain, près de Sauveterre-de-Béarn.

Celtique Énergie arrivera à 4000 mètres

Aujourd'hui, cela se passe dans le Nord-Béarn, aux franges du canton d'Arzacq. Objectif, trouver du pétrole conventionnel. Cinq mois après l'obtention des dernières autorisations administratives (permis de mutation notamment) la compagnie anglaise Celtique Énergie est donc entrée dans le dur de sa campagne d'exploration, à Fichous-Riumayou. "Nous allons forer jusqu'à plus de 4000 mètres", indiquait ce début de semaine Fabrice Crouzet, représentant de Celtique sur place.

Détenteur depuis 2006 du permis d'exploration dit de Claracq, qui s'étale sur 463 km2 jusqu'au Sud des Landes et a été prolongé pour cinq ans en 2009, Celtique Énergie croit avoir décelé une sorte de réplique pétrolifère du champ de Vic-Bilh, exploité non loin (cantons de Garlin et Lembeye) par le Canadien Vermilion. Preuve de sa confiance dans sa quête d'huile, l'entreprise et son partenaire Investaq injectent plus de 10 millions d'euros au lieu-dit Cappouey, à l'écart du village.

Une plate-forme d'un peu plus d'un hectare a été aménagée en quelques mois et une route de 400 mètres dessinée pour permettre l'élévation du derrick. Haut de plus de 40 mètres, ledit derrick d'exploration a été monté en 10 jours, à partir du 26 mars. Ce qui a nécessité la venue de 90 camions. L'appareil de forage était auparavant à Cazaux (33) utilisé par Vermilion.

Une vingtaine de salariés travaillent actuellement sur la plate-forme de Fichous, dont une dizaine de foreurs. On y parle beaucoup allemand. "Nous avons en effet contracté avec un groupe allemand, KCA Deutag." C'est cette société qui a la charge des opérations. D'autres groupes parapétroliers (Weatherford, Halliburton, Drillstar…) sont associés à ce programme alors que des entreprises béarnaises ont également pu décrocher quelques marchés pour les travaux publics ou la restauration.

Le forage durera deux mois et demi

Le forage d'exploration durera environ deux mois et demi. À l'issue de cette phase de recherches, trois possibilités. "Soit nous savons de suite qu'il y a du pétrole, soit il y en a, mais des tests et analyses sont nécessaires, soit il n'y a rien…" Dans ce dernier cas, Celtique Énergie remet en état la plate-forme et quitte les lieux. La terre déplacée est d'ailleurs conservée pour cela à proximité. Mais le plus probable est que le potentiel du site soit connu après les tests, c'est-à-dire vers l'automne. En cas de résultat prometteur, le pétrolier devrait lancer un second forage, non loin à Garos. Tout en demandant un permis de production pour le champ découvert.

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2 ... 189250.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mar Mai 06, 2014 5:48 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
EDF veut améliorer la disponibilité du nucléaire français

Usine Nouvelle le 06 mai 2014, PARIS (Reuters)

EDF souhaite améliorer le coefficient de disponibilité de ses centrales nucléaires françaises dès 2014 par rapport au niveau de 2013, a déclaré mardi son PDG Henri Proglio.

Ce taux, essentiel pour mesurer la performance des 58 réacteurs nucléaires français, s'est établi en 2013 à 78,0%, en retrait par rapport à celui de 2012 (79,7%) en raison notamment des arrêts liés au programme d'investissements d'EDF.

"Nous veillerons à ce que le coefficient de disponibilité soit légèrement amélioré par rapport à ce qu'il était l'an dernier", a déclaré Henri Proglio lors d'une audition à l'Assemblée nationale par la commission d'enquête sur les coûts de la filière nucléaire.

"Nous avons mis toute nos compétences et toutes nos équipes à contribution pour que, dès 2014, le coefficient de disponibilité retrouve des niveaux qui étaient estimés pour 2013", a-t-il ajouté.

Henri Proglio avait évoqué en avril 2013 un objectif de coefficient situé autour de 82-83% en parlant d'une "moyenne" sur la période 2013-2014. [ID:nL5N0D54EO]

Le PDG a en outre confirmé le chiffrage du "grand carénage" du parc français, estimé par EDF à 55 milliards d'euros d'ici à 2025, qui consiste à investir dans les centrales nucléaires afin de les moderniser et d'améliorer leurs performances, notamment en matière de sûreté, dans la perspective de les prolonger au-delà de 40 ans d'exploitation.

Nommé PDG d'EDF fin 2009, Henri Proglio verra son mandat actuel s'achever le 22 novembre prochain.



http://www.usinenouvelle.com/article/ed ... is.N260435


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Sam Juil 19, 2014 3:02 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Le mix énergétique français va comporter du Gaz de schiste.
Du tazu puisqu' on peut aller voir dans notre arrière cour.

Citation:
EDF signe un accord pour importer du gaz de schiste américain

18 Juillet 2014 Challenges

Cette annonce intervient alors que se pose la question de savoir si les Européens peuvent compter sur le gaz de schiste américain pour réduire leur dépendance au gaz russe.

Le producteur français d'électricité EDF va importer du gaz de schiste américain, devenant ainsi le dernier groupe européen en date à accéder au gaz naturel liquéfié (GNL) américain.

EDF a signé un accord en ce sens avec une filiale du groupe d'énergie Cheniere, Corpus Christi Liquefaction, selon un communiqué de l'entreprise américaine publié jeudi 17 juillet.

Cheniere n'a pas donné les détails financiers de ce contrat, qui porte sur la fourniture d'environ 770.000 tonnes de GNL par an, en provenance du terminal de Corpus Christi, au Texas (sud des États-Unis).

Au début, le volume livré sera de 380.000 tonnes. Il n'est pas indiqué à quel usage est destiné ce GNL. Le groupe espagnol Iberdrola, en partenariat également avec Cheniere, compte l'utiliser comme combustible dans les centrales thermiques au gaz, comme produit pour les usagers de détail et pour les ventes en gros prévues à long terme.

Les premières livraisons sont prévues pour 2019 et le contrat a une durée de 20 ans, avec une option pour le prolonger de 10 années supplémentaires.

Le projet de Corpus Christi Liquefaction, qui attend encore le feu vert des autorités américaines, comprend trois trains de GNL pour une capacité totale de 13,5 millions de tonnes par an.

Réduire la dépendance au gaz russe

Cette annonce intervient alors que se pose la question de savoir si les Européens peuvent compter sur le gaz de schiste américain pour réduire leur dépendance au gaz russe. D'autant plus que l'Asie (Chine, Corée, Japon et Inde) est aussi sur les rangs.

Outre EDF et Iberdrola, Cheniere a développé des partenariats avec les groupes européens Endesa, Gas Natural, Centrica et Total, qui essaient de diversifier leurs sources d'approvisionnement.

Les projets d'usines d'exportation de GNL américaines se sont ainsi multipliés, bien qu'une seule soit en chantier. Quatre autres sont à un stade d'autorisation relativement avancé.

Les premières cargaisons américaines n'arriveront qu'en 2016 et la mise en route devrait être progressive.

En attendant, Cheniere est en train de terminer la construction de son premier terminal à Sabine Pass, en Louisiane (sud des États-Unis), où le gaz naturel sera liquéfié pour permettre son transport par voie maritime.

Ce sera la première installation du genre aux États-Unis qui, jusqu'à récemment, étaient importateurs nets de gaz naturel.

Ce projet prévoit jusqu'à quatre trains de GNL avec chacun une capacité d'environ 4,5 millions de tonnes par an.

(Avec AFP)

http://www.challenges.fr/entreprise/201 ... icain.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mar Juil 29, 2014 8:44 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Les ménages français ont dépensé 3210 euros pour leurs besoins en énergie

Le Figaro 29 Juillet 2014

Les dépenses en énergie se sont élevées en moyenne à 3210 euros en 2013, contre 3170 en 2012. À l'échelle du pays, la facture énergétique a reculé de 4,2%, dans le sillage de la baisse des prix du pétrole et du charbon.

Les dépenses en énergie - couvrant essentiellement le transport et le logement - sont loin d'être un poste négligeable pour les Français. Selon le bilan 2013 publié mardi par le ministère de l'Écologie, ces dépenses se sont élevées en moyenne à 3210 euros par ménage (contre 3170 euros en 2012), soit 6,2% des dépenses globales.

L'analyse de cette facture montre des tendances contrastées: tandis que les dépenses énergétiques pour le logement ont grimpé en moyenne de 100 euros, les sommes dédiées au carburant ont baissé de 60 euros, ceci dans le sillage du recul des prix à la pompe. À titre indicatif, les prix des carburants témoignent actuellement d'une grande stabilité, à hauteur de 1,522 euro pour le super sans plomb 95 et 1,3 euro pour le gazole, le carburant majoritairement utilisé par les automobilistes français.

La facture énergétique de la France s'est élevée à 66 milliards d'euros en 2013

La publication du bilan du ministère de l'Énergie intervient alors que dans le cadre du projet de loi d'orientation énergétique - présenté mercredi en Conseil des ministres -, Ségolène Royal s'assigne comme mission prioritaire de lutter contre la précarité énergétique. On parle précisément de précarité dans ce domaine quand les ménages consacrent plus de 10% de leur budget global aux dépenses énergétiques.

D'un point de vue plus global, la facture énergétique de la France s'est élevée à 66 milliards d'euros en 2013, en repli de 4,6% par rapport au montant record enregistré en 2012. Le baromètre du ministère de l'Énergie indique que cette baisse de la facture est dû au recul des prix du pétrole et du charbon.

Au niveau des volumes, le ministère de l'Énergie précise enfin que les achats de produits pétroliers sont passés sous la barre des 100 millions de tonnes équivalent pétrole pour la première fois depuis 1990. Soit un gain de 3 milliards d'euros pour la facture pétrolière du pays.

http://www.lefigaro.fr/conso/2014/07/29 ... nergie.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mer Juil 30, 2014 2:40 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Au plan B on va faire poser un insert cet l'automne.
On paye pas le bois, on devrait pouvoir déposer 2 radiateurs électriques sur les trois.

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le mix énergétique français
MessagePosté: Mer Juil 30, 2014 10:46 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 28, 2006 9:06 pm
Messages: 3752
Garde-les, on ne sait jamais ! Sauf s'ils vraiment moches

_________________
On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Pierre Desproges


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com