Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Sam Nov 18, 2017 4:43 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 210 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 10, 11, 12, 13, 14
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Sam Jan 30, 2016 2:28 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Scrat a écrit:
mais que fait radio ségo ?


j'ouvre la radio et :

Citation:
Gaz de schiste : pour Ségolène Royal, non, c'est non

le 30/01/2016

La justice a annulé l'interdiction de Total de faire des recherches sur le gaz de schiste dans la Drôme, mais l'État va faire appel pour empêcher toute exploration.

Quand c'est non, c'est non. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a décidé de faire appel d'une décision de la justice, pour éviter tout projet d'exploitation du gaz de schiste en France. Une manière de réaffirmer la fermeté de l'État sur le sujet.


Quel est le contexte ?
En 2010, Total obtient un permis de recherches de gaz de schiste dans la région de Montélimar (Drôme).

Or, les problèmes environnementaux associés à l'extraction du gaz de schiste, notamment la pollution des réserves d'eau, l'augmentation des tremblements de terre et l'émission de gaz à effet de serre, crée autour de cette méthode de production d'énergie une vive polémique.

En 2011, une loi est votée pour interdire en France l'exploitation du gaz de schiste. Le permis de Total est donc abrogé.

Mais jeudi, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) a, à la demande de Total Gas Shale Europe et Total Exploration et Production France, annulé cette décision de 2011, redonnant à Total son permis de recherches.

Pas question de laisser passer
Pour Ségolène Royal, appuyée par les eurodéputés Michèle Rivasi et José Bové, pas question de faire marche arrière sur l'interdiction d'exploitation des gaz de schiste. La ministre a réaffirmé "sa détermination à faire respecter strictement l'interdiction de la fracturation hydraulique dans un objectif de protection de l'environnement et de la santé".

Dans ses préconisations, le rapporteur public du tribunal de Cergy-Pontoise avait estimé que Total pouvait reprendre ses recherches, le groupe s'étant engagé à ne pas recourir à la fracturation hydraulique.

Mi-janvier, le PDG de Total Patrick Pouyanné avait pour sa part affirmé que le groupe ne passerait pas en force contre la volonté du gouvernement.

"Je n'ai pas envie de passer en force sur ce sujet-là. Si la collectivité nationale ne souhaite pas qu'on fasse d'exploration de gaz de schiste, nous ne le ferons pas", avait-il expliqué sur Europe 1. "Je pense qu'il faut qu'il y ait un consensus sur un sujet pareil."

http://www.sudouest.fr/2016/01/30/gaz-d ... 48-706.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Sam Jan 30, 2016 3:42 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Juin 23, 2009 10:28 pm
Messages: 2051
franchement, dans la période actuelle, "non c'est non"...

les partisan du gaz de schistes savent que ce n'est pas vrai tout comme que les adversaires... c'est une mascarade où encore une fois on préfère l'affrontement stérile, la testostérone plutôt que le neurone...

_________________
.Petroleum donare, postea dioxydecarbonare, ensuita rechaufare


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Sam Jan 30, 2016 3:54 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17070
ségo qui fait dans le "non c'est non". c'est assez cocasse...

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Lun Avr 04, 2016 3:04 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
"Arrivée du gaz de schiste américain en Europe : quelles conséquences ?" (Cercle des économistes)

le 04/04/2016

La France commence à importer du gaz de schiste américain.


L’Europe vient de recevoir sa toute première livraison de gaz de schiste américain. Elle a été effectuée pour le compte de la société suisse Inéos et apparaît comme une révolution dans le secteur de l’énergie sur le Vieux continent. Selon Jean-Marie Chevalier, cet épisode met en valeur les absurdités du système français.

Le développement du gaz et du pétrole de schiste aux Etats-Unis a complètement bouleversé la situation énergétique américaine. D'une situation de dépendance énergétique croissante et préoccupante, ils sont arrivés à être en position d'exportateur net de gaz et de pétrole. Les premières livraisons d'éthane sont arrivées en Europe en 2015, donnant à la pétrochimie européenne une matière première abondante et bon marché.

Les prochaines livraisons de méthane (le gaz naturel) sont attendues en 2016-2017, notamment au Royaume Uni et en France. En France, Engie a signé un contrat avec Cheniere pour douze livraisons par an, pendant cinq ans, qui seront faites au terminal de Montoir-de-Bretagne. EDF a de son côté un contrat de 20 ans avec la même entreprise pour des livraisons au terminal de Dunkerque. Il est clair que ces livraisons américaines viennent en concurrence avec les volumes livrés par nos partenaires traditionnels : la Norvège, la Russie, l’Algérie.

Ceci devrait avoir pour effet de renforcer les pressions à la baisse sur les prix du gaz à l’importation et, donc, sur les prix aux consommateurs. Ce nouveau flux gazier renforce l’interconnexion des marchés gaziers internationaux entre le marché américain qui peut à la fois approvisionner les marchés européens et les marchés asiatiques. L’avantage américain est fondé sur le faible coût de son gaz de schiste.

Cette nouvelle concurrence américaine renforce encore l’absurdité du refus français, éminemment politique, d’ouvrir la moindre opportunité pour le développement du gaz de schiste national. Certes, les ressources françaises (ou européennes) ne pourraient pas avoir d’effets comparables au cas américain, mais il est économiquement stupide d’interdire l’évaluation même de nos ressources avant de décider comment et à quel rythme on pourrait les développer. Pour des motifs écologiques contestables, on bloque un potentiel de croissance, de création d’emplois et d’allègement de la balance commerciale.

Le gaz de schiste américain arrive donc en Europe alors que, il y a moins de dix ans, on pensait que les Etats-Unis pourraient importer du gaz russe. La question majeure est de savoir si cette tendance est durable : elle dépend du coût (et du prix) du gaz américain, et aussi des contraintes environnementales qui pourraient éventuellement limiter son expansion.

Ces deux éléments demeurent marqués par des incertitudes. On pensait qu’un prix du pétrole à 30 dollars le baril allait limiter la croissance du gaz de schiste. Il n’en a rien été car une bonne partie des très nombreux producteurs américains (plusieurs centaines) ont réussi à baisser leurs coûts et à augmenter leur productivité.

Quant aux questions environnementales, elles sont bien posées dans certains états qui ont interdit la fracturation hydraulique (New York) mais d’autres états (comme le Dakota du nord ou le Texas) font passer leur richesse, leurs emplois et leur croissance bien avant les contraintes environnementales.

Jean-Marie Chevalier

Jean-Marie Chevalier est Membre du Cercle des économistes et Professeur émérite à l’Université Paris-Dauphine.

http://www.boursorama.com/actualites/ar ... 9207cb85f8


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Lun Avr 04, 2016 9:50 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17070
Citation:
certains états qui ont interdit la fracturation hydraulique (New York)

évidemment, ils plus peuplés que le Dakota du Nord qui est un quasi désert, imbécile

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Sam Juin 18, 2016 1:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
Total abandonne la prospection de gaz de schiste au Danemark

Copenhague (awp/afp) 01 juin 2016

Le groupe Total a officiellement abandonné mercredi ses activités d'exploration dans le gaz de schiste au Danemark, où les forages se sont avérés décevants.

Un des deux permis de prospection de Total au Danemark, concernant des gisements dans la région du Nordjylland (nord-ouest), expirait formellement ce 1er juin.

"Nous y avions foré un puits sans fracturation hydraulique, qui nous avait permis de mettre en évidence la présence de gaz, mais dans des quantités insuffisantes pour une exploitation commerciale", a expliqué un porte-parole du groupe pétrolier dans un communiqué à l'AFP.

"Ce puits avait été rebouché en septembre 2015, et le site a depuis été restauré à son état d'origine", a-t-il ajouté.

Total possédait également une licence dans le Nordsjaelland (nord-est) mais y avait renoncé en juillet 2015 sans avoir procédé au moindre forage. Total était opérateur de ce projet à 80%, en association avec la compagnie pétrolière danoise Norsofonden.

"Il n'y a pas suffisamment de gaz de schiste dans les sous-sols de Dybvad, dans le Nordjylland, pour une exploitation commerciale", a confirmé le ministère danois de l'Energie dans un communiqué en jugeant "regrettable" le retrait du groupe français.

http://www.romandie.com/news/Total-aban ... 708354.rom


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Ven Juin 24, 2016 8:37 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
Après la France, l’Allemagne interdit le fracking non conventionnel

PAR GWÉNAËLLE DEBOUTTE, À BERLIN Usine Nouvelle le 24/06/2016

Vendredi 24 juin, les députés allemands ont voté à 436 voix contre 119 l’interdiction de la fracturation non conventionnelle du gaz de schiste (fracking). Seuls les projets de recherche restent autorisés.

A l’issue de plusieurs années de débats houleux, l’Allemagne a emboîté le pas à la France en interdisant la fracturation hydraulique non conventionnelle pour l’exploitation du gaz de schiste. Autorisée en Angleterre et aux Etats-Unis, cette technique très controversée repose sur l’injection d’un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques pour permettre l’extraction de gaz et de pétrole enfouis dans des couches géologiques compactes et peu profondes.

Sensibles à l’inquiétude de la population face à une possible pollution de l’environnement et des eaux, les députés allemands ont donc voté ce vendredi à 436 voix contre 119 (et 9 abstentions) pour entériner son interdiction. Seuls quatre projets soigneusement choisis, à des fins scientifiques et non commerciales, pourront être autorisés, "pour parfaire les connaissances" sur le procédé et ses effets notamment sur la nappe phréatique. En revanche, le texte ne concerne pas la fracturation conventionnelle, pratiquée de longue date en Allemagne. Celle-ci concerne les hydrocarbures situés dans des réservoirs poreux et perméables, dont l’exploitation est plus facile.

Alors que le projet de loi date d’avril 2015, le sujet a été rajouté à la dernière minute à l’ordre du jour du Bundestag, chambre basse du Parlement. Las d’attendre une redéfinition du cadre juridique, les industriels concernés avaient annoncé la semaine dernière vouloir faire le forcing et poursuivre leurs projets gelés depuis cinq ans. Selon ces entreprises, l’exploitation des gaz de schiste grâce à cette technique permettrait d’abaisser les coûts de l’énergie. Mais l’opposition au fracking reste forte outre-Rhin, en témoigne la résistance de la population locale là où des projets ont été annoncés.

Un texte a minima "entre l’Euro et le Brexit"

De fait, les Chrétiens-démocrates (CDU) et les Sociaux-démocrates (SPD) ont salué un "bon compromis qui met fin à des années d’atermoiements". "Cette loi protège à la fois la nature et la santé tout en préservant le droit à l’exploitation des gaziers", s’est ainsi félicité Sigmar Gabriel, le ministre SPD de l’économie et de l’environnement. Mais les Verts et les associations écologistes ont dénoncé de leur côté un texte a minima, voté dans l’urgence, "entre l’Euro 2016 de football et le vote britannique sur le Brexit". "Ce que le gouvernement a voulu nous vendre comme une interdiction du fracking est en fait une autorisation et offre aux exploitants de gaz la sécurité de pouvoir continuer à vider le sous-sol", a commenté Anton Hofreiter, député Verts.

Les membres du Bundestag ont par ailleurs annoncé que la décision sera réexaminée en 2021, pour réévaluer le bien-fondé de l’interdiction à cet horizon. Là encore, les écologistes ont dénoncé une "porte laissée ouverte".


http://www.usinenouvelle.com/article/ap ... el.N399157


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Ven Aoû 12, 2016 9:08 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
Pour ou contre le gaz de schiste, le Colorado va voter

Loïc Chauveau le 12-08-2016

Les opposants à la fracturation hydraulique de cet Etat ont obtenu les 98.500 signatures nécessaires pour que la limitation de l’extraction de gaz de schiste fasse l’objet de référendums lors de l'élection présidentielle du 8 novembre prochain

Les prochaines élections présidentielles au Colorado risquent d’être agitées ! Outre que cet Etat fait partie des «swing states» hésitant entre le républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton, les électeurs devront également décider s’ils acceptent ou non la fracturation hydraulique sur leur territoire. Les opposants à l’exploitation du gaz de schiste annoncent en effet avoir déposé dans les délais plus de 100.000 signatures réclamant un référendum. Le bureau du Secrétaire d’Etat du Colorado a désormais 30 jours pour vérifier et valider les signatures des pétitionnaires, mais selon le New York Times, il ne fait pas de doute que les propositions 75 et 78 seront bien soumises au vote des électeurs. Selon le quotidien new-yorkais, il s’agit de « la tentative politique la plus sérieuse pour stopper la fracturation hydraulique aux Etats-Unis ». Seul en effet jusqu’à présent l’Etat de New York a interdit l’extraction de gaz de schiste, mais cet Etat ne possède pas de grandes réserves au contraire du Colorado.

L’initiative 75 propose que les autorisations d’exploitation du sous-sol ne dépendent plus des services administratifs de l’Etat mais des collectivités locales concernées par l’installation de puits d’extraction. La Cour Suprême du Colorado a en effet déclaré illégales des interdictions d’exploitations édictées par des petites villes au motif que les autorisations de l’Etat prévalent. La proposition 78 est encore plus radicale. Elle propose qu’aucun puits ne puisse être foré à moins de 750 mètres d’une habitation, d’un espace public ou du cours d’une rivière ou d’une rive d’un lac. Selon un rapport officiel, si cette mesure est adoptée 90% du territoire de l’Etat ne pourrait plus être foré et 95% de la surface des champs actuellement en exploitation devraient fermer. Les opposants mettent évidemment en avant les conséquences de plus en plus visibles de l’extraction de gaz de schiste tant en matière de sismicité que de pollution de l’air.

Economie versus écologie

Il s’agit donc bien d’une demande d’interdiction dans un Etat extrêmement productif comme le souligne la principale société pétrolière travaillant dans l’Etat, Anarkado. Le Colorado recèle 10% des réserves américaines de gaz naturel et le seul champ de Niobrara recèlerait 2 milliards de barils de pétrole de schiste. Entre 2004 et 2014, la production de l’Etat a été multipliée par 4 avant de reculer depuis l’effondrement des prix du pétrole. Selon les pétroliers, le bannissement provoquerait la disparition de 54 000 emplois et une baisse importante des taxes et revenus de l’Etat.

Débuté en novembre dernier, la campagne pour le référendum s’est déjà avérée très musclée. Les deux principaux pétroliers ont provisionné dix millions de dollars pour contrecarrer l’initiative et préparer la campagne électorale. De leur côté, les opposants font état de pressions, intimidations voire violences contre des militants proposant de signer la demande de référendum. Le gouverneur démocrate du Colorado, John Hickenlooper s’est déclaré être un fervent défenseur des gaz de schiste alors que l’élu local au Congrès Jared Polis, lui aussi démocrate, s’oppose à l’industrie pétrolière. Les candidats à la Présidentielle sont tout aussi louvoyants. Donald Trump qui promet de relancer les industries du charbon et du gaz, a cependant déclaré à Denver début août que «si des villes ne veulent pas du fracking, c’est leur affaire ». Quant à Hillary Clinton, elle plaide pour un encadrement renforcé de l’extraction minière et reconnaît elle aussi aux Etats et aux villes le droit d’interdire cette activité. Le gaz de schiste va bien être un des sujets majeurs de l’élection présidentielle américaine.

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-e ... voter.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Ven Déc 02, 2016 10:17 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17070
Citation:
Désintox
Non, 12 000 chercheurs français ne sont allés aux Etats-Unis pour travailler sur le gaz de schiste

Maud Fontenoy, la caution écologiste de LR, a encore raconté n'importe quoi sur le gaz de schiste.

INTOX Maud Fontenoy a encore sorti un livre, et comme à chaque fois, elle fait la tournée des plateaux télés pour promouvoir son écologie de compromis estampillée LR. Au programme, sur BFMTV (et aussi dans le Talk du Figaro à 3'30"), ses regrets quant à la recherche française, handicapée par le principe de précaution, notamment vis-à-vis du gaz de schiste.


http://www.liberation.fr/desintox/2016/ ... te_1526224

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Ven Déc 02, 2016 11:28 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Ca va être à Fillon d'aller montrer son décolleté maintenant.

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Sam Déc 03, 2016 1:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17070
je le vois pas trop dans le rôle du décolleté.

En revanche....

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Ven Jan 13, 2017 4:37 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
Gaz de schiste : l’Argentine ressuscite Vaca Muerta

Par Claire Fages RFI 12 janvier 2017

L'Argentine veut relancer le développement du gaz de schiste en Patagonie. Le gouvernement Macri est parvenu à motiver les grandes compagnies pétrolières pour qu’elles investissent à nouveau dans le gisement géant de Vaca Muerta.

Image
Le site de Vaca Muerta, en Patagonie.REUTERS/Prensa YPF/Handout-File

L'Argentine ressuscite Vaca Muerta. Un gisement de gaz de schiste de 30 000 km2, l’équivalent de la superficie totale du Rwanda, en Patagonie, dans le sud argentin ; les deuxièmes réserves de gaz de schiste au monde, derrière la Chine et devant l’Algérie et les Etats-Unis.

Vaca Muerta a pourtant été mis en sommeil depuis quelques années : le gaz de schiste argentin n’est plus rentable à exploiter depuis la chute des prix des hydrocarbures, même pour les plus grandes compagnies déjà sur place. Les Américaines Chevron et Dow, les Britanniques Shell et BP et le Français Total, partenaires de la compagnie nationale argentine YPF (Yacimientos Petrolíferos Fiscales) n’exploitent que deux concessions sur les 19 distribuées.

Des prix subventionnés

Mais l’Argentine manque de gaz, elle doit importer de plus en plus d’hydrocarbures malgré ses immenses réserves alors qu’elle était exportateur net autrefois. Le gouvernement Macri a donc offert des conditions généreuses aux compagnies pour qu’elles investissent à nouveau dans Vaca Muerta. Le prix du gaz à la sortie du puits sera subventionné jusqu’à plus de 7 dollars le million de BTU, près de trois fois plus que le prix mondial. Ces subventions du gaz produit en Argentine devaient initialement disparaître cette année, elles seront prolongées au moins jusqu’en 2020.

Les infrastructures de transport seront améliorées par la région de Neuquèn qui abrite en partie le gisement de Vaca Muerta. Et les salariés du secteur pétrolier connaîtront des conditions d'embauche plus flexibles. Les grèves étaient fréquentes dans ce secteur en Argentine, depuis le retour de l'inflation. L’objectif est de diminuer de 30% les coûts de la fracturation hydraulique pour les compagnies pétrolières, actuellement ils sont deux fois plus élevés en Argentine qu'aux Etats-Unis. En échange de toutes ces promesses, les compagnies pétrolières s'engagent à investir 5 milliards de dollars cette année, 15 milliards de dollars l'an prochain en Argentine, pour extraire plus rapidement le gaz de schiste de Vaca Muerta dont l'Argentine estime avoir besoin.

http://www.rfi.fr/emission/20170112-gaz ... aca-muerta


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Dim Jan 22, 2017 9:18 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
VERS L'INTERDICTION TOTALE DES GAZ DE SCHISTE

LE 18/01/2017 capital.fr
PARIS (Reuters)

La commission du Développement durable de l'Assemblée nationale française s'est prononcée mercredi pour l'interdiction totale d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à savoir les gaz et huiles de schiste.

L'examen de la proposition de loi sur l'adaptation du code minier au droit de l'environnement, qui comprend un amendement socialiste en ce sens, se déroulera la semaine prochaine en séance publique par les députés mais le changement possible de majorité en juin prochain pourrait changer la donne.

"Les gaz de schiste, c’est derrière nous", a déclaré mercredi la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, à sa sortie du conseil des ministres, ajoutant que la France ne donnerait "plus de permis, en mer notamment, d’exploitation d’énergies fossiles".

"La France ne donnera plus d’autorisation de prospection d’énergies fossiles. Elle dira aux entreprises : investissez dans les énergies renouvelables, investissez dans les économies d’énergie parce que c’est le nouveau modèle énergétique français", a ajouté la ministre de l'Environnement.

L'amendement du président et rapporteur de la commission du Développement durable, le socialiste Jean-Paul Chanteguet, prévoit dans son exposé des motifs de définir "précisément et sans ambiguïté ce qui est autorisé et ce que est interdit en France" dans ce domaine.

Il complète le dispositif mis en place par la loi du 13 juillet 2011 qui s'était limité à interdire une technique, celle de la fracturation hydraulique, mais qui permet son expérimentation "à seules fins de recherche scientifique" ou à d'éventuelles techniques alternatives.

"RISQUES POUR L'ENVIRONNEMENT"

"Cette mesure se justifie par les risques que font peser, en raison des techniques utilisées, l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels sur la préservation de la santé et de l'environnement", est-il souligné dans le texte.

L'amendement précise que sont considérés comme hydrocarbures non conventionnels les hydrocarbures liquides ou gazeux, qui sont piégés dans la roche-mère, à l'exception des hydrocarbures gazeux contenus dans les veines de charbon, ainsi que les hydrates de méthane enfouis dans les mers ou sous le pergélisol.

Ainsi, le texte ne vise pas à interdire l'exploration ou l'exploitation du gaz contenu dans les veines de charbon dans la mesure, est-il expliqué, où son extraction ne nécessite pas l'emploi de la fracturation hydraulique.

Le texte précise encore que l'exploration et l'exploitation, par quelque technique que ce soit, des hydrocarbures non conventionnels, sont interdites sur le territoire national, dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental.

Il ajoute que l'autorité administrative compétente ne peut accorder aucun titre d'exploration ou d'exploitation ni aucune autorisation de travaux lorsque le titre ou l'autorisation concerne un ou des hydrocarbures non conventionnels.

Après l'examen par les députés en séance publique, le Sénat pourrait examiner à son tour cette proposition de loi durant le courant du mois de février. Mais le Parlement devant suspendre ses travaux à la fin février pour cause de campagnes électorales (présidentielle et législatives), il n'est pas certain que le texte puisse d'ici-là être adopté définitivement.

Les législatives de juin prochain, avec l'élection possible d'une nouvelle majorité de droite pourrait changer la donne.

En novembre 2012, l'ancien Premier ministre UMP François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, avait estimé qu'il était "criminel" de s'interdire les recherches sur le gaz de schiste en France.


http://www.capital.fr/a-la-une/actualit ... te-1200569


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Sam Mai 20, 2017 1:48 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
Citation:
L’Algérie abandonne le gaz de schiste pour les énergies renouvelables

15 mai 2017 / M’hamed Rebah

Le gouvernement algérien abandonne le gaz de schiste et donne sa priorité au développement des énergies renouvelables. Cela a été dit clairement par le ministre de l’Énergie, Noureddine Boutarfa, en marge d’une conférence animée, à la mi-avril, à l’École des hautes études commerciales de Koléa (près d’Alger) sur le programme national des énergies renouvelables.

Sur l’option gaz de schiste, le ministre lève ainsi une incertitude alimentée par des déclarations officielles parfois contradictoires faisant suite aux manifestations du début de l’année 2015 à In Salah (dans le Sahara) où la population exigeait la fermeture d’un puits d’exploration foré, en juin 2012, dans le bassin d’Ahnet, et destiné à évaluer le potentiel pour vérifier si, vraiment, l’Algérie possède l’un des plus importants gisements de gaz de schiste dans le monde. Car l’état réel des réserves de gaz de schiste est la grande inconnue. Ce sont les données géologiques des sols qui ont permis de fournir de premières estimations et il y a des experts qui pensent que, pour l’Algérie, elles ont pu être « gonflées ».

À In Salah, la population a demandé et, visiblement, obtenu, un moratoire sur le gaz de schiste en attendant d’avoir des preuves sur leur absence de nocivité. La fracturation hydraulique, qui est jusqu’à présent la seule technologie disponible pour le produire, fait l’objet d’importantes critiques à cause de son impact sur l’environnement et des grandes quantités d’eau qu’elle exige. Mais la décision annoncée par Noureddine Bouterfa de mettre de côté le gaz de schiste découle avant tout de considérations économiques liées, sans doute, comme l’ont souligné déjà des experts algériens qui ont eu à se prononcer à ce sujet, à des coûts élevés et une rentabilité incertaine, dans des conditions globales inopportunes. En fait, aucun élément ne plaide en faveur de l’option gaz de schiste alors que rien ne presse pour y aller. « L’Algérie n’a pas besoin actuellement de gaz de schiste », a dit le ministre. Il n’y a aucune urgence. Les hydrocarbures conventionnels ne sont pas encore finis et le programme des énergies renouvelables est lancé.

Démarche d’efficacité énergétique
..................

https://reporterre.net/L-Algerie-abando ... ouvelables


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gaz de schistes
MessagePosté: Mar Mai 23, 2017 8:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12340
Localisation: 38
A l' inverse de l' Algérie :

Citation:
Afrique du Sud: le gaz de schiste pour être moins dépendant du charbon

Par Alexandra Brangeon RFI 23 mai 2017


En Afrique du Sud, l’exploration de gaz de schiste pourrait bientôt débuter. Le mois dernier, le gouvernement a donné son feu vert pour le lancement des opérations de forage. Et selon PASA, l’Agence sud-africaine de Pétrole, Pretoria envisage d’attribuer les premières licences d’exploration à partir du mois de septembre. L’Afrique du Sud, ultra dépendante au charbon pour produire de l’électricité, souhaite développer l’utilisation de gaz de schiste dont elle aurait d’importantes réserves.

Selon la directrice de l’Agence sud-africaine de Pétrole, les premières licences pourraient être attribuées à partir de septembre. Cinq demandes de permis ont été examinées précise Lindiwe Mekwe. Et l’agence doit prochainement faire part de ses recommandations au ministre des Ressources minérales pour qu’il puisse décider de l’attribution des permis. On connait déjà trois des postulants : l’Anglo-néerlandais Shell, l’Australien Bundu Oil and Gas, et le groupe Facon Oil & Gas, basé en Irlande.

L’Afrique du Sud, qui a levé son moratoire sur le gaz de schiste il y a 5 ans, semble donc déterminée, mais ses projets pourraient encore être retardés. Agriculteurs et fermiers de la région du Karoo dans la province du Cap Orientale, où les principaux gisements ont été identifiés, ont saisi la justice. L’extraction du gaz de schiste se fait par fracturation hydraulique ; c'est-à-dire l’injection d’eau et de produits chimiques dans la roche. Un procédé hautement polluant pour les nappes phréatiques ... dans une région déjà très aride.

Incertitudes sur le volume de gaz dans les sols

Des incertitudes subsistent également quant à la valeur de ces gisements. Selon l’agence américaine d’information sur l’énergie, le pays détiendrait plus de 11 milliards de mètres cubes de réserves de gaz de schiste, soit de quoi produire suffisamment d’énergie pour plus d’un siècle, au rythme de la consommation actuelle. Mais certains spécialistes énergétiques ne sont pas convaincus.

En l’absence d’exploration, il est difficile l’évaluer la quantité réelle de gaz de schiste, de déterminer son taux de récupération, et sa rentabilité. Difficile donc de savoir si ce gaz non conventionnel peut être une réelle alternative au charbon, auquel le pays tente de réduire sa dépendance.

http://www.rfi.fr/emission/20170523-afr ... nt-charbon


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 210 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 10, 11, 12, 13, 14

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com