Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Mar Juil 17, 2018 1:19 pm

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 727 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Oct 07, 2017 1:00 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Nucléaire: la centrale de Fessenheim reprend partiellement son activité

AFP parue le 02 oct. 2017

L'unité de production numéro 1 de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) a été raccordée dimanche soir au réseau national, après plus de deux mois d'arrêt pour maintenance, a indiqué lundi EDF.

Composée de deux unités de production de 900 MW chacune, Fessenheim était totalement à l'arrêt depuis le 22 juillet et le lancement d'une opération de maintenance sur le réacteur numéro 1. Le réacteur numéro 2 de la doyenne des centrales françaises a, lui, été stoppé en juin 2016, en raison d'une anomalie détectée sur un générateur de vapeur présentant une irrégularité de fabrication à l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire).

EDF doit prouver sa fiabilité à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Début juillet, l'électricien a précisé que le redémarrage de ce réacteur n'interviendrait pas avant début 2018.


https://www.connaissancedesenergies.org ... ite-171002

On en a bien besoin suite à la mise à l' arrét de Tricastin.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Mer Nov 01, 2017 2:22 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Les victimes de Fukushima gagnent en justice contre l’Etat

Yuta Yagishita (à Tokyo) , le 13/10/2017

Un tribunal a reconnu la responsabilité du pouvoir public dans l’accident de 2011. Un verdict qui peut avoir d’importantes conséquences.

Le tribunal préfectoral de Fukushima a condamné mardi 10 octobre l’État et l’opérateur du site nucléaire de Fukushima, Daiichi Tepco, à verser une amende de 500 millions de yens (3,8 millions d’euros) en reconnaissant la responsabilité du pouvoir public dans l’accident de 2011. « L’accident aurait pu être évité si l’État avait ordonné à Tepco de prendre des mesures de sécurité pertinentes contre les risques de tsunami », a déclaré Hideki Kanazawa, le président du tribunal.

Pour rendre leur verdict, les juges se sont appuyés sur un rapport datant de 2002, à partir duquel l’État aurait pu anticiper un tsunami de 15,7 m de haut. C’est un revers cuisant pour le pouvoir public, qui « n’a jamais reconnu sa responsabilité dans l’accident jusqu’ici » raconte, enthousiaste, Izutaro Managi, un des avocats chargés du dossier.

« Poursuivre la lutte pour la fermeture de toutes les centrales nucléaires »

La décision met également en cause les critères d’indemnisation fixés par l’État. Jusqu’ici, seuls les résidents d’une zone assez limitée de la préfecture de Fukushima, choisie en fonction du degré de contamination radioactive, y avaient le droit. Or, le tribunal a étendu ce droit à des personnes vivant en dehors de cette zone.

« Il faut poursuivre la lutte pour la fermeture de toutes les centrales nucléaires, mesure indispensable pour ne pas répéter l’accident », a insisté Takashi Nakajima, représentant des 3 800 plaignants.

La décision peut peser sur les redémarrages de centrales, contre lesquels ces victimes de Fukushima militent également. « La justice a dit en substance que, pour opérer une centrale nucléaire, il faut prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires. Et ce n’est pas le cas pour les projets de redémarrage actuels », espère Izutaro Managi.

https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et- ... 1200883880


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Nov 11, 2017 2:00 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
Accident dans un site de traitement nucléaire en Russie en septembre

http://mobile.lemonde.fr/planete/articl ... _3244.html

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Nov 11, 2017 2:35 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
bien sur :

Citation:
Nuage radioactif détecté en octobre: la Russie nie toute responsabilité

Par LEXPRESS.fr , publié le 10/11/2017

...................

Les autorités russes nient pourtant toute responsabilité. "Les entreprises de Rosatom n'ont rien à voir avec la fuite du ruthénium 106" détectée en Europe, a affirmé à l'AFP le service de presse de la société d'État russe, qui gère l'activité de toutes les entreprises du secteur nucléaire, militaires comme civiles, en Russie.

La société kazakhe Kazatomprom, opérateur national chargé de la production du combustible nucléaire, a également démenti être à l'origine de la fuite. "Il n'y a pas de sites au Kazakhstan d'où une éventuelle fuite de cette substance pourrait se produire", a assuré son service de presse.

https://www.lexpress.fr/actualite/socie ... 59574.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Lun Nov 20, 2017 9:34 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
et voila, ça vient de la Russie, comme prévu. Malgré des dénégations antérieures.

Citation:
La Russie reconnaît être à l'origine d'une pollution radioactive

Par AFP le 20.11.2017

L'agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu lundi qu'une concentration "extrêmement élevée" de ruthénium-106 avait été détectée fin septembre dans plusieurs régions de Russie, confirmant les rapports de plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité.

"Le radio-isotope Ru-106 a été détecté par les stations d'observation d'Arguaïach et de Novogorny" entre le 25 septembre et le 1er octobre, précise Rosguidromet dans un communiqué.

Selon la même source, le taux le plus élevé a été enregistré dans la station d'Arguaïach, un village proche de Tcheliabinsk, dans le sud de l'Oural, où "une concentration extrêmement élevée" de ruthénium-106 "excédant de 986 fois" les concentrations enregistrées le mois précédent a été détectée.

Rosguidromet ne donne pas d'indication sur la source potentielle de la pollution mais Arguaïach est située à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak, touché par un des pires accidents nucléaires de l'histoire en 1957.

Maïak est aujourd'hui un site de retraitement de combustible nucléaire usé.

L'agence russe précise que le ruthénium-106 a ensuite été détecté au Tatarstan puis dans le sud de la Russie, avant qu'il ne se fixe à partir du 29 septembre "dans tous les pays européens, à partir de l'Italie et vers le nord de l'Europe".

Fin septembre, plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l'atmosphère avaient repéré du ruthénium-106 dans l'atmosphère.
.......................

https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ive_118454


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Ven Déc 08, 2017 11:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Nuage radioactif en Europe : la Russie évoque la chute d'un satellite

Par Sciences et Avenir avec AFP le 08.12.2017

D'où vient le nuage radioactif au ruthénium ? Pas du complexe nucléaire Maïak, selon les autorités russes, qui évoquent la chute d'un satellite artificiel. Mais les zones d'ombre demeurent.

La Russie continue de nier toute implication dans le nuage radioactif au ruhénium-106 détecté fin septembre 2017 en Europe. C'est ce qu'a déclaré le président de la commission scientifique russe chargée de l'enquête, qui s'est exprimé le 8 décembre 2017. Selon lui, le complexe nucléaire russe Maïak n'est pas à l'origine de la pollution radioactive mesurée. Mais alors, d'où vient-elle ? D'un satellite artificielle désintégré lors de son entrée dans l'atmosphère, propose-t-il. Une hypothèse qui peine à convaincre. Explications.

"Pas d'effet sur le personnel de Maïak"

Notre conclusion est que le complexe Maïak ne peut pas être à l'origine de la pollution radioactive au ruthénium-106", a déclaré Vladimir Boltounov. "Les résultats des analyses individuelles sur le personnel de Maïak n'ont montré aucun changement sanitaire (...) Du 1er août au 30 novembre, il n'y a pas eu d'accident ni de problèmes dans le fonctionnement des installations et du processus technologique." Il n'y a pas non plus eu "rejet de matières radioactives dans l'atmosphère au-delà des normes", a-t-il ajouté. Dans un communiqué (lien en russe), la commission scientifique a en outre indiqué que les taux de ruthénium-106 détectés dans le sud de l'Oural ont été de 100 à 1.000 fois moins élevés que les niveaux autorisés et ne présentaient aucun risque pour la santé.

Vladimir Boltounov n'a toutefois aucune explication sur la source de la pollution au ruthénium-106. Le 20 novembre 2017, l'agence russe de météorologie Rosguidromet avait annoncé qu'une concentration "extrêmement élevée" de ruthénium-106, produit de fission issu de l'industrie nucléaire, avait été détectée dans le sud de l'Oural, notamment près du complexe de Maïak, un site de retraitement de combustible nucléaire.

La Roumanie montrée du doigt

La commission scientifique russe affirme aussi que des taux de ruthénium "largement supérieurs à tout ce qui a été détecté en Russie" ont été enregistrés en Roumanie. "La commission est préoccupée par le manque d'information sur les causes possibles de cette concentration anormalement haute de Ru-106 en Roumanie", précise le communiqué. Rafael Aroutiounian, vice-président de l'Institut pour le développement sûr de l'industrie nucléaire de l'Académie russe des sciences, a indiqué qu'était envisagée "l'hypothèse de la chute dans l'atmosphère d'un satellite scientifique".

DOUTES. L'IRSN notait en effet, lors de son communiqué du 9 octobre 2017 sur le nuage radioactif, que le ruthénium peut être présent "dans des générateurs de courant utilisés pour alimenter électriquement les satellites." L'hypothèse du satellite avait ensuite été écartée par l'Agence internationale de l'énergie atomique. Le 8 décembre 2017, l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace a publié une pétition demandant la création d'une commission "indépendante" et dénonçant les conclusions de la commission scientifique de Rosatom, qui "ne ressemble pas à une étude visant à trouver les sources de l'émission" selon Rachid Alipov, le chef du programme nucléaire de Greenpeace Russie.

https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ite_118990


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Déc 23, 2017 9:41 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
5000 personnes sur le chantier des centrales de Fukushima.

Reportage dans Libération :

Citation:
La centrale de Fukushima à cœur ouvert

Par Rafaële BRILLAUD, Envoyée spéciale à Iwaki et Fukushima — 14 décembre 2017

Eaux contaminées, facture des travaux astronomique, fuites… Malgré les progrès accomplis depuis la catastrophe il y a six ans et demi sur le site japonais, l’urgence demeure.
......................


http://www.liberation.fr/planete/2017/1 ... rt_1616757


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Ven Jan 12, 2018 10:35 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Une centrale solaire à Tchernobyl

Par Sciences et Avenir avec AFP le 11.01.2018

L'Ukraine se prépare à lancer sa première centrale solaire dans la zone contaminée par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, pour redonner vie à ce territoire abandonné.

Image

D'une puissance relativement symbolique d'un mégawatt, la centrale se trouve à seulement une centaine de mètres du nouveau "sarcophage" en acier étanche qui recouvre les restes du réacteur accidenté de Tchernobyl, théâtre en 1986 du pire accident nucléaire de l'Histoire. Une telle centrale peut couvrir la consommation d'environ 2.000 foyers vivant en appartements, explique à l'AFP Evguen Variaguine, directeur de l'entreprise ukraino-allemande Solar Chernobyl qui a réalisé ce projet.

Le groupe a dépensé un million d'euros dans cette structure d'environ 3.800 panneaux photovoltaïques installés sur 1,6 hectare, le double de la pelouse d'un stade de football. Il espère rentabiliser le projet d'ici à sept ans. A partir de cette unité qui doit être inaugurée dans les semaines à venir, le groupe prévoit d'atteindre un total de 100 mégawatts dans la zone où le niveau d'ensoleillement "est le même que dans le sud de l'Allemagne", souligne M. Variaguine.

L'Ukraine cherche à développer sa propre production d'énergie après l'arrêt brutal de ses achats de gaz russe en pleines tensions entre Moscou et Kiev. Elle veut aussi redonner une seconde vie à la zone d'exclusion de Tchernobyl qui entoure dans un rayon de 30 kilomètres la centrale nucléaire accidentée, à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, près de la frontière bélarusse.

Terre contaminée

Le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986 contaminant, selon certaines estimations, jusqu'aux trois quarts de l'Europe. Après cette catastrophe, les autorités soviétiques ont évacué des centaines de milliers de personnes et un vaste territoire, couvrant plus de 2.000 kilomètres carrés, est resté abandonné. Trois autres réacteurs de la centrale ont continué de fonctionner après le drame mais le dernier a été fermé en 2000, marquant la fin de toute activité industrielle à Tchernobyl.

L'Homme ne pourra pas revenir vivre dans cette zone "pendant encore 24.000 ans" mais une prudente exploitation industrielle redevient possible, estiment les autorités ukrainiennes."Ce territoire ne peut évidemment pas être utilisé pour l'agriculture, mais il convient tout à fait pour des projets innovants et scientifiques", assurait à l'AFP en 2016 le ministre ukrainien de l'Environnement Ostap Semerak.

L'installation fin 2016 d'une gigantesque chape étanche au-dessus des ruines du réacteur accidenté a contribué à la réalisation du projet. Financé par la communauté internationale, le nouveau dôme a recouvert le vieux "sarcophage" en béton, fissuré et instable, et permis de mieux isoler le magma hautement radioactif resté dans le réacteur. Résultat: le taux de radioactivité à proximité de la centrale a été divisé par dix en un an, selon les estimations officielles.

Des précautions restent nécessaires: les supports des panneaux photovoltaïques de Solar Chernobyl ne sont pas plantés directement dans la terre contaminée, mais fixés sur des socles en béton posés à même le sol. "Nous ne pouvons pas forer ou creuser ici en raison des règles de sécurité", explique M. Variaguine.

Investissements difficiles

Le consortium qui l'emploie a déjà construit en 2016 une centrale solaire d'un peu plus de quatre mégawatts dans la zone irradiée au Bélarus voisin, à plusieurs dizaines de kilomètres de Tchernobyl. Côté ukrainien, les autorités ont mis à disposition près de 2.500 hectares pour de tels projets. Elles ont déjà reçu une soixantaine de propositions de la part de groupes étrangers --danois, américains, chinois, français-- , selon Olena Kovaltchouk, porte-parole de l'administration locale. Facteur encourageant, Kiev achète l'énergie solaire à un tarif qui "dépasse en moyenne de 50% celui appliqué en Europe", explique à l'AFP Oleksandr Khartchenko, directeur exécutif du Centre des recherches énergétiques de Kiev.

La ruée des investisseurs occidentaux vers Tchernobyl n'est cependant pas pour demain, prévient cet expert, vu le poids de la bureaucratie et de la corruption endémiques en Ukraine. "Il est très important d'avoir des garanties que le travail dans la zone de Tchernobyl sera sûr", prévient de son côté Anton Oussov, conseiller de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), qui ne prévoit pour l'instant aucun investissement dans ce domaine en Ukraine.

https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... byl_119769


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Jan 13, 2018 5:11 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
d'ici à ce qu'on nous explique que le nucléaire c'est bon pour le développement des ENR ...

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Jan 20, 2018 12:05 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 28, 2006 9:06 pm
Messages: 3752
Kilopower, la centrale nucléaire de poche : 2 mètres de haut, 1 kW de puissance électrique.
https://en.wikipedia.org/wiki/Kilopower

Image

_________________
On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Pierre Desproges


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Jan 20, 2018 3:29 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Nuage radioactif au ruthénium : enquête internationale attendue en Russie fin janvier

Par Journaliste Figaro Marc Cherki le 19/01/2018

L'«Ebdo» et «Envoyé Spécial» ont rapporté des échantillons de terre, prélevés à côté de l'installation nucléaire Maïak, au pied de l'Oural. Ils contiennent du ruthénium, le radioélément retrouvé en France début octobre.

Depuis l'alerte au nuage radioactif au-dessus de l'Europe lancé au début de l'automne 2017 par l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), puis confirmé par d'autres agences européennes de sûreté, le mystère semble s'épaissir sur l'origine et la présence de ce radioélément dans l'environnement. Coup sur coup, le nouvel hebdomadaire baptisé l'«Ebdo» et le magazine «Envoyé spécial», sur France 2, ont diffusé des enquêtes sur ce mystérieux nuage radioactif, dont les retombées ont été détectées jusqu'en France.
.....................

la suite : http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/01 ... anvier.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Sam Jan 20, 2018 8:32 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Image

Figure 1: KiloPower Reactor is constructed of solid metallic U-Mo core, brazed with eight heat pipes and Stirling engines that convert core thermal power into electricity. Not shown here is the BeO neutron reflector that surrounds the core. Source: Los Alamos National Laboratory

Citation:
Full-scale nuclear test

The nuclear demonstration test will occur in late summer or early fall of 2017. The test will be conducted at the Device Assembly Facility at the Nevada National Security Site (NNSS). It will be comprised of a ~32 kilogram enriched uranium reactor core (about the size of a circular oatmeal box) made from uranium metal going critical, and generating heat that will be transported by sodium heat pipes to Stirling engines that will produce electricity.

The test will include connecting heat pipes and Stirling engines enclosed in a vacuum chamber siting on the top of a critical experiment stand. The critical experiment stand has a lower plate than can be raised and lowered. On this plate will be stacked rings of Beryllium Oxide (BeO) that form the neutron reflector in the reactor concept. A critical mass is achieved by raising the BeO reflector to generate fission in the reactor core. Once fission has begun, the BeO reflector will be slowly raised to increase the temperature in the system to 800 degrees Centigrade. The heat pipes will deliver heat from the core to the Stirling engines and allow the system to make ~250 watts of electricity. For the purpose of testing only, two of the eight Stirling engines will make electricity,the others will only discard heat.

The data gained will inform the engineers regarding startup and shutdown of the reactor, how the reactor performs at steady state, how the reactor load follows when Stirling engines are turned on and off and how the system behaves when all cooling is removed. This data will be essential to moving forward with a final design concept.


https://www.rdmag.com/article/2017/02/n ... xploration


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Dim Jan 21, 2018 12:51 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
Citation:
The nuclear demonstration test will occur in late summer or early fall of 2017.


et les résultats ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Dim Jan 21, 2018 1:40 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Scrat a écrit:
Citation:
The nuclear demonstration test will occur in late summer or early fall of 2017.


et les résultats ?


Tu crois que les expérimentateurs ne sont déjà plus la pour en parler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Uranium 2010: Where Did We Go Wrong?
MessagePosté: Lun Jan 22, 2018 10:53 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 28, 2006 9:06 pm
Messages: 3752
Citation:
Areva se renomme Orano pour se relancer

Areva a vécu. Ce mardi, le groupe désormais recentré sur le cycle du combustible doit dévoiler sa nouvelle marque, qui effacera un nom créé en 2001 pour regrouper les acteurs de la filière nucléaire tricolore. De bonne source, deux noms ont été sélectionnés en short-list : Orano et Osome. Les deux marques ont été déposées l'an dernier auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) par une société spécialisée (Brevalex). Selon nos informations, c'est toutefois le nom d'Orano qui a été retenu. Ecrit en caractères d'imprimerie noirs, il est accompagné d'un logo imitant une série de cercles tracés à la main.

https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 147074.php

On est toujours aussi mythomanes au sommet du monolithe noir :
Wikipédia a écrit:
Dans la mythologie grecque, Ouranos (en grec ancien Οὐρανός, « ciel étoilé, firmament ») est une divinité primordiale personnifiant le Ciel et l'Esprit démiurgique.

Et une fois de plus, la fin est tragique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouranos#L ... _d'Ouranos

_________________
On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Pierre Desproges


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 727 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com