Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Lun Jan 27, 2020 6:35 pm

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 645 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Dim Déc 11, 2016 10:49 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Image

https://www.amazon.com/Economics-Inequa ... 1511336579

Did you read ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Lun Déc 12, 2016 10:32 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Scrat a écrit:


C'est aussi pesant que les 976 pages de ''Le Capital au XXIe siècle '' ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Mar Déc 27, 2016 8:30 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Image

Citation:
Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le réchauffement climatique. La «vérité qui dérange» ne tient pas aux gaz à effet de serre, la voici : notre modèle économique est en guerre contre la vie sur Terre.
Au-delà de la crise écologique, c’est bien une crise existentielle qui est en jeu – celle d’une humanité défendant à corps perdu un mode de vie qui la mène à sa perte. Pourtant, prise à rebours, cette crise pourrait bien ouvrir la voie à une transformation sociale radicale susceptible de faire advenir un monde non seulement habitable, mais aussi plus juste.


http://www.actes-sud.fr/naomi-klein-tout-peut-changer

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Sam Jan 14, 2017 9:17 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Suis en train de lire ceci :

Image

Citation:
Auteur(s) : Yves Christen
Editeur : Flammarion
Parution : 12/10/2011
Nombre de pages : 698
Dimensions : 17.70 x 10.90 x 3.00

Résumé :
Longtemps nous avons considéré les animaux comme ceux que la nature avait privés des qualités que nous, les humains, possédons : l'aptitude à raisonner, apprendre, communiquer, s'adapter, décoder, transmettre, enseigner, progresser... Les travaux scientifiques ont pulvérisé cette idée reçue et, depuis la dernière décennie, ils nous surprennent encore plus. Qui sont vraiment les animaux ? On les savait joueurs, blagueurs, rieurs, féroces parfois ; on les découvre tricheurs, menteurs, trompeurs, mais aussi aimants, mélancoliques ou encore émotifs, stratèges, sensibles aux intentions d'autrui, capables de respecter une morale ou d'élaborer une culture. La très grande ingéniosité des tests et l'extraordinaire diversité des observations scientifiques (éthologie, génétique, psychologie, zoologie, primatologie, neurosciences) nous révèlent les facettes de l'intelligence et de l'identité animales, et prouvent l'absurdité qu'il y a à réduire les compétences de la bête à la seule force de son instinct. Car en dépit des caractéristiques qui fondent l'homogénéité de son espèce, chaque animal est un individu à part entière, un être social unique, complexe, et par là même un sujet de droit. Des singes aux léopards, des éléphants aux antilopes, des baleines aux dauphins, l'auteur nous propose une approche de l'altérité qui apporte beaucoup au débat sur l'exploitation et la manipulation animales. Un plaidoyer fort documenté en faveur de la personne animale.

Biographie:
Yves Christen, biologiste, spécialiste de la maladie d'Alzheimer, a mené des recherches en immunogénétique dans le laboratoire de Jean Dausset à l'hôpital Saint-Louis et en immunologie à l'institut Pasteur, avant de se spécialiser dans le domaine des neurosciences. Il a notamment publié et Le Peuple léopard. Tugwaan et les siens (Michalon, 2000) et Les Surdoués du monde animal (Rocher, 2009).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Sam Mar 25, 2017 4:30 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Image

Citation:
Du courage !
Le courage serait un mot désuet. Un terme qui appartiendrait à un passé révolu, au temps où le « système », la « finance », les « lobbys », « Bruxelles » n’auraient pas encore fait main basse sur notre libre arbitre.
A l’évocation de ce terme, vous verrez se dessiner un sourire au mieux gêné, plus souvent condescendant, sur le visage de nos élites. Depuis 15 ans, j’assiste, atterrée, à la mise à mort des agriculteurs vertueux assommés sous des tombereaux de normes et de réglementations tatillonnes.
Depuis 15 ans, j’observe les lobbys dicter leur tempo, usant de leurs vastes réseaux pour stopper les réformes qui sauveraient notre santé et l’environnement.
Depuis 15 ans, je constate, la boule au ventre, les mêmes reculades, la même stigmatisation de Bruxelles, le même travail de sape des grands argentiers mus par leur seul intérêt.
Pendant ces 15 ans, les politiques ont été incapables de tenir bon et de s’élever pour protéger nos enfants des pesticides ou pour
que nous sachions enfin ce que nous mangeons.
Stop ! Assez de cette lâcheté. De sacrifier notre bien-être, notre planète et l’intérêt des générations futures.
Si nos dirigeants ne souhaitent pas changer le monde, nous si. Et du courage, nous en avons à revendre.

Isabelle Saporta est journaliste et documentariste. Elle chronique régulièrement sur RTL et sur France Inter (dans « Co2 mon Amour »). Elle a notamment publié Le Livre noir de l’agriculture, Vino Business, dont elle a tiré un documentaire, et Foutez-nous la paix !


http://www.fayard.fr/du-courage-9782213668871

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Sam Mar 25, 2017 5:09 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Image

Citation:
Face à l’urgence politico-climatique, l’auteur s’insurge. Prônant à la fois des actions concrètes et un changement de regard sur nos sociétés et leurs écosystèmes, il rappelle le caractère impératif d’une sortie de la culture capitaliste. En effet, cette dernière met l’homme en situation de grand péril car elle menace directement son existence. Pour espérer sortir de l’ornière, il est indispensable de prendre conscience des bases sur lesquelles sont fondées nos sociétés en réalisant un véritable virage anthropologique. Il propose par exemple d’instituer l’eau en élément sacré afin de réparer une nature détruite par l’économie. À travers cet ouvrage, l’auteur propose un véritable retour aux équilibres naturels seuls capables de résoudre les crises successives que nous traversons et de soutenir l’aventure humaine.

Un livre, contre-point à une campagne pour la présidentielle qui oublie soigneusement de parler de ce qui compte vraiment, à la fois inspiré par la colère et plein d’espoir pour qui veut entendre que l’on peut croire encore à de nouveaux horizons.


http://www.editionslesliensquiliberent. ... 1-0-1.html

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Sam Mar 25, 2017 5:44 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Citation:
La société écologique et ses ennemis
Pour une histoire alternative de l'émancipation
Serge AUDIER
Alors que monte la prise de conscience du péril environnemental, les obstacles à une véritable mutation écologique des sociétés contemporaines restent massifs et les modèles alternatifs peinent à s’imposer. Les traditions intellectuelles de la gauche semblent souvent impuissantes à apporter des réponses. Pire, n’ont-elles pas contribué, par leur culte des « forces productives », à l’impasse actuelle ?
La généalogie intellectuelle proposée par Serge Audier revient sur des évidences trompeuses, notamment celle qui voudrait que les mouvements émancipateurs n’aient abordé que très tardivement les enjeux écologiques. On redécouvre certes peu à peu des voix minoritaires qui, de Henry D. Thoreau à William Morris, avaient manifesté très tôt un souci inédit de la nature. Mais en les érigeant en héros solitaires, on contribue à occulter une nébuleuse beaucoup plus large et méconnue qui, entre socialisme et anarchisme, a esquissé les traits d’une « société écologique ». L’objectif de ce livre est d’exhumer et de reconstituer une pensée sociale de la nature et de l’émancipation, construite aux marges du « grand récit » socialiste et républicain.
De fait, cette tendance dissidente a été ignorée, marginalisée, voire combattue par les courants hégémoniques, qui ont souvent vu dans l’écologie un conservatisme traditionaliste ou un romantisme réactionnaire… Si les « ennemis » de la « société écologique » se trouvent bien entendu du côté des forces du capitalisme, il serait faux et dangereux d’oublier qu’ils font aussi partie de l’histoire même de la gauche et du socialisme dans ses orientations majoritaires, encore prégnantes.

Version papier : 27 €
Version numérique : 16,99 €


http://www.editionsladecouverte.fr/cata ... 94008.html

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Mer Avr 05, 2017 2:29 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Image

Citation:
Paul Jorion
Le dernier qui s'en va éteint la lumière
Le genre humain se découvre, à sa très grande surprise, au bord de l’extinction. À cette menace, il ne réagit que mollement, en tentant de manière dérisoire de dégager un bénéfice commercial de toute tentative de réponse.
Sommes-nous outillés pour empêcher notre propre extinction ? Notre constitution psychique et notre histoire jusqu’ici suggèrent malheureusement que notre espèce n’est pas à la hauteur de la tâche : la découverte que chacun d’entre nous est mortel l’a plongée dans une stupeur profonde dont plusieurs milliers d’années de rumination ne sont pas parvenues à la faire émerger.
Le dernier qui s’en va éteint la lumière propose une description réaliste et véridique de notre espèce, de ses grandes forces et de ses immenses faiblesses. Nous comprendre nous-mêmes est la condition pour renverser la tendance qui nous conduit, si nous ne réagissons pas immédiatement avec la plus extrême vigueur, droit vers l’extinction.

Anthropologue et sociologue de formation, Paul Jorion est connu du public pour avoir annoncé la crise des subprimes. Depuis, il a révolutionné le regard porté sur l’économie et la finance. Commentant l’actualité sur « Le blog de Paul Jorion », il est également chroniqueur au journal Le Monde et dans divers périodiques.


http://www.fayard.fr/le-dernier-qui-sen ... 2213699035

on nous avait annoncé une critique.......

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Mer Avr 05, 2017 6:16 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
J' avais dit l' an dernier que ce bouquin m' avait beaucoup déçu et que j' avais regreté mon achat.

ici : viewtopic.php?p=40105#p40105


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Mer Avr 05, 2017 6:40 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Alors est ce que tu vas être sensible à son dernier opus ?

Fichier(s) joint(s):
Paul_Jorion.jpg
Paul_Jorion.jpg [ 17.8 Kio | Vu 1937 fois ]


vient de paraitre
Citation:
Professeur associé à l'Université catholique de Lille, ancien trader, blogger actif, Paul Jorion faisait partie des rares économistes à anticiper la crise des subprimes de 2007 dans Vers la crise du capitalisme américain ? paru à La Découverte, crise qu'il explique dans L'implosion : la finance contre l'économie et La crise. Plus récemment, il publie un essai où il annonce la disparition de l'humanité, Le dernier qui s'en va éteint la lumière. Après le constat, voici aujourd'hui les solutions : Paul Jorion publie chez Fayard Se débarrasser du capitalisme est une question de survie, une anthologie de ses chroniques parues dans la presse depuis 2007.
L'anthropologue tire en 4 points les leçons de la crise systémique qui a paralysé l'économie planétaire en 2008 pour sortir de l'entêtement et "corriger" un système à la dérive.

Comment sortir du triplé perdant "concurrence-compétition-compétitivité" et redonner des bases solides et solidaires au projet économique et financier ? Il estime que "le système capitaliste marche quand on remet les compteurs à zéro de temps en temps." Essayons !

"L'homme rationnel n'est plus forcément moral et éthique dans cette logique de profit. Or la question de la survie de l'humanité n'est pas envisageable dans une telle logique."

"Une société ne fonctionne que selon 2 représentations : comment la gérer du haut vers le bas, et comment vivre à l'intérieur d'un système pour des individus."

"La science économique et son principe d'individualisme nous a imposé une représentation de la société dans laquelle rien n'émerge au niveau collectif."

Paul Jorion, La Grande Table

Réécoutez l'écrivain et académicien Marc Lambron en première partie d'émission : son journal Quarante ans, chroniques de l'année 1997, est sorti en janvier.

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Mer Avr 05, 2017 7:21 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Scrat a écrit:
Alors est ce que tu vas être sensible à son dernier opus ?

Image

vient de paraitre


J' irai voir ça à la FN^C, mais je m'était juré de ne plus acheter du Jorion.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Ven Avr 28, 2017 6:18 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
Fichier(s) joint(s):
Walden_Thoreau.jpg
Walden_Thoreau.jpg [ 93.75 Kio | Vu 1913 fois ]


Walden n'est ni un roman, ni une autobiographie, ni un journal naturaliste. Sa dimension critique à l'encontre du monde occidental en fait un véritable pamphlet. La part de l'imagination est conséquente et Thoreau consacre de nombreuses scènes à décrire l'étang de Walden mais aussi les animaux et la façon dont les gens le considèrent du fait de son isolement, tout en dégageant des conclusions philosophiques. Ces longs passages concernant la nature appartiennent à la tradition transcendantaliste et appellent à refondre l'éthique.

Plus d'un siècle plus tard, Walden reste une œuvre phare de la littérature américaine et l'ouvrage fondateur du genre littéraire du nature writing. La pensée écologiste moderne voit également en Walden le roman du retour à la nature et de la conscience environnementale. Les observations et spéculations de Thoreau font en effet de la nature, dans le récit, un protagoniste à part entière. Walden est enfin la lente introspection de Thoreau, le fil directeur d'une recherche de sens dans un monde de plus en plus marqué par l'industrialisation et la transformation de l'espace.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Walden_ou ... s_les_bois

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Lun Mai 01, 2017 7:12 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
vous l'avez lu ? vos commentaires ?

Image

Citation:
Et si notre civilisation s’effondrait ? Non pas dans plusieurs siècles, mais de notre vivant. Loin des prédictions Maya et autres eschatologies millénaristes, un nombre croissant d’auteurs, de scientifiques et d’institutions annoncent la fin de la civilisation industrielle telle qu’elle s’est constituée depuis plus de deux siècles. Que faut-il penser de ces sombres prédictions ? Pourquoi est-il devenu si difficile d’éviter un tel scénario ?Dans ce livre, Pablo Servigne et Raphaël Stevens décorti...


http://www.seuil.com/ouvrage/comment-to ... 2021223316

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Lun Mai 01, 2017 8:35 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 10:07 pm
Messages: 8021
Localisation: yvelines
Scrat a écrit:
vous l'avez lu ? vos commentaires ?
Ben oui, mais pourquoi le remettre sur le devant alors qu'il est sorti il y a bien deux ans.

Ben oui on va s'effondrer, la société thermo industrielle vie ses derniers feux, comme pour Bardi, Tainter, Cochet ou Diamond la messe est dite.
Mais avec Servigne et Stevens, c'est bien mieux, parce qu'on va s'effondrer certes, mais dans la joie et la bonne humeur, youkaïdi, aïdi, aïda...

_________________
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.
Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques. Regismu, GPPEP, arnaques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Littérature papier
MessagePosté: Lun Mai 01, 2017 9:49 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17349
oui, il y a même des trucs écrits il y a deux mille ans qui continuent à être commentés, alors...
merci pour ta lecture critique

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 645 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com