Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Mer Fév 21, 2018 7:24 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 650 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Jeu Juin 22, 2017 7:07 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Citation:
Aux Etats-Unis, une attaque de chaleur sans précédent

le 22 juin 2017

On se plaint avec nos 38° C ? Une plaisanterie pour les habitants d'Arizona ou de Californie ! Alors qu'une vague de chaleur a envahi la France, et l'Europe ces derniers jours, les Etats-Unis connaissent une canicule d'une tout autre ampleur, et autrement plus dangereuse.

Jusqu'à 52° C

Le 26 juin 1990, le mercure des thermomètres américains grimpait jusqu'à 44° Celsius, un record... Battu à plate couture dans la semaine qui vient de s'écouler. En Arizona ou en Californie, les fortes chaleurs ont désarçonné la population, pourtant habituée dans ces Etats en partie de désertiques au climat extrême.

En Arizona, et plus précisément à Phoenix, une ville située en plein désert, la compagnie aérienne American Airlines a été contrainte d'annuler une quarantaine de vols. Ses modèles d'avions, fonctionnels seulement sous un seuil de 48° C, n'ont pas pu décoller.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20 ... edent.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Jeu Juin 22, 2017 9:26 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17255
et en plus ça reduit les rejets de CO2.

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Ven Juin 23, 2017 6:00 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Scrat a écrit:
et en plus ça reduit les rejets de CO2.


:lol:
J' étais sur que tu allais répondre cela.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Dim Juin 25, 2017 1:20 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Ce crétin de Trump tente le bashing éolien en Iowa alors que cet état fait 36% de son électricité avec de l' éolien !

Citation:
Trump bashes wind energy in state that gets a third of its power from wind

June 23, 2017 evwind

On Wednesday night, President Donald Trump held a rally in Cedar Rapids, Iowa, where he praised coal and ridiculed wind energy.

“I don’t want to just hope the wind blows to light up your homes,” Trump told the crowd.

Iowa is the leading producer of wind energy in the country and generated 36.6 percent of its electricity from wind in 2016. Statewide, the wind industry employs between 8,000 and 9,000 people and has added $11.8 billion to the state’s economy through capital investments.

Wind farms that are built on private land, which is leased to wind developers, collectively earn farmers and landowners an estimated $20 million annually.

The mining industry in Iowa, by contrast, employs around 2,200 people?—?and is primarily made up of stone mining and quarrying jobs. Because of the way Iowa breaks down its employment data, that number also includes natural gas and petroleum extraction.


https://www.evwind.es/2017/06/23/trump- ... wind/60244


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Ven Juin 30, 2017 10:07 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Dans Usine Nouvelle du 22 Juin 2017


Fichiers joints:
Scott Pruitt enfume les Américain susr le charbon.jpg
Scott Pruitt enfume les Américain susr le charbon.jpg [ 119.01 Kio | Vu 485 fois ]
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Sam Juil 01, 2017 11:40 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17255
les mineurs de charbon US sont eux mêmes fatalistes: il savent très bien que plus personne ne veut acheter leur produit qui est dépuis quelque temps trop cher....

Mais un mineur fait vivre 7 personnes et ils souhaitent que l'Amérique se souviennent du temps ou leur travail fournissait salaires et emplois à des régions entières....Mais le charbon c'est fini aux USA

C'est ça l'enjeu. Le bouffon n'y changera rien.

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Lun Juil 24, 2017 2:57 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Citation:
Climat: la Californie prolonge son marché carbone jusqu'en 2030

AFP parue le 18 juill. 2017

Les parlementaires de Californie ont approuvé lundi soir l'extension jusqu'en 2030 par cet État américain de mesures rigoureuses pour lutter contre le réchauffement de la planète, à rebours de la décision du président Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

La prolongation du marché carbone a été approuvée à une majorité des deux tiers par l'assemblée et le sénat de Californie, et constitue une victoire majeure pour le gouverneur démocrate Jerry Brown, très engagé dans les dossiers environnementaux. M.Brown, 79 ans, veut faire de la Californie, le plus peuplé des États américains, un modèle en matière de respect des objectifs fixés par l'accord de Paris, dénoncés le 1er juin dernier par M. Trump.

"Ce soir, la Californie s'est dressée une fois de plus pour affronter résolument une menace existentielle", a écrit M. Brown sur Twitter. "Républicains et démocrates ont mis de côté leurs divergences pour prendre une décision courageuse. C'est à cela que ressemble une bonne gouvernance", a-t-il ajouté. "Le changement climatique est bien réel. Il menace toute forme d'organisation humaine", a-t-il ajouté.

Il y a cinq ans, la Californie s'est fixé une limite d'émissions de gaz à effet de serre, les entreprises devant acheter des permis pour chaque tonne de gaz qu'elles rejettent. Les plafonds baissent avec le temps, et les entreprises qui polluent le plus peuvent acheter des crédits d'émissions à celles qui rejettent le moins. Les parlementaires californiens ont également approuvé des mesures visant à accroître le contrôle de la pollution atmosphérique et augmenter les pénalités pour les pollueurs.

Cet État, dont la qualité de l'air compte parmi les pires des États-Unis, a considérablement réduit ses émissions de gaz à effet de serre au cours de la décennie écoulée. Les autorités californiennes se sont engagées à réduire leurs émissions à leurs niveaux de 1990 d'ici 2020, et à 40% de moins que les niveaux de 1990 d'ici 2030.

Les gouverneurs démocrates des États de New York, Californie et Washington avaient annoncé début juin la formation d'une "alliance pour le climat", après la décision du président Donald Trump. Ces trois États, qui représentent ensemble près d'un cinquième de la population américaine et plus d'un cinquième du PIB du pays, se sont déclarés "déterminés à atteindre l'objectif américain de réduction de 26 à 28% des émissions de gaz à effet de serre" par rapport à 2005.

http://www.connaissancedesenergies.org/ ... 030-170718


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Mar Juil 25, 2017 12:56 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17255
et elle coute combien la tonne de CO2 là-bas en ce moment ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Lun Aoû 28, 2017 7:58 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Citation:
L'industrie pétrolière américaine perturbée par l'ouragan Harvey

AFP le 28/08/2017

L'ouragan Harvey, qui a touché la région phare de production de l'or noir, perturbait lundi l'industrie pétrolière américaine des Etats-Unis même si les stocks sont actuellement suffisamment élevés pour limiter l'impact à très court terme, estiment les spécialistes.

La côte texane, qui accueille près d'un tiers des capacités de raffinerie de pétrole des Etats-Unis, est ravagée depuis vendredi par le plus puissant ouragan qui ait touché l'Etat depuis 1961.

Par prudence, 105 des 737 plates-formes de production pétrolières ont été évacuées dans le Golfe du Mexique, soit 14,25% des installations de la région, selon le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE). Le Golfe du Mexique accueille, à lui seul, 20% de la production américaine.

Les services météorologiques américains ont rétrogradé Harvey en tempête tropicale samedi mais des pluies torrentielles se déversent depuis sur la région. Et le pic des inondations ne devrait être atteint que mercredi ou jeudi, compromettant la réouverture des raffineries.

"Ce sont environ 21,64% de la production actuelle (de pétrole) du Golfe du Mexique qui ont été mis à l'arrêt", avait indiqué dimanche le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE), sur la base des bilans des opérateurs. Environ 25,71% de la production de gaz naturel sont également suspendus.

Le géant pétrolier américain ExxonMobil, qui a dû se résoudre dimanche à mettre à l'arrêt son complexe de Baytown, l'un des plus grands du monde, n'était pas immédiatement joignable lundi pour donner des indications sur l'impact de cette fermeture.

"L'information sur l'ampleur des dommages causés aux infrastructures pétrolières et gazières reste limitée actuellement", constatent les analystes de Goldman Sachs tout en soulignant que "les problèmes sont plus importants du côté du raffinage que du côté de la production".

Selon leurs estimations, les capacités de raffinage étaient affectées dimanche à hauteur d'environ 3 millions de barils par jour, soit 16,5% des capacités totales de raffinage des Etats-Unis.

A ce stade, il s'agit surtout de prévention, "seulement quelques problèmes mineurs d'inondations ayant été rapportés", ont-ils expliqué.

Des fermetures supplémentaires de raffineries pourraient intervenir dans les prochains jours en raison de la lente progression de la tempête, ajoute de son côté James Williams de WTRG Economics. Et donc engendrer des dommages plus importants.

-Inspection des infrastructures-

L'impact sur la production est moindre, avec une capacité d'environ 1 million de barils par jour affectée, soit environ 11% de la production totale des Etats-Unis, selon des données des analystes de Goldman Sachs.

"Les inondations en cours pourraient toutefois avoir un impact plus important sur la production à terre, dans le bassin d'Eagle Ford", ajoutent-ils.

Même si les stocks de produits pétroliers aux Etats-Unis sont à un niveau élevé, "il pourrait cependant y avoir à court terme des pénuries d'essence et de fioul", observe en outre James Williams.

Car si la plupart des raffineries seront en mesure de reprendre leur activité une semaine ou deux après la fin des pluies, "certaines pourraient retarder le redémarrage et décider d'effectuer les travaux de maintenance habituellement réalisés à l'automne avec quelques semaines d'avance".

D'autant que le BSEE avait dès dimanche prévenu qu'une fois l'épisode météorologique terminé, les infrastructures seront inspectées avant leur remise en route.

Lundi, l'autorité américaine de surveillance des industries chimiques (CSB) a, elle, émis un bulletin d'alerte sécurité exhortant les raffineries pétrolières et pétrochimiques à la plus grande prudence lors du redémarrage de leurs activités, un processus délicat qui pourrait s'avérer plus long que prévu.

Toutes ces incertitudes faisaient grimper lundi les prix de l'essence cotée sur la plateforme de l'opérateur CME. Ceux-ci étaient en hausse vers 14H30 GMT de 3,06% par rapport à la clôture de vendredi.

Le gallon d'essence est monté dimanche soir dans les échanges électroniques jusqu'à 1,7799 dollar, à son plus haut niveau depuis juin 2015.


http://www.boursorama.com/actualites/l- ... 0c693d7e96


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Ven Sep 01, 2017 6:12 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Citation:
Tempête Harvey: la crainte de pénurie d’essence fait grimper les prix

Par RFI Publié le 01-09-2017

La tempête Harvey fait bondir les prix de l'essence aux Etats-Unis. La crainte de la pénurie se fait sentir, alors que de nombreux sites texans de raffinage ont dû cesser leur activité en raison des inondations et des coupures de courant.

Les prix à la pompe ont grimpé de 14 centimes par rapport à la semaine dernière. Selon un relevé effectué quotidiennement par le département américain de l'Energie, dix raffineries situées dans le golfe du Mexique restent fermées. Six autres ont tenté de redémarrer, mais les dégâts sont tels que le processus pourrait prendre plusieurs jours, voire semaines. Deux autres raffineries opèrent partiellement.

Ces sites représentent au total 24,5 % des capacités de raffinage des Etats-Unis. Faute d'essence pour assurer un minimum de pression dans les tuyaux, deux importants oléoducs partant du Texas ont dû ralentir leur activité. Il s'agit de l'oléoduc Explorer, qui monte vers le centre et le nord des Etats-Unis, et surtout de l'oléoduc Colonial, qui achemine du carburant sur la côte nord-est, et qui rallie Houston et le port de New York.

Les autorités doivent même puiser dans les réserves de pétrole stratégiques pour fournir certaines raffineries. Des cargos de produits raffinés ont également été envoyés d'Europe.


http://www.rfi.fr/economie/20170901-tem ... x-grimpent


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Ven Sep 01, 2017 6:37 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17255
Citation:
Tempête Harvey : la une de "Charlie Hebdo" ne fait pas du tout rire nos amis Américains !


http://www.lci.fr/international/tempete ... 63140.html

c'est bien tout le problème ! Le jour ou ils commenceront à en rire ils ne seront plus américains mais européens !

et ils nous éviteront leurs trumpitudes !

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Sam Sep 02, 2017 1:38 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Citation:
Au Texas, les "mega trucks" viennent au secours des sinistrés

AFP le 02/09/2017

La passion de Zub Ferrell l'emmène habituellement sur les terrains boueux des compétitions de "mega trucks", ces véhicules tout-terrains montés sur des roues surdimensionnées. Mais cette semaine, son engin a servi à une autre mission: sauver les gens bloqués par les inondations après la tempête Harvey.

.......................

Image
Zub Ferrell au volant de "Old Habits", un monster truck, vient en aide aux habitans de Port Arthur, au Texas, le 1er septembre 2017

Image
Big Red Mud Truck vient lui aussi au secours des residents de Port Arthur au Texas, le 1er septembre 2017


http://www.boursorama.com/actualites/au ... 4d57ebdae5


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Dim Sep 03, 2017 1:11 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Le maire de Los Angeles a déclaré samedi que l’incendie dit de "La Tuna", qui a déjà avalé plus de 2000 hectares, était "le plus vaste incendie de l’histoire de Los Angeles

Image

Image

http://www.bienpublic.com/faits-divers/ ... -d-evacues


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Jeu Sep 14, 2017 1:01 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12675
Localisation: 38
Citation:
Etats-Unis : la Floride, un paradis urbain construit en terre hostile

Cette région inhospitalière, constituée de marais envahis par les moustiques, a fait l’objet d’une véritable folie immobilière.

LE MONDE 10.09.2017 Par Arnaud Leparmentier (Miami, envoyé spécial)

Image
L’eau poussée par les vents violents de l’ouragan Irma a envahi un quartier du centre-ville de Miami (Floride), le 10 septembre.

C’était en juin, sous le soleil radieux de Miami Beach, île pour milliardaires avec ses villas art déco, son Ocean Drive et sa plage de sable étendue sur des kilomètres, juste après que Donald Trump eut retiré la signature américaine des accords de Paris. Le maire de la ville, Philip Levine, recevait les édiles des grandes villes américaines pour se mobiliser en faveur du climat. « L’océan n’est pas républicain, il n’est pas démocrate ; il se débrouille juste pour monter », expliqua M. Levine, flanqué du maire de New York, Bill de Blasio, qui précisa que Palm Beach vivait « une crise existentielle ».

Le dérèglement climatique est très peu évoqué dans les débats américains, alors que la Floride est frappée par Irma, Miami inondé, tandis que la côte occidentale de la région se prépare au pire. Très fréquemment, les commentateurs invoquent l’œuvre de mother nature, mère nature, comme si l’homme n’y était pour rien. Le journaliste Michael Grunwald, dans un article publié par Politico, rappelle pourtant que « mother nature n’a jamais voulu que nous vivions là », dans un article intitulé : « Requiem pour la Floride. Un paradis qui n’aurait jamais dû exister. »

Lorsque les soldats américains pénètrent dans les années 1830 dans cet ancien territoire espagnol, c’est pour faire la guerre aux Indiens Séminoles et aux esclaves afro-américains qui ont fait alliance. Marais, moustiques, malaria, alligators, ouragans, le lieu est des plus hostiles et le consensus est vite fait parmi les soldats : les Etats-Unis feraient mieux de laisser cet endroit aux moustiques et aux Indiens. « Je ne connais pas de place pire sur terre », commente un général, selon le récit de Michael Grunwald, auteur d’un livre Le Marais : les Everglades, la Floride et la politique du Paradis (2007).

Folie immobilière

Et pourtant, la Floride va se développer. Après la guerre de sécession, les Américains découvrent le potentiel de transformer la région en paradis touristique, si au moins ils parvenaient à drainer ces fichus marais. Une ligne de chemin de fer est construite sur la côte atlantique, qui permet de remonter les oranges, les citrons et les phosphates vers le nord ; la région sert de base à la guerre contre les Espagnols pour libérer Cuba en 1898. Au tournant du siècle, la région ne compte que 500 000 habitants, contre près de 20 millions, cent vingt ans plus tard.

Avec le développement de l’automobile, la Floride devient un lieu de villégiature. La folie immobilière, venue de New York, s’empare de la région. Mais elle se heurte aux éléments : les ouragans, qui dévastent Miami en 1926, provoquent plus de 400 morts ; puis en 1928, ils frappent à nouveau dans le parc des Everglades, tuant plus de 2 000 personnes. L’une des pires catastrophes qu’ait connue les Etats-Unis qui stoppe la folie immobilière. Puis survient la crise financière de 1929, qui fait s’effondrer le marché immobilier. Et enfin s’ajoute une maladie qui détruit les agrumes. Dans les années 1930, le gouvernement fédéral porte l’Etat à bout de bras.

Mais la deuxième guerre mondiale et les besoins de l’armée ont conduit à la création d’infrastructures. L’après-guerre lance le développement de la Floride. En pleine guerre froide, Cap Canaveral devient champion de la course à l’espace, choix guidé par la science et la géographie, puisqu’il faut lancer les fusées au plus proche de l’équateur. L’introduction de l’air conditionné rend les habitations vivables.

Assèchement des marais

Lorsque survient la révolution castriste, l’arrivée de centaines de milliers de Cubains fait de Miami un nœud commercial et financier. Les Américains sont sérieux lorsqu’ils parlent d’assécher les marais. Des canaux, des réseaux de drainage, la Floride a été rendue vivable pour ses habitants. Elle est le paradis des enfants, avec Disney World, inauguré à Orlando en 1971. Il est le paradis forcé des puissants, invités par Donald Trump dans son golf de Mar-a-Lago. Un paradis, sauf pour les événements exceptionnels.

La Floride a commencé à tirer les conséquences de sa témérité après l’ouragan Andrew de 1992. Celui-ci avait été particulièrement dévastateur en raison de l’explosion urbaine de la Floride. Cette dynamique urbaine s’est poursuivie, mais les nouveaux bâtiments, en particulier vitres, fenêtres, toitures, sont censés aujourd’hui résister aux vents. Les experts avaient déjà noté, au cours des ouragans des années 2000, l’efficacité de ces nouvelles normes. L’évaluation aura lieu lorsque l’ouragan sera passé.

Mais elle ne vaut pas pour les maisons construites au niveau de l’eau, menacées d’être submergées. Le maire de Miami Beach, Philip Levine, a vanté les pompes géantes installées pour protéger sa riche cité. Mais comme le note Bill de Blasio, maire de New York, « cette solution, qui est si impressionnante, était d’abord une solution locale. Il n’y a pas de plan pour protéger les zones côtières américaines. »


http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les USA... et nulle part ailleurs... d'ailleurs...
MessagePosté: Jeu Sep 14, 2017 7:28 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17255
Citation:
« cette solution, qui est si impressionnante, était d’abord une solution locale. Il n’y a pas de plan pour protéger les zones côtières américaines. »


en fait les US c'est un pays jetable, car il vit dans la menace perpétuelle. Il n'y a pas de notion de "pérennité". Alors pourquoi faire des plans ?

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 650 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com