Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Lun Juil 16, 2018 12:37 pm

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Jeu Mai 30, 2013 7:52 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Les Nanotubes de carbone ne sont plus à la fête

Usine Nouvelle le 30 mai 2013 | L'Usine Nouvelle n° 3333

Les promesses liées aux applications industrielles des nanotubes de carbone viennent de subir un sérieux coup d’arrêt. L’allemand Bayer a jeté l’éponge. De quoi semer le trouble dans la filière.

Après l’explosion de la bulle internet, l’éclatement de la bulle nano ? L’annonce a surpris l’univers des matériaux. L’un des principaux fabricants mondiaux de nanotubes de carbone, l’allemand Bayer vient de décider de mettre fin à sa production. "Les marchés et les domaines d’application ne se sont pas développés comme nous l’avions supposé, admet Stefan Paul Mechnig, le porte-parole de Bayer MaterialScience, la filiale chargée de cette activité. Il est peu probable que des applications innovantes destinées au marché de masse apparaissent dans un avenir proche." Le chimiste va donc fermer son usine de Leverkusen dans la Ruhr pour laquelle il avait investi plus de 20 millions d’euros en 2010, une installation industrielle capable de produire chaque année 200 tonnes de ces minuscules tubes composés d’atomes de carbone. Un abandon qui met à mal l’optimisme inébranlable affiché dans l’univers des nanomatériaux, plus habitué aux effets d’annonce qu’aux constats d’échec…

Depuis leur essor dans les années 1990, les nanotubes de carbone ont enflammé les esprits des scientifiques et alimenté les fantasmes industriels les plus fous. Grâce à leurs propriétés mécaniques et électriques exceptionnelles, on allait construire un ascenseur pour l’espace, bouleverser le stockage de l’énergie ou édifier des ponts sans métal. Rares étaient les secteurs industriels à ne pas prévoir de révolution.

Des surcapacités de production

"On est tombé dans l’excès avec cet ascenseur pour l’espace muni de câbles ultra-solides et ultralégers, reconnaît Cécile Zakri, professeur à l’université Bordeaux I et chercheur au centre Paul-Pascal. On a un peu déchanté." Les propriétés observées à l’échelle nanoscopique ne sont pas toujours au rendez-vous à l’échelle macroscopique. Une étude publiée en avril par le cabinet d’étude irlandais Research and Markets l’affirme : "Le transfert technologique des nanotubes du laboratoire aux applications industrielles n’a pas été réalisé dans une large mesure et n’a pas atteint le niveau escompté il y a cinq ans."

Synthèse complexe, difficulté à produire des nanotubes identiques, incertitudes sanitaires, concurrence avec des matériaux moins onéreux comme les fibres de carbone et le noir de carbone… Les obstacles sont légions et une forme de retour à la réalité émerge. "Le marché est beaucoup plus lent que prévu à démarrer, admet Richard Audry, le responsable du développement des matériaux avancés au sein d’Arkema. Il est plus restreint que nous ne l’avions imaginé." Le chimiste français est l’un des trois grands producteurs européens de nanotubes de carbone, avec une usine pilote située à Mont (Hautes-Pyrénées). Sa capacité de production est de 400 tonnes par an. Du coup, le secteur fait face à des surcapacités de production.

Le japonais Showa Denko a procédé à une restructuration de son activité de production de nanotubes, alors qu’il avait annoncé en 2009 la construction d’une usine pouvant produire 400 tonnes par an. Aujourd’hui, personne n’est enclin à faire état du niveau réel de sa production, qui serait bien en deçà des capacités installées. Les études sur le marché mondial des nanotubes de carbone évoquant plus de 2 milliards d’euros à l’horizon 2020 seraient bien trop optimistes.

Pourtant, le secteur doit supporter une concurrence de plus en plus âpre, en particulier avec l’irruption d’acteurs ambitieux, comme le chinois CNano qui produit à moindres coûts. "La concurrence existe et il y aura des batailles technologiques à court et à moyen termes", estime Laurent Kosbach, le directeur du marketing chez Nanocyl. Cette PME belge, troisième producteur européen, affiche une capacité de production de 460 tonnes par an…

Faut-il pour autant jeter les nanotubes de carbone aux oubliettes de l’histoire industrielle ? Non, mais les applications risquent d’être plus ciblées que prévues et moins tape-à-l’œil. "Nous nous sommes rendu compte que l’ajout d’infimes pourcentages de nanotubes suffisait à améliorer de manière significative les performances mécaniques des tuyaux de béton, des plaques de serres agricoles en polycarbonate et des canalisations en polyéthylène", précise Richard Audry.

Chez Nanocyl, on met plutôt en avant des peintures autonettoyantes pour les coques de bateaux et des matériaux de construction antifeu. Mais l’application phare semble être l’ajout de nanotubes dans les électrodes des batteries lithium ion et lithium soufre pour les véhicules électriques afin d’améliorer leur efficacité. Après leur fougueuse crise d’adolescence, les nanotubes de carbone entrevoient le chemin de la maturité.


http://www.usinenouvelle.com/article/le ... te.N197727

Ca va plaire à Phyvette qui pourfend les tecnoscientistes de forum bulle immo.

En ce qui me concerne j' avais déjà fait un certain travail de bashing sur le sujet des ''ascenceurs de l' espace'' avec des cables en nanotubes de carbone. Sur Futura Science. :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Jeu Mai 30, 2013 9:15 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
aïe. fin de la troisième révolution industrielle nonotechnologie.

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Mar Aoû 27, 2013 10:45 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
Citation:
La France contrainte de réimmatriculer les véhicules Mercedes


http://www.leparisien.fr/economie/la-fr ... 084379.php

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Mer Aoû 28, 2013 10:07 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
même plus possible de faire ce qu'on veut chez nous.

Citation:
Mercedes : le Conseil d'Etat donne tort à la France


http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Jeu Aoû 04, 2016 8:17 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Apple sort l' Ifire

Citation:
Son iPhone prend feu dans sa poche et lui brûle la cuisse

04-08-2016

CHAUD - Un cycliste australien a été sévèrement blessé par son iPhone, qui a pris feu dans sa poche. Bilan : une impressionnante brûlure au troisième degré sur l’arrière d’une cuisse. Le malheureux entend désormais alerter les utilisateurs sur les dangers potentiels des smartphones et de leur batterie au lithium.
...........

http://www.metronews.fr/info/son-iphone ... zDzGxfksg/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Ven Aoû 05, 2016 3:32 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17314
c'est le début de la révolte des robots !

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cassage de gueule hight tech
MessagePosté: Jeu Mai 11, 2017 6:55 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12756
Localisation: 38
Citation:
Sanofi s'apprête à raser un site R&D de 107 millions d’euros qui n’a jamais servi

Cédric Soares Usine Nouvelle le 11/05/2017 À 17H57

Le groupe pharmaceutique Sanofi s’apprête à démanteler le pilote DI 50 de Montpelier. Le site de R&D spécialisé dans la chimie n’a jamais été mis en production. Son coût de construction s’élève à 107 millions d’euros. Le salariés s’insurgent « du gaspillage »financier dans un communiqué de presse de la CFE-CCG daté du 12 mai.

Le pilote DI 50 de Sanofi à Montpellier (Hérault) va être démoli fin 2017. Le site de recherche et développement spécialisé en chimie n’a jamais été mis en production. Achevé en 2012, son coût de construction s’élève 107 millions d’euros. Les salariés du groupe s’insurgent devant ce qu’ils qualifient de “gaspillage financier” via un communiqué de presse de la CFE-CGC Sanofi Aventis recherche et développement daté du 12 mai.

La construction de l’unité a été validée en 2007. Sa vocation est alors d’assurer la synthèse chimique d’une partie importante des principes actifs des tests de médicaments du groupe. Les installations sont conçues pour produire jusqu’à 250 lots par an. Aucun n’en sortira jamais.

A la date prévue de sa mise en service du bâtiment, en 2012, le groupe a réorienté son portefeuille d’activités vers les procédés de fabrication biochimique. Sanofi a essayé, à plusieurs reprises de trouver, sans succès un repreneur. Le dernier projet en date remonte à 2014.

Fin 2016, l’entreprise décide procéder au démantèlement du site, à échéance décembre 2017. La destruction n'aura aucun impact social. Selon la direction de Sanofi, contactée par la rédaction “aucun salarié n’a été affecté sur le site qui n’est jamais entré en production”. Le groupe se refuse à communiquer sur le coût de l’opération.

http://www.usinenouvelle.com/article/sa ... vi.N539059

Je l' avais signalé dans le fil sur le recyclage ........


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com