Soleocene.org

Au delà de l'ère du pétrole - Penser et agir l'énergie autrement au XXIème siècle
Nous sommes le Lun Déc 11, 2017 2:16 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 71 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Sam Sep 02, 2017 1:09 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
Mer du Nord: Total met en production deux champs

AFP parue le 30 août 2017

Le groupe français Total a annoncé mercredi avoir mis en production les champs de gaz et de condensats d'Edradour et Glenlivet en mer du Nord.
Ces champs situés à l'ouest des îles Shetland au Royaume-Uni ajouteront une capacité de production de 56.000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j), indique Total dans un communiqué.


Ils sont à proximité des importants champs de Laggan-Tormore, qui avaient déjà été mis en production par Total en février 2016 et auxquels ils sont raccordés.

Le nouveau projet "a pu être achevé en avance par rapport au calendrier initial et avec un budget réduit de 30%", a souligné Arnaud Breuillac, directeur général Exploration-Production.

La mise en exploitation d'Edradour avait été suspendue en 2013 en raison d'importantes augmentations de coûts révélées lors de l'appel d'offres. Mais des négociations avec les sous-traitants avaient permis de lancer le développement un an plus tard.

Les partenaires d'Edradour et Glenlivet sont Total (60%, opérateur), le danois Dong (20%) et le britannique SSE (20%).

"Ce développement contribue à la croissance de notre production en mer du Nord", a commenté Arnaud Breuillac.

Total a renforcé sa présence dans la région en annonçant la semaine dernière qu'il allait débourser 7,45 milliards de dollars pour acheter la société d'exploration-production pétrolière Maersk Oil, dont l'activité se concentre à 80% en mer du Nord.

https://www.connaissancedesenergies.org ... mps-170830


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Mar Sep 19, 2017 5:26 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 17, 2006 4:06 pm
Messages: 17156
Citation:
Total acquiert le spécialiste de l'efficacité énergétique GreenFlex

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Dans la foulée de l'annonce d'une prise de participation dans Eren Renewable Energy, Total a annoncé mardi l'acquisition de la société française GreenFlex, un des principaux acteurs européens dans le domaine de l'efficacité énergétique.


https://investir.lesechos.fr/actions/ac ... 706225.php

_________________
Ce qu'on fait avec du pétrole; de la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable (Giroudoux, La Folle de Chaillot)

Dans le monde dans lequel on vit, on est soit dépressif soit ironique (Vérino)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Ven Sep 22, 2017 9:36 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
Le géant pétrolier Total fait ses premiers pas dans l’éolien grâce à EREN Renewable Energy

Agence Ecofin 19 sept 2017

Total participera, à hauteur de 237,5 millions €, à l’augmentation de capital réalisée par EREN Renewable Energy.

L’accord signé par les deux parties stipule que cette contribution alloue au géant pétrolier 23% de participation indirecte dans EREN dont il devrait d’ailleurs prendre le contrôle au bout de 5 années. La compagnie s’appellera alors Total Eren, et marquera l’entrée de Total dans le secteur éolien. L’effectuation de ces différentes opérations devra cependant être d’abord autorisée par les autorités de la concurrence compétentes en la matière, affirment les deux compagnies dans un communiqué.

Fondée en 2012, EREN RE dispose d’un portefeuille de 650 MW de centrales éoliennes, solaires et hydrauliques déjà en exploitation ou en construction. Elle s’est donné pour objectif de faire passer la capacité de ce portefeuille à 3 GW, d’ici 5 ans. La nouvelle augmentation de capital lui permettra d’ailleurs d’accélérer son développement afin de tendre vers la réalisation de cet objectif.

« Dans le cadre de cet accord, EREN RE conservera son autonomie managériale et ce qui a fait son succès depuis sa création, à savoir son agilité, sa flexibilité et sa rapidité dans ses choix stratégiques et leur mise en œuvre. Grâce à nos actionnaires, la société qui était déjà un des acteurs les mieux capitalisés sur le marché des renouvelables, bénéficie de capacités financières renforcées à la hauteur de nos ambitions. Cette alliance s’inscrit pleinement dans notre vision de long terme qui est de transformer un projet entrepreneurial en un groupe industriel leader du secteur à l’international.», s’est réjoui David Corchia, le directeur général d’EREN RE.

Total qui est l’une des principales compagnies pétrolières et gazières au plan mondial, s’investit dans les énergies renouvelables depuis le début de cette décennie. En 2011, il a en effet pris le contrôle de SunPower, un fabricant de panneaux solaires mondialement reconnu pour la qualité de sa production. En 2017, Total a, en outre, créé sa propre filiale de solaire, Total Solar, grâce à laquelle il ambitionne de développer des installations solaires dans les pays développés, mais également pour ses clients industriels ou commerciaux.

« Conformément à la stratégie d’intégration de chaines de valeur du groupe dans le pétrole et dans le gaz, nous rééquilibrons ainsi notre portefeuille dans les renouvelables entre l’amont manufacturier de SunPower et l’aval producteur d’électricité de EREN RE. Aujourd’hui, nous voulons donner à cette société au fort potentiel les moyens de passer un nouveau cap et soutenir ses ambitions de développement à l’international.», a commenté Philippe Sauquet, directeur exécutif à Total.

http://www.agenceecofin.com/energies-re ... ble-energy


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Jeu Sep 28, 2017 5:38 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
TOTAL : Carte des projets récents et à venir

Image

http://www.total.com/fr/actionnaires/po ... chez-total


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Jeu Oct 05, 2017 8:10 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
Total vient sur le terrain d'EDF et Engie avec une offre aux particuliers

AFP le 05/10/2017

Le géant pétrolier Total a dévoilé jeudi une offre de gaz et d'électricité pour les particuliers français, comptant devenir le numéro deux sur ces deux marchés, libéralisés voici dix ans mais toujours écrasés par les ex-monopoles EDF et Engie.

Baptisée "Total Spring", l'offre ne part pas de rien, puisque Total possède déjà le belge Lampiris. Mais ses ambitions sont démultipliées par rapport aux quelque 400.000 clients que détient actuellement la filiale en France, partagés presque équitablement entre gaz et électricité.

"On a l'ambition (de) convaincre assez rapidement trois millions" de clients, a annoncé lors d'une conférence de presse Patrick Pouyanné, PDG de Total, promettant de ne "pas attendre cinq ans" pour atteindre ce chiffre.

Total, qui proposera une électricité issue à 100% d'énergies renouvelables, compte "devenir le plus gros opérateur alternatif en France", a souligné son PDG, sans détailler ses objectifs respectifs dans le gaz et l'électricité.

Autrement dit, si M. Pouyanné reconnaît ne pas être en mesure de concurrencer les anciens monopoles sur leurs terrains - EDF dans l'électricité et Engie (ex-GDF) dans le gaz -, Total veut prendre l'ascendant sur Direct Énergie et l'italien Eni, principaux concurrents des opérateurs historiques en France et respectivement troisièmes dans l'électricité et le gaz.

Surtout, il compte s'introduire dans le chassé-croisé entre EDF et Engie: passer devant le premier dans le gaz et devant le second dans l'électricité, prenant ainsi la deuxième place sur chaque terrain avec près de 10% de part de marché.

Libéralisé en 2007, le marché français de l'énergie reste écrasé par les opérateurs historiques, par Engie dans le gaz avec 75% de parts de marché, et surtout par EDF dans l'électricité avec une part de 84%.

"Pas un grand électricien"

"Après dix ans d'existence du marché", la faible part des distributeurs alternatifs "est incroyable", a noté Tom Van de Cruys, directeur général de Lampiris, qui continuera par ailleurs à gérer ses activités sous son nom en Belgique. "C'est un pouvoir d'achat immense qui est gâché."

Ce n'est pas faute d'offre car une trentaine de fournisseurs s'affrontent dans chacune des énergies. Fin septembre, encore, Butagaz, spécialiste des bouteilles de gaz propane et butane, a annoncé une offre de distribution dans le gaz comme l'électricité.

Dans ce contexte, Total, qui propose déjà des services aux entreprises en Europe, est resté évasif quant au montant de ses investissements dans sa nouvelle offre: si la production de gaz fait partie de ses activités historiques, il va devoir se mettre à niveau dans l'électricité.

M. Pouyanné a rappelé que le groupe est en plein renforcement dans les énergies renouvelables, avec encore deux acquisitions en septembre et 400 millions d'euros d'investissements annuels dont "une partie" va être consacrée à l'électricité.

"On ne sera pas un grand électricien", a-t-il néanmoins reconnu.

Au-delà de ses infrastructures, Total promet surtout de se différencier grâce à son nom - "on n'a pas à investir lourdement pour établir une marque", souligne son PDG - et l'argument le plus frappant pour le client: le prix.

Mais sur ce terrain, Total ne promet que 10% de moins que les tarifs réglementés pendant un an garanti, ne se différenciant guère de ses concurrents comme Direct Energie.

"On fait un vrai effort (...), on verra s'il faut que l'on aille plus loin", dit M. Pouyanné, s'abstenant au passage d'entrer dans le débat sur l'existence des tarifs réglementés, dont le conseil d'Etat a exigé cet été la suppression dans le gaz et dont Engie demande la fin dans l'électricité.

Finalement, l'annonce de Total "n'est pas une (...) grande surprise", estime François Lévêque, économiste spécialiste de la concurrence et des marchés de l'énergie.

"La stratégie de Total est très clairement sur la transition: faire en sorte que le groupe ne soit pas uniquement un producteur de carbone", a-t-il souligné.

Qui plus est, "Total historiquement est sur l'amont, mais aussi sur l'aval avec les stations-service", a-t-il conclu. "Il y a cette idée qu'il est important de maintenir un contact avec les clients."

http://www.boursorama.com/actualites/to ... 490042c960


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Dim Oct 08, 2017 1:34 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
"Total Spring", semble surtout être le nouveau nom commercial de Lampiris en France.
(Pour rappel : Total a racheté Lampirirs il y a qqs mois)
(En Belgique le nom Lampiris -bien connu commercialement- semble conservé)
avec éventuellement enrichissement de l’offre.

C’est en tout cas ce qu’indique l’email que tous les clients de Lampiris en France doivent avoir reçu :
Citation:
Lampiris a écrit :

Cher client,

Cela fait 5 ans que Lampiris propose du gaz moins cher et des watts plus verts. Comme vous des milliers de clients participent à une belle aventure : contribuer à l’expansion des énergies renouvelables en France. Quel succès, quelle fierté !

Il y a un an, nous avons rejoint le Groupe Total afin d’avoir les ressources nécessaires pour rallier plus de foyers à ce beau projet.

Aujourd’hui, nous voulions vous informer d’un changement en avant-première : Lampiris change de nom et devient TOTAL SPRING !

Qu’est-ce que cela change à votre offre ? Absolument rien. Notre électricité reste verte et produite en France et comme notre gaz naturel, elle vous sera toujours proposée à un prix compétitif.

Vous avez des questions concernant votre passage chez TOTAL SPRING ? Nous vous répondons https://www.total-spring.fr/faq-clients-lampiris !

Voilà vous savez tout !

Nous vous souhaitons une belle journée,

L’équipe Lampiris


source : https://www.devenir-rentier.fr/p263365#p263365


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Mer Oct 18, 2017 10:05 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
Total va créer des emplois en France grâce aux renouvelables, selon son PDG

Reuters le 18/10/2017

Total va créer des emplois en France au cours des cinq prochaines années grâce en particulier aux énergies renouvelables, a déclaré mercredi son PDG, Patrick Pouyanné.


Le groupe pétrolier a accéléré ces derniers mois sa stratégie de diversification dans les énergies renouvelables, initiée en 2011 avec la prise de contrôle du spécialiste américain des panneaux solaires SunPower et poursuivie l'an dernier avec celle du fabricant français de batteries Saft.

"On sera 1.000 de plus (en France) dans cinq ans, toutes les créations d'emplois venant du secteur des nouvelles énergies", a dit Patrick Pouyanné lors d'une conférence organisée par l'association Evolen, qui regroupe les industriels français spécialisés dans les hydrocarbures.

"On arrive à peu près à stabiliser nos métiers traditionnels, (...) mais en France on va créer des emplois - il y a longtemps qu'on n'a pas fait ça dans le groupe - notamment par notre engagement dans les nouvelles énergies, que ce soit les renouvelables, le stockage de l'énergie ou l'efficacité énergétique", a-t-il ajouté.

Total a annoncé en septembre un accord pour prendre une participation dans EREN Renewable Energy, fondée en 2012 par deux anciens responsables d'EDF Energies Nouvelles et spécialisée dans l'éolien, le solaire et l'hydraulique, ainsi que l'acquisition de GreenFlex, un spécialiste français de l'efficacité énergétique.

Le groupe a aussi officiellement lancé début octobre une nouvelle offre de fourniture de gaz et d'électricité aux particuliers en France, avec l'ambition de décrocher la place de numéro trois du marché derrière les anciens monopoles EDF et Engie.

Le PDG de Total a cependant de nouveau mis en garde mercredi contre les risques encourus par les fabricants de panneaux solaires.

"Pour être nous-mêmes producteurs de cellules solaires, je ne connais pas encore aujourd'hui un seul fabricant (...) qui gagne de l'argent ; c'est une industrie étrange (avec) des surproductions massives à cause de la Chine qui font que tout le monde casse les prix, mais ce n'est pas un système durable", a-t-il dit.

"Les gens qui (...) font des fermes solaires sont heureux et proposent d'ailleurs à leurs clients des prix de plus en plus bas de l'électricité ; malheureusement la chaîne complète n'est pas équilibrée. Donc à un moment, quand les Chinois auront éliminé à peu près tous les concurrents occidentaux, on verra peut-être les prix remonter."

http://www.boursorama.com/actualites/to ... b58f6de4c6


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Jeu Nov 02, 2017 9:19 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
Le FPSO « Egina » de Total en route pour le Nigeria

Publié le 02/11/2017 lemarin.fr

L’unité de production, stockage et déchargement d’hydrocarbures (FPSO) Egina a quitté le chantier sud-coréen SHI de Geoje le 31 octobre pour rejoindre le Nigeria.

Image

Long de 330 mètres et large de 61 mètres, le FPSO "Egina" peut stocker 2,3 millions de barils de pétrole. (Photo : businessdayonline)


http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... le-nigeria

Le constructeur en Corée est Samsung Heavy Industries
L'intérieur de la béte en construction :
Image

Sera positionné à 130 km des cotes du Nigéria.

Citation:
Egina

Aside from Egypt, Nigeria has Africa’s widest-ranging capabilities for offshore engineering and construction. Local input into the Egina project, 130 km (81 mi) offshore, is probably the highest for any deepwater Nigerian project to date.

Total discovered the field in 1,750 m (5,741 ft) of water in the OML 130 block in 2003, and initially considered a tieback to the Akpo field FPSO. However, strong results from further drilling in the area persuaded the company to purse a standalone development, which Total and partners CNOOC, Sapetro, and Petrobras finally sanctioned in mid-2013.

Samsung Heavy Industries in South Korea is building the 330-m (1,082-ft) long, 61-m (200-ft) wide and 33.5-m (110-m) deep FPSO, which will be the largest in Total’s fleet, with a total weight of 34,000 metric tons (37,478 tons). This will have capacity to produce 200,000 b/d of crude at plateau, initially solely from Egina, later possibly supplemented by production from the nearby Preowei field.


source : http://www.offshore-mag.com/articles/pr ... hases.html

Le but de Total est de faire ceci :

Citation:
Un projet stratégique en eaux très profondes

C'est en décembre 2014 qu'a démarré notre campagne de forage sur le champ Egina. Un projet intense mobilisant 2 rigs, pour près 3 000 jours en cumulé. Sur un total de 44 puits, 5 puits ont déjà été forés et 13 autres le seront pour le démarrage de la production… Le tout entre 1 400 et 1 700 m de profondeur d’eau.

Il repose sur un système de production sous-marine connecté, par des ombilicaux et risers, à un FPSO (unité flottante de traitement, de production et de stockage) conçu pour stocker 2,3 millions de barils.

Image


https://www.total.com/fr/expertise-ener ... na-nigeria


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Mer Nov 08, 2017 8:21 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
Total va racheter les actifs amont de GNL d'Engie pour 1,5 milliard de dollars

Reuters le 08/11/2017 PARIS

Total a annoncé mercredi un accord en vue de racheter le portefeuille d'actifs amont de gaz naturel liquéfié (GNL) d'Engie pour une valeur d'entreprise de 1,49 milliard de dollars (1,29 milliard d'euros environ), une opération qui lui permet de devenir le n°2 mondial du GNL.

Le portefeuille concerné inclut des participations dans des usines de liquéfaction, et notamment la participation dans le projet Cameron LNG aux États- Unis, des contrats d'achat et de vente à long terme de GNL, une flotte de méthaniers ainsi que des droits de passage dans des terminaux de regazéification en Europe, a précisé le groupe pétrolier dans un communiqué.

Des compléments de prix pouvant aller jusqu'à 550 millions de dollars seraient versés par Total en cas d'amélioration des marchés pétroliers dans les prochaines années.

Total a précisé que la finalisation de la transaction devrait avoir lieu mi 2018 et aurait une date effective au 1er janvier 2018.

A l'issue de l'opération, Total reprendra les équipes en charge des activités GNL d'Engie, soit environ 180 personnes.

En parallèle à cette transaction, Total et Engie ont convenu de coopérer pour promouvoir l'usage du biogaz et de l'hydrogène renouvelable, Engie devenant le fournisseur prioritaire de Total en la matière.

Engie a de son côté fait savoir dans un communiqué que la vente à Total de ses activités dans l'amont du GNL achevait sa sortie des activités amont dans le domaine du pétrole et du gaz, après l'annonce de la cession de sa filiale Engie Exploration & Production International en mai dernier.

http://www.boursorama.com/actualites/to ... 6dd82143be


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Mar Déc 05, 2017 6:56 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
"A 20 euros la tonne de CO2, ça marche", selon Patrick Pouyanné le PDG de Total

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 05/12/2017

Patrick Pouyanné, PDG de Total, milite pour un prix plancher du CO2 à 20 euros la tonne. En marge de la conférence annuelle de l’Union Française de l’Electricité, il a expliqué pourquoi.

Comme la dirigeant d’Engie, Isabelle Kocher, le PDG de Total, Patrick Pouyanné, soutient un prix plancher de la tonne de CO2 à 20 euros, plutôt que les 30 euros avancé jusque-là, notamment par RTE, le transporteur d’électricité français. "L’objectif aujourd’hui c’est d’établir un prix du CO2 suffisant pour faire bouger les lignes. Moi, je dis 20 euros, explique Patrick Pouyannée. A 20 euros la tonne de CO2, ça marche. Parce qu’à 30 euros, on fait fuir tout le monde. A 20, on a peut-être une chance d’accrocher les Allemands. C’est une question de tactique"

Accrocher les Allemands


Et s’il faut un prix plancher du carbone, c’est pour permettre un transfert des systèmes de production d’électricité du charbon vers le gaz. "A 20 euros, cela fonctionne. Les Anglais avaient mis 18 livres, et cela a fonctionné", rappelle le PDG de Total. Selon lui, les grandes forces à l’œuvre ce sont les gros industriels consommateurs, qui ont peur que si en Europe ont met une taxe carbone trop élevée, cela entraîne un cout de l’énergie plus élevé qui soit un déficit concurrentiel par rapport à d’autres zones du monde. "Il faut trouver un bon point d’équilibre. Les Allemands sont doublement concernés par leur industrie électrique au charbon et par ses grands industriels. Si l’on va trop vite, trop fort on ne bougera pas", prévient Patrick Pouyanné.

Rester cohérent à l’international


L’intérêt de tous est donc d’introduire la notion d’un prix plancher du carbone. Et de ne pas s’arrêter au risque qu’il soit considérer comme une taxe. Et fixer ce prix, n’est pas qu’important pour inciter les industriels à sortir du charbon. Ce prix plancher serait aussi un signal politique fort sur la scène internationale. "Comment voulez-vous expliquer aux Indiens et au reste du monde qu’il faut abandonner le charbon pour faire de l’électricité alors que ces gens-là n’ont pas d’électricité et que le charbon est la seule ressource naturelle qu’ils ont, pendant que nous on continue à brûler du charbon. Il y a une espèce d’incohérence dans notre position, que le ministre indien de l’énergie a bien pointé", rappelle le PDG de Total, qui milite pour plus de cohérence. "C’est pour ça que Total à abandonner le charbon en 2015", rappelle-t-il.

Garder une énergie pas chère

Reste à convaincre les Allemands mais aussi Polonais, de le faire. Et c’est complexe, car il y a des enjeux d’emplois et de coûts. "Mais le premier enjeu de l’énergie, outre d’être durable et propre, c’est qu’elle ne doit pas coûter cher, parce que c’est un facteur fondamental de développement économique", rappelle Patrick Pouyanné.

https://www.usinenouvelle.com/article/a ... al.N623368


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'industrie pétrolière: Totalement...
MessagePosté: Mer Déc 06, 2017 7:47 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 26, 2006 1:37 am
Messages: 12469
Localisation: 38
Citation:
La méthode Total pour bousculer le marché de l’électricité

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 06/12/2017

En s’attaquant à la distribution d’électricité verte et de gaz pour les particuliers avec son offre Spring, Total a frappé un grand coup, mais à petit prix.

En juillet dernier, 10 ans après l’ouverture du marché de l’électricité aux particuliers, 85% des foyers français étaient encore fidèles à EDF et son tarif réglementé, aussi appelé tarif bleu. L’arrivée de Total sur la marché en octobre dernier, avec son offre Spring, a peut-être changé la donne. Selon le dernier bulletin de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), les consommateurs d'électricité sont de plus en plus nombreux à quitter les tarifs réglementés. En un trimestre, 302 000 clients supplémentaires ont abandonné l’offre historique d’EDF pour une offre de marché, à prix libre, généralement moins chère, comme chez Total, qui propose de l’électricité verte 10% moins chère. Ce sont dont donc maintenant 17% des 32,2 millions de foyers ou tous petits commerces raccordés au réseaux, qui sont au tarif libre. EDF perdrait ainsi presque 100 000 clients par mois depuis six mois.

Limiter les risques au maximum

Un mouvement inéluctable et l'électricien historique sait qu’il ne pourra pas l'endiguer complètement. En interne, on table sur un équilibre autour de 50% de parts de marché pour EDF à moyen terme. L’arrivée de Total, mais aussi de Cdiscount, sur le marché pourrait rapprocher l’échéance. Car si Total a pu lancer son offre Spring pour fournir de l’électricité verte et du gaz 10% moins cher que les prix réglementés d’EDF, et d’Engie pour le gaz, c’est que cela ne lui coûte quasiment rien depuis l’acquisition du Belge Lampiris en 2016, se plaît à expliquer Patrick Pouyanné, le PDG du groupe pétrolier français. "Dans cette affaire, nos risques économiques sont extrêmement limités. Pour nous, en France, la partie coûts fixes [de Spring] est faible. Pour la partie technique, l’avantage avec les plates-formes digitales [celle de Lampiris, NDLR] c’est que vous pouvez les élargir à l’échelle rapidement", explique le PDG de Total. Et ce dernier répète à l’envi que pour lancer l’offre, il n’a fait que recycler une partie de ses budgets de communication. "Or, le gaz et l'électricité. Les Français aiment bien. En termes de retombées d’image pour le groupe, c’est mieux que la communication corporate", se félicite, un brin malicieux, le patron de Total. Mais ce dernier reconnaît que cela ne serait pas le cas s’il avait dû se lancer dans des pays où le groupe pétrolier à moins de notoriété. "C’est l’établissement de la notoriété et de la marque qui coûte cher", rappelle-t-il.

Faire du tarif régulé un atout

Et même le tarif réglementé d’EDF, Total en fait un atout de communication, alors que le principal challenger d’EDF, Direct Energie, se bat pour qu’il soit supprimé car il nuirait à la libre concurrence. Total s’en sert. "Fondamentalement, sur ce marché-là, on y va pour faire de la concurrence économique. Vous ne verrez pas Total jouer avec le régulateur pour faire sa place sur le marché. Soit on a les moyens de s’imposer grâce à notre offre de service soit non", prévient Patrick Pouyanné. Il le dit d’autant plus volontiers que finalement le tarif réglementé lui sert bien. "Le tarif réglementé, vu d’un nouvel entrant, c’est une espèce de référence qui est assez pratique pour communiquer. Les gens ne savent peut-être pas ce que c’est mais ils assimilent cela au tarif normal. Et le tarif normal moins 10%, cela veut dire que vous gagnez 10%", explique-t-il. Il rappelle d’ailleurs qu’il ne s’attaque pas aux clients de Direct Energie qui ont déjà fait le choix du prix de marché, mais aux millions de Français qui sont restés au tarif historique. "Quand on aura convaincu plein de monde d’en sortir, là on n’en aura plus besoin", résume le patron du pétrolier, qui précise : "Je ne veux pas partir en guerre par des voix juridiques contre de grands acteurs. Si d’autres veulent le faire qu’ils le fassent. Je ne suis pas dans la croisade anti tarif régulé."

Se jouer de la concurrence


Ce n’est pas de ce côté que Direct Energie ou Engie trouveront un soutien. Et EDF doit rire jaune. Pour autant, lors du grand débat de la Conférence de l’Union française de l’électricité (UFE), qui se tenait ce mardi à Paris, les acteurs historiques de l’électricité avaient bien invité Total. Alors le journaliste qui animait le débat n’a pas résisté à demander aux nouveaux concurrents du pétrolier ce que leur inspirait son arrivée sur le marché. "On voit l’arrivée de Total avec une grande amitié. Le marché est attrayant", a lancé Jean-Bernard Lévy, le président d'EDF. Même discours poli chez Engie : "On voit avec sympathie l’arrivée d’un grand groupe national avec qui on vient de passer un grand deal", a précisé Pierre Mongin, directeur général adjoint de l’ex-GDF-Suez. Pour François Brottes, le président de RTE, l’arrivée de Total sur le marché de l’électricité n’est pas une surprise. "Total ne pouvait pas être absent", a-t-il même lancé. Seul un des intervenants de la table ronde a réussi à positiver. "On va être plus nombreux à évangéliser le marché et à dire qu’on peut changer de fournisseur. On s’est longtemps sentis un peu seuls", a déclaré Xavier Caïtucoli, le président de Direct Energie. De partenaire de lutte, Total pourrait s’avérer rapidement un concurrent très encombrant.

https://www.usinenouvelle.com/article/l ... te.N623678


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 71 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com